Notre invité de cette semaine est Me Dick Ng Sui Wa, le président de l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA). L’initiative du conseil d’administration de cette institution de lancer un débat sur les solutions pour lutter contre les dérives et les dérapages sur les réseaux sociaux a provoqué une controverse. Le président à temps partiel du conseil d’administration de l’ICTA, comme il tient à le souligner, explique les raisons de cette consultation et commente quelques réactions enregistrées.

Quelle était l’urgence pour l’ICTA de lancer une consultation populaire sur les moyens à utiliser pour punir ceux qui utilisent les réseaux sociaux pour insulter, diffamer, menacer, etc., alors que Maurice est en confinement sanitaire et subit une grave crise économique et sociale ?

— La crise économique n’a rien à voir avec l’ICTA et son initiative. Nous sommes en train de poser la question: comment faire pour éviter les abus et dérapages sur les réseaux sociaux? Nous parlons de la liberté d’expression, mais aussi des contraintes qui sont, par exemple, et comme vous le savez, imposées aux journalistes, et qui doivent aussi être imposées aux internautes. Dans le sens que ce qui ne peut pas être publié dans un journal ne doit pas pouvoir être écrit et posté sur les réseaux sociaux.

D’où vient cette proposition de contrôle du contenu des réseaux sociaux.

— Des pays européens et de ce qui a été écrit dans le papier préparé par le gouvernement britannique en avril 2019, le “Online Harms White Paper” dont voici un extrait sans équivoque: “existing regulatory and voluntary initiatives has “not gone far or fast enough” to keep the users safe. This paper proposed a single regulatory framework to tackle a range of harms.” Cela concernait des propositions pour réguler les compagnies internet et les plateformes de réseaux sociaux. Une consultation publique sur ces propositions a eu lieu en juillet 2019 en Grande-Bretagne.

Vous venez de le dire, ce White Paper a été publié en Grande-Bretagne en 2019, quelle est l’urgence de lancer une copie de cette initiative à Maurice, deux ans plus tard?

— Tôt ou tard cette question, qui fait partie des questions inévitables de la société moderne, aurait eu à être posée. Tout comme dans le passé on a évoqué la peine de mort, la législation de l’avortement et les conséquences du changement climatique. Par ailleurs, quelques événements récents ont incité à ce que la question de la gestion des réseaux sociaux soit posée publiquement à Maurice.

Quels événements?

— Des “posts” et des vidéos insultant et menaçant certaines communautés depuis deux, trois ans. Savez-vous qu’il y a beaucoup de «fake accounts» qui propagent des «fakes news» pour créer des tensions? Comme en mars 2020 où il a été annoncé qu’une section de la communauté était en train de saccager un supermarché dans le Nord, ce qui a créé une panique qui aurait pu déboucher sur des affrontements.

Mais pourquoi avez-vous réagi maintenant à ces vidéos postées, comme vous venez de le dire, il y a deux ans, trois ans?

— Parce que des journalistes, des députés, surtout de l’opposition, et des internautes, ont écrit et dit que l’ICTA ne fait rien dans ces cas. Parce que nous recevons des plaintes des victimes des abus sur les réseaux sociaux. Il y a des menaces, des insultes, de la pédopornographie, du chantage, du sexortion, des faux prêts, des arnaques et de la stigmatisation. On disait que l’ICTA ne faisait rien et qu’il fallait faire quelque chose. Nous avons été sensibles aux appels des députés de l’Assemblée nationale, surtout de l’opposition, des internautes, et surtout des victimes. Face à cette situation, l’ICTA a décidé de prendre sa responsabilité comme le prescrit la loi. C’est une question qui aurait dû être posée depuis quelque temps déjà. Après avoir consulté ses officiers, le conseil d’administration de l’ICTA a décidé de lancer une consultation publique en posant dix questions aux internautes, au lieu de prendre des actions comme en 2007. Cette année-là, mon prédécesseur à l’ICTA avait fait fermer Facebook pendant un jour parce qu’un «fake profile» du Premier ministre d’alors avait été posté. L’actuel conseil d’administration de l’ICTA, dont je ne suis que le part time chairman, ne veut pas se retrouver dans ce genre de situation et c’est pour cela que nous avons demandé aux internautes de réagir.

 Pourquoi est-ce que cette consultation qui concerne des centaines de milliers d’internautes mauriciens est organisée rapidement et sur un si court délai pour réagir et, je le souligne une fois encore, en pleine période de confinement sanitaire?

— Justement, à cause du confinement les internautes passent plus de temps sur internet. Nous nous sommes dit que c’était le moment idéal de lancer la consultation. Mais ceci étant, et dans la mesure où j’écoute les opinions respectées, j’ai entendu les déclarations de Jean-Claude de l’Estrac sur une radio et de celle de Me Antoine Domingue dans vos colonnes, la semaine dernière, demandant une prolongation du délai et nous l’avons étendu jusqu’à 20 mai.

 Qui a rédigé le fameux texte de la consultation que beaucoup considèrent qu’il regorge d’erreurs et de contradictions? On a lu dans la presse et sur les réseaux sociaux beaucoup des critiques sur, par exemple, la tentative de vouloir censurer a priori les « posts » sur les réseaux sociaux par un comité de censure. Comme si on se permettait de lire une lettre envoyée par la poste, avant que son destinataire ne la reçoive.

— Ce papier, qui ne contient ni erreur ni contradictions, a été rédigé par des spécialistes de la question. Il a été proposé au conseil d’administration qui l’a accepté, après avoir demandé l’avis de la responsable de communication de l’ICTA. Nous voulions faire une rencontre avec des journalistes, organiser une conférence de presse pour expliquer notre démarche avant de lancer la consultation. Mais notre responsable de communication a pensé qu’il valait mieux laisser les gens réagir d’abord avant de faire les rectifications, s’il le fallait.

On pourrait dire qu’avec cette consultation, l’ICTA est en train de lancer un ballon-sonde.

— Je n’aime pas cette expression, et ce n’est pas le cas. C’est un exercice démocratique dans un pays démocratique. C’est un processus normal pratiqué dans les grands pays. C’est mieux de faire cela que de fermer Facebook pour une journée!

Vous vous répétez! Est-ce que l’ICTA a reçu des instructions du gouvernement pour lancer cette opération?

— Non. Nous avons, au sein du conseil, des représentants de plusieurs ministères, le conseil légal du gouvernement et nous avons fait notre devoir, comme le prévoit la loi.

L’une des principales critiques concerne la création de ce comité qui sera responsable, disent les internautes, d’espionner a priori le contenu du courrier des internautes pour décider lesquels seront “harmful and illegal”, pour les censurer. Certains ont même parlé d’une tentative de création d’une police de la pensée.

— Votre question est elle-même “harmful”, puisque vous parlez d’espionnage. Il n’a jamais été question d’ouvrir, comme on l’a dit, une lettre postée avant que son destinataire la reçoive. Nous n’avons jamais parlé de “private posts”, mais de “public posts”, c’est-à-dire des “posts” qui auront été rendus publics par les internautes qui les auront rédigés. Quand vous envoyez une lettre à quelqu’un, quand vous lui envoyez un message, cela relève du domaine privé. Mais quand vous publiez cette même lettre dans les journaux ou sur un réseau social, c’est un document public. C’est à partir de cette publication publique que nous voulons intervenir. Nous n’avons jamais parlé de données personnelles et nous avons même mentionné dans notre proposition l’existence du “Data Protection Act”. Nous avons publié un deuxième communiqué pour bien souligner la différence: la proposition ne concerne pas les messages privés, mais ceux qui auront été rendus publics. Ce comité n’est pas créé pour espionner et censurer, mais pour protéger et sévir contre ceux qui ne respectent pas la loi. Tout cela est bien clair, mais ceux qui ne veulent pas comprendre ne comprendront jamais.

Pour se faire comprendre, ne faudrait-il pas mieux communiquer, publier des textes sans ambiguïtés, sans contradictions?

— En tout cas, des internautes ont compris le communiqué puisqu’à l’heure où je vous parle, nous avons reçu plus de 1400 réactions. Grosso modo, il y a trois catégories de réponses: ceux qui sont résolument contre; ceux qui sont pour, surtout les victimes des réseaux sociaux, et une autre catégorie qui n’est pas contre le principe, mais qui demande que le mécanisme proposé soit revu. C’est en gros ce que disent ceux qui nous ont écrit.

Mais les réseaux sociaux, les journaux et les radios sont inondés de réactions, souvent très argumentés et critiques, à cette proposition…

— L’ICTA ne va pas s’occuper des réactions sur les réseaux sociaux et dans la presse écrite et parlée, mais de celles qui nous sont directement adressées à partir de la proposition.

Excusez-moi: l’ICTA fait une consultation publique sur les mesures à prendre pour réguler l’usage de l’internet à Maurice et ne va pas tenir en ligne de compte les réactions sur les réseaux sociaux, et la presse sur cette consultation? Curieuse démarche démocratique!

— Nous n’allons tout de même pas passer la journée à écouter les radios, lire les journaux et les réseaux sociaux, ce n’est pas notre rôle. Il est d’interpeller les gens et de leur demander de réagir.

l Vous n’allez considérer que ceux qui vous écrivent directement sur le sujet, pas les autres, pas les très nombreux autres, qui s’expriment sur les réseaux sociaux et dans la presse écrite et parlée?

— Le département de communication va travailler sur la question et nous soumettre un rapport avant la fin de l’exercice. Bien sûr que nous allons donner priorité à ceux qui nous contactent directement, mais nous n’allons pas, par ailleurs, jouer à l’autruche et ignorer tout ce qui se dit ailleurs. Il y a des choses qui ont été proposées, mais pour éventuellement avoir toutes les opinions qui ont été soumises sur le sujet et les résumer, nous allons soumettre un rapport et des propositions à l’Etat qui va décider de la marche à suivre. Peut-être que l’Etat ne va pas retenir l’idée de ce comité contesté et laisser à l’ICTA le soin d’agir, comme c’est le cas actuellement.

Qui va lire, analyser, interpréter, compiler et résumer les propositions qui auront été reçues?

— Nos départements de communication et notre archiviste, documentaliste.

Certains se sont demandé si la controverse, qui allait forcément naître de cette consultation, n’avait pas été organisée pour faire oublier aux Mauriciens d’autres sujets sensibles, des scandales récents?

— Permettez-moi de vous répondre en citant Winston Churchill qui disait : «The prince of braveness is responsibility», ce que nous avons fait en lançant cette consultation, comme nous le prescrit la loi. Aristote, lui ,disait qu’il n’y a seule façon pour ne pas être critiqué: ne rien faire, ne rien dire et ne pas exister. Nous, à l’ICTA, nous avons choisi d’assumer notre responsabilité et d’agir.

Je reviens à la première question: pourquoi maintenant?

— C’est quelque chose qui aurait dû avoir été fait des 2017/18 quand l’Union européenne a eu à faire face au problème de Cambridge Analytica et de l’espionnage des citoyens, dont des élus et des dirigeants, par certains pays. Nous aurions dû déjà avoir réfléchi à cette question. L’ICTA est en retard à ce sujet.

Les Mauriciens craignent que cette consultation ne débouche sur la création d’une structure qui pourrait avoir accès à leurs données personnelles, entre autres bancaires, et à leurs opinions politiques qui pourraient servir pour les prochaines élections. Ils se demandent si, en ajoutant la carte biométrique, les images du système safe island et les informations obtenues sur les réseaux sociaux sur les internautes après votre consultation, est-ce que nous ne sommes pas en train d’entrer dans l’univers décrit par Georges Orwell dans 1984 ? Ne me dites pas que vous ne savez pas que cette crainte existe?

— Je comprends cette inquiétude et c’est pourquoi j’ai accepté de répondre à vos questions pour donner des explications et dissiper les éventuels malentendus ou incompréhensions. Cette crainte a été créée par des gens qui cherchaient des arguments pour faire de la politique politicienne. Nous, nous avons choisi une démarche démocratique. Il faut lancer un débat responsable et argumenté sur le sujet. C’est ce que nous faisons avec la proposition. Je suis pour élever le niveau du débat, pas pour un débat politique de bas étage.

N’existe-t-il pas déjà sur les plateformes sociales des mécanismes internes pour bloquer ou interdire les messages et les internautes qui dépassent certaines limites. Twitter a bien fermé le compte de Donald Trump, non?

— C’est compliqué. Si on poste un message public, ce n’est pas seulement l’ICTA qui peut le lire, mais les 800 000 internautes mauriciens, sans compter les millions d’étrangers qui sont sur les mêmes plateformes. La semaine dernière, un internaute a posté un message qui lui a valu d’être arrêté par la police et son message a été enlevé. Mais avant, son message avait été partagé avec plus de 200 000 personnes. A la lumière des réactions, on va réfléchir et faire un rapport et des propositions et les soumettre au gouvernement qui prendra la décision. Ce n’est pas l’ICTA qui fait la loi, mais le gouvernement à travers le Parlement.

Pourquoi, au lieu de créer un organisme de censure local, ne pas demander aux grandes plateformes d’ouvrir un bureau de contrôle à Maurice pour gérer leurs réseaux sociaux?

— J’ai déjà posé la question aux responsables de cette plateforme et on m’a répondu qu’il n’y a qu’un seul bureau de Facebook sur le continent africain, en Afrique du Sud. Ils n’ouvrent des bureaux qu’en fonction du nombre d’internautes que compte un pays. Comme Maurice n’a que quelques centaines de milliers d’internautes, il faudra attendre encore pour qu’un bureau de Facebook soit ouvert à Maurice.

Est-ce que L’ICTA dispose des moyens technologiques suffisamment avancés pour intervenir sur les réseaux sociaux?

— La question devrait être adressée au directeur technique de l’ICTA. Tout ce que je peux dire, c’est que si en 2007 l’ICTA avait pu fermer Facebook pendant une journée pour les raisons déjà évoquées, ces moyens existent. Mais il n’est pas souhaitable qu’ils soient utilisés, car ce serait très mauvais pour la santé de la démocratie. Il faut que les internautes sachent quelles sont les limites à ne pas dépasser. On ne pas dénigrer les communautés ou, par exemple, dénigrer le cardinal de l’Église catholique.

Au moment du dernier incident que vous venez de citer, je n’ai pas entendu ou lu une réaction de l’ICTA. Je me rappelle qu’il a fallu qu’un internaute porte plainte pour que la police réagisse.

— Nous n’avons pas le pouvoir de le faire. C’est une des raisons qui justifient la publication de notre document et le débat qu’il a lancé. C’est un débat fondamental qui interpelle dans le monde, et par exemple, l’Union européenne est en train de réfléchir sur les moyens de réguler l’espace numérique.

Vous souhaitez qu’il y ait une loi qui émane de cette consultation?

— Mon souhait ne sert à rien puisqu’il incombe aux députés de décider s’il faut ou non légiférer. Notre travail consiste à faire des propositions à partir des réactions des internautes. C’est tout. S’il y a des craintes sur les propositions, c’est à l’Etat de répondre à cela en débattant, ou pas, de la question au Parlement pour rassurer la population.

Il me semble que vous êtes satisfait de votre initiative.

— Totalement. Je regrette toutefois que les débats n’aient pas été plus élevés et que beaucoup plus de professionnels n’y ont pas participé. Je pensais que certaines personnes allaient le faire, mais cela n’a pas été le cas. J’ai noté, par exemple, que certains professeurs de l’université de Maurice ont écrit que la solution passait par l’éducation. Je partage cette opinion, mais je pose la question suivante: qu’ont-ils fait eux-mêmes, ces professeurs, pendant toutes ces années pour solutionner la question; ont-ils proposé un schéma et un modèle aux autorités concernées et à l’université où ils travaillent ?

Allez-vous rendre public un rapport sur la consultation, les propositions émises, celles retenues, celles rejetées?

— C’est le conseil d’administration de l’ICTA qui en décidera, à la lumière de ce que nous aurons obtenu à la conclusion de l’exercice, fin mai. Mais j’aimerais dire que les Mauriciens ne sont pas habitués à cet exercice, puisque beaucoup ont réagi sur les réseaux sociaux en insultant l’ICTA et en m’insultant moi-même.

Savez-vous qu’une marche de protestation contre l’ICTA est prévue et qu’une pétition, qui rassemble déjà des dizaines de milliers de signatures d’internautes contre votre proposition, qui est qualifié de D’ICTA TURE, circule sur internet?

— Cala fait partie du processus démocratique. Quand on provoque un débat, il faut s’attendre à des réactions et c’est une bonne chose. Le problème c’est que les gens pensent que je suis à l’origine du projet, alors que c’est une décision de l’ensemble du conseil administratif de l’ICTA qui compte plusieurs représentants de ministères et du bureau du conseiller légal du gouvernement.

Il a y a eu quand même quelqu’un qui a lancé l’idée…

—  Personne en particulier. C’est le personnel et le conseil d’administration.

Savez-vous que l’on dit dans les milieux politiques que cette proposition n’est pas votre initiative, mais des directives que vous êtes en train d’exécuter et qui émaneraient de la fameuse kwizinn.

— Je ne comprends pas ce que vous êtes en train de dire. Je ne connais qu’une cuisine, celle de ma maison. Par ailleurs, comme je vous l’ai dit et répété dans cette interview, cette proposition est une idée du conseil d’administration de l’ICTA, qui n’a reçu d’instruction de personne. C’est tout ce que je peux vous dire.