Alors que l’assemblée générale élective du Comité olympique mauricien (COM) se déroulera finalement en avril 2022, suite au report d’une année des Jeux Olympiques 2020, Philippe Hao Thyn Voon se dit prêt à assumer un nouveau mandat de quatre ans à la présidence. Pour rappel, il avait accédé à ce poste en 2008, après le retrait de Chintamun Rambocus. Les deux hommes avaient accepté un accord à l’israélienne, soit un mandat de deux ans chacun, à l’issue de l’assemblée générale élective tenue à l’issue des JO de 2004 à Athènes.

Selon les statuts du Comité international olympique (CIO), les élections au niveau d’un comité national olympique doivent se tenir six mois à l’issue de l’échéance olympique. Philippe Hao Thyn Voon se dit donc prêt à relever un nouveau défi. « Je possède encore de la lucidité et je me sens capable de remplir une nouvelle mission. Si ma santé me le permet et si les représentants des différentes fédérations et la communauté sportive veulent encore de moi, je briguerai un nouveau mandat », souligne-t-il. Et d’ajouter : « Il reste encore beaucoup de travail à accomplir. »

À son avis, ce poste de président ne signifie pas une mince affaire. « C’est comme un travail à plein temps, car beaucoup plus de manifestations sont organisées. Je peux avancer qu’un président possède le même volume de travail qu’un secrétaire à plein temps », laisse-t-il entendre. Serait-ce alors le tout dernier mandat ? « Après 2024, on verra », répond le concerné. Il est à noter que le CIO n’impose pas de limite d’âge et de mandat au niveau des élus au sein des comités olympiques.

Par ailleurs, rien n’a encore été décidé jusqu’ici quant à la tenue d’une première réunion du Conseil international des Jeux dans le cadre des Jeux des îles 2023 aux Maldives. En raison de la Covid-19, une première réunion prévue dans cette île en février dernier avait dû être reportée. Il était question de tenir cette réunion à travers visioconférence, mais cette suggestion n’a pas eu de suite.