Que dire du sentiment abyssal où nous sommes plongés ?

Comment dire que nous sommes parvenus au-delà du sentiment du « touche le fond mais creuse encore » et que nous n’avons plus de mots pour ce que nous subissons ?

Cette semaine a non seulement été marquée par la révélation de nouveaux scandales financiers impliquant l’État et ses représentants (avec l’affaire Britam), mais aussi par l’illustration calamiteuse de la déliquescence sans limites de notre personnel politique et de notre Parlement. Et ce n’est manifestement pas fini.

« Where’s the follow up ? »

C’est la question que pose une récente édition de National Geographic dans un article consacré au premier « anniversaire » de l’explosion qui a ravagé la capitale du Liban.

Souvenez-vous : le 4 août 2020, quelque 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, généralement utilisé comme fertilisant, stockées depuis 2014 sans mesure de précaution dans un entrepôt délabré du port de Beyrouth, explosent soudain. Explosion qui ravage des quartiers entiers de la ville, fait 214 morts, plus de 6 500 blessés et des milliers de sans-abri.

Un an après cette tragédie, la reconstruction physique est au point mort. Le port de Beyrouth et les quelque 9 000 bâtiments soufflés par l’explosion sont toujours à l’abandon. Aucun budget n’a été alloué par le gouvernement pour reconstruire la ville. Une inertie qui a poussé ONG et volontaires à se mobiliser. Mais ces efforts restent une goutte d’eau face aux 4 milliards d’euros qui seraient nécessaires selon la Banque mondiale pour financer la reconstruction.

Mais le pire, pour la population, c’est qu’un un an après, l’enquête judiciaire piétine toujours. Au lieu d’œuvrer pour vérité et accountability, le Parlement refuse toujours de lever l’immunité de certains de ses membres que l’enquête judiciaire voudrait pouvoir interroger. Pas de réponses, pas de justice. Chez les Libanais, qui réclament une enquête internationale indépendante, cette tragédie est d’autant plus inacceptable qu’elle était évitable. Et qu’elle vient en point d’orgue à des années de dénonciation d’une élite dirigeante totalement dysfonctionnelle. Il ne s’agit pas juste d’un jour tragique, mais d’une tragédie qui déploie son sombre manteau depuis un moment déjà, orchestrée par une classe politique caractérisée par la corruption, l’absence de responsabilité, le népotisme, la faillite de la gestion des intérêts du pays et de sa population.

Rings a bell ?

Au lendemain de l’explosion meurtrière du 4 août 2020 au Liban, nous vivions, à Maurice, le 6 août 2020, la catastrophe du déversement d’huile lourde du Wakashio. Depuis l’étrange échouage (toujours pas élucidé) du super tanker le 25 juillet 2020 sur les récifs de Pointe d’Esny, spécialistes et citoyens s’étaient inquiétés et impatientés de l’absence de réaction du gouvernement mauricien. Qui s’est contenté, face au risque évident de déversement d’huile lourde, d’affirmer que tout allait bien. Jusqu’au moment, 12 jours plus tard, où s’est matérialisé le cauchemar de la marée noire.

Un an plus tard, où en est-on ?

Le traumatisme de cette catastrophe est toujours très présent. Ses séquelles économiques et sociales aussi, chez tous ceux, nombreux, qui vivaient de la mer sur la côte sud-est.

L’enquête, elle, est toujours « en cours ».

Personne n’assume aucune responsabilité.

Pire : aucune mesure n’a encore été prise pour assurer qu’une telle chose ne se reproduise pas (alors même qu’entre-temps, pas moins de trois autres bateaux se sont retrouvés « en panne » de façon dangereuse au large de nos côtes).

Au Parlement mardi dernier, les réponses données par le vice-Premier ministre Anwar Husnoo, aux questions du leader de l’opposition, sur le suivi du naufrage du MV Wakashio, ont été édifiantes. Il y reconnaît un « manque de coordination » entre le Director of Shipping et le Director of Environment, et un « manque de convergence en termes de priorités avant que le navire ne se brise en deux », d’où la nécessité d’harmoniser les dispositions légales en ce sens. Ce qui n’a pas été fait depuis.

Activé, le NEOC avait la responsabilité de produire un rapport, mais a rencontré des difficultés pour obtenir des informations à temps. Aucun update. Le vice-Premier ministre reconnaît par ailleurs qu’une étude des régions vulnérables autour de Maurice, Rodrigues, Agalega et Saint-Brandon doit être effectuée et que des dispositions doivent être prises pour permettre une intervention rapide. Rien jusqu’ici.

Des exercices de simulation doivent aussi être effectués « sur une base régulière, afin que chacun puisse comprendre son rôle et ses responsabilités ». Rien jusqu’ici.

A l’issue d’une enquête préliminaire, la NDRMC a fait une série de recommandations en vue d’améliorer la sécurité en mer. Aucune action jusqu’ici. Une « sea lane » aurait dû être définie pour éviter que certains navires transitent trop près de nos côtes. Rien de concret jusqu’ici.

L’affaire Wakashio a montré que le pays doit urgemment faire l’acquisition d’un remorqueur puissant. Depuis un an, aucune acquisition, même pas un appel d’offres. Rien n’est prévu dans le budget 2021-22 pour répondre à toutes ces nécessités.

Au milieu de tout cela, qui est d’une importance capitale pour notre pays, le Speaker de l’Assemblée nationale n’a rien trouvé de mieux que de quitter la Chambre, parce que, tempêta-t-il, les échanges entre le leader de l’opposition et le vice-Premier ministre se faisaient « sans lui »… Sérieux ?

Quelle figure que ce Speaker qui n’en finit pas de rendre notre Parlement inopérant, inutile, unaccountable, refusant les questions pourtant légitimes de l’opposition, orchestrant les expulsions arbitraires à tour de bras, et nous abaissant, tous, jusqu’à lancer un vitupérant « Look at your face ! » onze fois à la figure du député Rajesh Bhagwan.

Le Speaker aura beau venir affirmer, face au tollé, qu’il aurait dit cela parce que le député Bhagwan ne portait pas correctement son masque, il ne convaincra personne alors tout le monde a pu voir que dans ses vitupérations, il avait lui-même le masque descendu au menton. Pas convaincue en tout cas, la BBC, qui fait état d’une « shameful remark » adressée à un député qui souffre de vitiligo. Pas convaincu, le président seychellois, qui se permet dans la foulée de lancer, publiquement, que le Parlement seychellois est « beaucoup plus civilisé » que le Parlement mauricien. Question de faire « mauvaise figure », on est bien partis pour atteindre des sommets…

Quels recours face à cette débandade qui n’en finit plus ?

L’an dernier, exaspérés par les failles, l’impunité et l’arrogance gouvernementales, mais galvanisés par l’élan de solidarité enregistré parmi les simples citoyens pour endiguer la marée noire, plus de 100 000 Mauriciens étaient descendus dans la rue, une première chez nous, pour réclamer la démission de Pravind Jugnauth et de son gouvernement.

Depuis, les choses n’ont fait qu’empirer.

Mercredi dernier, 4 août 2021, les Libanais ont été des milliers dans les rues à manifester pour dire leur douleur, leur volonté d’obtenir la vérité, et leur colère face à la classe politique régnante. De violents heurts ont eu lieu à Beyrouth entre policiers et manifestants, faisant des dizaines de blessés selon la Croix Rouge.

Ce vendredi 6 août à Port-Louis, c’est un rallye de protestation pacifique qui s’est tenu à l’initiative de la Plateforme « Kont Ogmentation Prix ». Cortège de véhicules divers et concert de klaxons pour protester contre les augmentations généralisées des prix des produits de consommation courante. On aura beau savoir que la police n’a autorisé cette manifestation qu’à la condition que chacun reste dans son véhicule, Covid oblige, il n’en demeure pas moins paradoxal de constater que c’est un rallye de véhicules à essence qui est mis en avant pour protester contre la taxe additionnelle de Rs 2.00 sur les carburants…

Sommes-nous donc à court de recours ?

De même que la pandémie de Covid-19 a amené un nouveau vocabulaire, de nouvelles lois, de nouvelles façons de vivre ou pas en commun et des restrictions de libertés fondamentales qui étaient imaginables il y a un an, peut-être sommes-nous parvenus au point où les modèles démocratiques qui nous gouvernaient jusqu’ici doivent être remis en question. Parce que devenus inopérants pour une réelle démocratie, trop facilement et largement hijackés, ici ou là, par une élite dirigeante même plus soucieuse de sauver la face hideuse de sa décomposition, de son avilissement…