— Tu as un peu avancé dans la préparation du réveillon de Noël ?
— Je n’ai même pas commencé et franchement te dire, je crois qu’il vaudrait mieux ne pas faire.
— Qu’est-ce que tu racontes : c’est ton tour d’organiser le réveillon de la famille, cette année, non ?
— Oui, je sais très bien que c’est mon tour, mais vu les circonstances…
— Mais quelles circonstances ? On n’a pas eu de deuil dans la famille, cette année, Dieu merci. On peut faire le réveillon.
— Je sais, mais moi je parle du pays, de la situation économique tout ça. On ne sait pas si on va être reconfinés.
— Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire de re-reconfinement la ?
— Tu ne sais pas qu’on a eu un cas local de coronavirus… si jamais on reconfine on ne pourra pas réunir toute la famille à cause des risques sanitaires. Tu nous vois faire un réveillon tout le monde masqué ? !
— Un réveillon masqué : pourquoi pas ! Avec des si on mettrait Paris en bouteille, comme on dit. Tu oublies qu’on est une covid free island. Le gouvernement l’a encore redit.
— Oui, mais d’ici le 25 décembre, on ne sait pas ce qui peut se passer. Je crois qu’il vaut mieux ne pas faire le réveillon, cette année.
— Ta tête n’est pas bonne, on dirait. On a toujours fait le réveillon, même en temps de cyclone warning class 3 !
— Je sais, mais cette fois-ci c’est différent. Avec la situation économique, on ne sait même pas si on aura le treizième mois.
— Le ministre des Finances a fini par dire que le treizième mois est obligatoire. De toutes les façons, chacun paye sa part pour le réveillon, non ? Je ne vois pas où est ton problème.
— Je me disais que faire la fête alors que beaucoup de personnes ont des problèmes économiques dans le pays et le monde entier…
— Mais à chaque réveillon il y a des milliers de personnes à Maurice et des millions dans le monde qui sont dans pince. Ça ne t’a pas empêché de faire le réveillon les années précédentes !
— Oui, je sais. Mais je me disais que…
—  Ayo, rends-moi le service d’arrêter de te dire des couillonnades et organise le réveillon ! C’est tout ce qu’on te demande.
— C’est pas possible parce que… dis-moi un coup, l’eau coule chez toi ?
— Je te parle du réveillon et tu me demandes si l’eau coule chez moi. Qu’est-ce que c’est ! Oui, l’eau coule chez moi. Pourquoi ?
— Chez moi, on a commencé à couper. Et quand ça coule, c’est un filet qui ne suffit pas pour remplir le tank.
— La CWA n’envoie pas des camions d’eau ? Ils ont dit à la MBC qu’ils envoient là où on coupe l’eau.
— Ils envoient de temps en temps, quand les gens commencent à grogner et à téléphoner aux radios.
— Tu as quand même de l’eau des camions-citernes.
— Oui, mais il n’y a pas assez toi pour remplir les tanks. Il faut partager avec les voisins et puis on ne sait pas où les camions vont chercher cette eau-là.
— Qu’est-ce que tu veux dire ?
— Un de nos voisins a vu un camion remplir sa citerne dans une rivière, toi. Depuis ça, nous on va prendre notre douche chez ma cousine où on n’a pas coupé pas l’eau.
— Et dire qu’une des promesses de l’alliance était de fournir de l’eau 24/7 s’il gagnait les élections. Tu aurais dû rappeler ça au cousin de ton mari qui est parenté à un ministre.
— Je lui ai dit. Il a répondu que le gouvernement ne pouvait rien faire contre la sécheresse et les caprices du temps.
— Le Premier ministre avait dit la même chose pour le Wakashio… mais pourquoi tu me parles de ça ?
—… pour te faire comprendre qu’il sera très compliqué, pour ne pas dire impossible, d’organiser le réveillon cette année.
— Tu n’as pas besoin de cuire le manger, tu n’as qu’à contract out le manger et le tour est joué. Je peux te donner l’adresse d’un mari caterer qui fait tout de A à Z. Il vient avec son personnel et sa vaisselle et repart avec le tout après avoir mis de l’ordre dans ta maison. Tu n’as rien à faire, je te dis et son manger et son service sont bons.
— Oui, mais tu sais il n’y a pas que l’eau, il y a aussi…
— Là tu commences vraiment à exagérer, je te dis. Quel problème il y a encore ?
— Le métro.
— Le métro ? Non seulement il ne passe pas près de chez toi, mais à Quatre-Bornes il est en construction.
— Justement. Avec les travaux de construction, on va fermer ma rue et les autres rues et il n’y aura pas de place de parking. Et je ne te parle pas de la poussière qui rentre partout.
— Ok. J’ai compris. J’ai pris du temps, mais j’ai compris.
— Qu’est-ce que tu as compris comme ça ?
— Tu cherches toutes sortes de prétextes bancals pour ne pas organiser le réveillon cette année, alors que c’est ton tour. Tu n’avais qu’à dire que tu ne voulais pas, au lieu d’essayer de te cacher derrière, comment tu dis ? les circonstances !

J.-C A