TROP PEU DE BÉBÉS EN NOTRE RÉPUBLIQUE (IV)

Dans quelles familles

vont naître nos enfants ?

MONIQUE DINAN

De moins en moins de mariages, de plus en plus de divorces

Nous avons plus que jamais besoin de familles stables pour accueillir les bébés et leur offrir une qualité de vie où ils se sentent acceptés, en retour de quoi ils apporteront une nouvelle vitalité à notre pays menacé par le vieillissement. C’est la planche de salut aux défis démographiques qui nous guettent.

Monique Dinan

En 2018 : 10 034 mariages civils et 2 425 divorces

En 2019 : 9 709 mariages civils et 2 174 divorces

Non seulement la courbe des mariages décline, mais les mariages sont beaucoup plus tardifs. Il y a en fait une peur de l’amour et des engagements que le mariage implique. Les femmes se marient à l’âge moyen de 28 ans et les hommes à 31 ans. Les notions d’une part concernant la chasteté sont mises de côté, d’autre part, ils se considèrent trop jeunes pour un engagement à vie. Donc la mode est aux essais avec de multiples relations amoureuses, ce qui implique aussi la jalousie et ses séquelles.

Pourtant, les jeunes ne se privent pas d’activités sexuelles. Le concubinage est devenu la grande mode. Quand on se découvre des affinités, on cohabite mais pas question de bébé dans l’immédiat. Et s’il se présente, l’avortement clandestin est pratiqué.

Moins de mariages, mais plus de divorces

Le nombre de pétitions de divorces augmente d’année en année, dans la majorité des cas demandé par l’épouse, bien que quelque 30% des cas soient prononcés par consentement mutuel, ce qui est de loin le moins coûteux. Toutes ces procédures impliquent des souffrances qui ne s’oublient pas pour les couples, mais entraînent surtout des souffrances qui vont peser bien lourd dans l’avenir des enfants.

Les jeunes de l’actuelle décennie

La majorité d’entre eux vivent dans un confort relatif et sont capables de poursuivre des études secondaires. Ils veulent de plus en plus de confort et attendent beaucoup de ce que leur offrent leurs parents.

Quelques problèmes à souligner :

• L’obésité infantile : plus de 10% d’entre eux sont en surpoids, avec les problèmes de santé qui vont suivre après.

• Les jeunes victimes d’abus sexuels.

•Les enfants de rue réunis dans les 18 “shelters” du pays.

• Les enfants violents dans les écoles primaires et secondaires.

• Les partouzes entre certains mineurs pendant les vacances.

• Les multiples amours des adolescents et les jalousies qui s’ensuivent.

À quand une campagne menée au niveau national pour mettre en vedette les recettes d’un mariage qui se construit dans un amour qui se réinvente et se consolide au fil des ans ?