Photo illustration - Les équipes mauriciennes devront désormais se concentrer sur la prochaine saison

Avec le déconfinement (presque total) depuis lundi dernier, les différentes fédérations sportives (sports collectifs) ont le feu vert pour reprendre leurs activités. En ce qu’il s’agit du football, la Mauritius Football Association, qui avait tout bonnement annulé la saison en mars dernier, se retrouve dans une situation cocasse avec la pandémie de COVID-19 à Maurice désormais derrière nous.

En mars dernier, la MFA était parmi les premières fédérations africaines à annuler leurs différents championnats nationaux. Une décision qui semble, dans le contexte actuel, avoir été prise trop vite. Du coup, les footballeurs n’ont rien à se mettre sous les crampons de juillet à novembre, soit cinq mois d’inactivité. Une situation compliquée pour les clubs de l’île, surtout ceux qui n’ont pas de gros investisseurs ou de sponsors.

Toujours au niveau des différentes équipes nationales, plusieurs dirigeants n’ont pu honorer les salaires de leurs joueurs, en particulier les étrangers. Comment la MFA procédera-t-elle pour venir en aide aux clubs en l’absence de compétitions ? Se dirige-t-on vers une nouvelle saison 2020-21 sans grand spectacle ? À noter que la FIFA envisage de décaisser ce mois-ci une enveloppe d’aide destinée principalement aux clubs dans le plus grand besoin.

Ajouté à cela, la FIFA, à travers son programme Forward 2.0, mis en place durant la période de la COVID-19, a déjà versé un montant de 500 000 dollars (Rs 28M) pour les dépenses courantes de la MFA, tandis que la Confédération africaine de football a contribué une somme de Rs 8M à la MFA.

Cinq mois sans compétition seront difficiles pour les clubs, surtout pour le Pamplemousses SC (champion de Maurice en titre) et Roche Bois Bolton City (vainqueur du Charity Shield), les deux représentants mauriciens désignés par la CAF pour la Ligue des champions et la Coupe de la Confédération qui devraient démarrer en octobre.