- Publicité -

Grand boomerang

Multiraciale, multireligieuse et multilingue dans son ensemble, la population mauricienne est pour le respect, la tolérance et une fraternité nationale qui s’exprime mieux dans les moments de crise. On a pu le constater récemment, quand des centaines de Mauriciens venant de tous les horizons sont allés prêter main-forte aux habitants de la côte sud menacés par la marée noire du Wakashio. Dans ces moments-là, les barrières que les prophètes de la division essayent de créer pour, selon leurs dires, protez nu bann contre bannla, tombent d’elles-mêmes. Naturellement. Les Mauriciens savent depuis belle lurette que les prophètes de la division qui se déguisent en défenseurs autoproclamés des communautés, des castes ne sont que des rodeurs à la recherche de possibles bouttes. En prétendant représenter des communautés entières dont les membres leur obéiraient au doigt et à l’œil et voteraient selon leurs instructions. Les premiers à croire en leur mainmise sur des communautés sont les politiciens mauriciens spécialistes du double langage. Dans les meetings, ils se proclament champions du mauricianisme, alors que dans des réunions privées, ils sont les partisans du communalisme et du castéisme (scientifique ou pas) dans le choix des candidats et du vot blok lors des élections. Les politiciens croient tellement dans le pouvoir des prophètes de la division qu’ils mènent campagne pour les faire élire aux élections de leurs associations ou fédérations socioreligieuses. Sans grand succès, comme on a pu le constater tout récemment. Conscients qu’une population avec des composantes ouvertes les unes aux autres et les manifestations citoyennes sont des obstacles à leur commerce, les prophètes de la division doivent parfois justifier leur existence auprès des politiciens.

- Publicité -

C’est dans cette perspective qu’a été décidée en début de semaine l’organisation d’une grande prière (une Maha Yaj) à Grand-Bassin pour ce dimanche. Dans leur conférence de presse, les animateurs ont expliqué qu’ils organisaient une grande prière afin que les calamités ne s’abattent plus sur le pays. Ils ont déclaré que toutes les associations socioculturelles et toutes les fédérations de temples étaient parties prenantes de cette Maha Yaj, autrement dit l’ensemble des Indo-Mauriciens. Sur les réseaux sociaux, c’est un autre discours qui était tenu. La séance de prières devenait une démonstration de force de nu bann contre bann la. Traduction : ceux qui ont été manifestés samedi dernier à Port-Louis contre NOTRE gouvernement et NOTRE Premier ministre. Pour bien situer l’importance idéologique et politique de la démarche, le mot coolie a été utilisé pour essayer de recréer le climat entourant l’élection de 1967. Dans des messages plus privés, les intentions étaient mieux précisées : les hindous qui pactisaient avec ceux qui avaient marché à Port-Louis sont traités de betchwa (vender). Il est exigé que les dévots soient beaucoup plus nombreux à Grand-Bassin pour montrer aux marcheurs de Port-Louis kisenla mari dans sa pei la. Mais le problème c’est ce que les prophètes et leurs suiveurs — soutenus par les pseudos stratèges de Lakwizinn et du PMO — n’ont pas respecté le calendrier religieux dont ils sont censés être les spécialistes. C’est ainsi qu’ils ont organisé la prière-démonstration en pleine période de Pitra Paksh, période dédiée aux rituels aux ancêtres pendant laquelle les dévots ne participent pas aux prières. Ce que comptent faire beaucoup de Mauriciens de religion hindoue qui, contrairement aux prophètes autoproclamés, connaissent et respectent leur calendrier religieux.

Résultat de cette grossière opération : c’est encore une fois celui à qui elle était censée apporter un soutien qui va en pâtir. En effet, si c’est pour soutenir Pravind Jugnauth et réagir à la marche de samedi dernier que la Maha Yaj-démonstration a été improvisée, cela risque d’avoir l’effet inverse. Au niveau de l’organisation, la démonstration est déjà contestée, d’importantes fédérations ayant fait savoir qu’elles ne sont pas parties prenantes de l’organisation et n’y participeront pas. Jusqu’à quand ceux qui soutiennent le PM vont-ils continuer à écouter ses conseillers qui, semaine après semaine, avec leurs « stratégies » censées lui construire une image positive ne font que le décrédibiliser et le ridiculiser? À moins que ce ne soit Lakwizinn elle-même qui est demandeur de ces opérations de com qui se transforment en Grand boomerang…

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour