Photo illustration

Les dirigeants du Mauritius Turf Club (MTC), et par extension ceux de la MTC Sports and Leisure Ltd (MTCSL), ont décidé de soutenir sans condition leur président, Jean Michel Giraud, pour une obtention rapide de la Personnel Management Licence (PML) afin qu’il puisse enclencher la mise en branle du début de la saison hippique 2021 plus rapidement. Ceux-ci soutiennent en effet que celui qui a été démocratiquement élu à la présidence par les membres du MTC et actionnaires de la MTCSL n’a aucune raison d’être contesté par la Gambling Regulatory Authority (GRA). Aussi se disent-ils confiants que l’autorité reviendra à de meilleurs sentiments et lui octroiera ce qui lui revient de droit dans un état démocratique. Si le titulaire, Jean Michel Giraud, savait pouvoir compter sur une majorité de son conseil d’administration, il a obtenu mieux, à savoir l’unanimité, puisque même le président sortant du MTC, Kamal Taposeea, lui a apporté son soutien. Le message est on ne peut plus clair : c’est à la MTCSL de choisir son leader, et non au régulateur, qui tente par tous les moyens d’asseoir non pas son autorité, mais son autoritarisme.

Ce soutien inconditionnel a aussi été obtenu de la part des entraîneurs présents, que le MTC avait conviés pour une réunion d’explications hier en matinée. Il y a eu certes de nombreuses absences lors de cette rencontre. Certains se sont ainsi fait excuser du fait qu’ils avaient des obligations jugées plus importantes, à l’instar de Jean Michel Henry, retenu par des occupations professionnelles, et Shirish Narang, souffrant. Alors que d’autres, avant le début des discussions, avaient apparemment reçu des appels téléphoniques qui leur imposaient leur absence. Coïncidence ou pas, les hommes de l’omniprésent et très pressant Jean Michel Lee Shim, tantôt offrant ses services, tantôt s’opposant à tous les efforts de conciliation, avaient fait un appel au boycott de cette réunion. Quoi qu’il en soit, les cinq autres qui ont brillé par leur absence sont les entraîneurs Sewdyal, Nagadoo, Ramdin, Perdrau et Hurchund.

Un boycott improductif

Si l’on se fie à ce qu’on a pu recueillir comme informations, les absents – qui ont toujours tort – sont indéniablement ceux qui ont été renforcés en chevaux pendant l’intersaison. Il semble que le mot d’ordre du boycott ait été suivi par ceux qui retrouvent dans leur effectif des chevaux attribués à des proches d’un magnat des paris, qui auraient acquis récemment ces équidés en Afrique du Sud. Dans cette perspective, une enquête est en cours au MTC pour déterminer s’il y a ou non maldonne dans l’achat et la propriété de plus de 60 chevaux. Dans l’affirmative, l’ICAC serait bientôt appelée à déterminer si les propriétaires déclarés sont vraiment ceux qui ont officiellement déboursé l’argent et s’ils ont les moyens d’en soutenir la source.

Cette réunion avec la MTSCL avait réuni les entraîneurs Daby, Rousset, R. Gujadhur, Allet, Merven, Jones et S. Gujadhur. Elle a aussi débouché sur un consensus. La saison 2021 débutera avec Jean Michel Giraud comme président de la MTCSL. Ils s’attendent également à ce que la GRA lui octroie au plus vite son PML pour faciliter le début des opérations hippiques.

L’entraîneur Ricky Maingard, silencieux lors de la dernière réunion MTC/entraîneurs, a retrouvé l’art de la parole après son interview, où son interlocuteur a évité les questions qui fâchent, en particulier s’il a dans son effectif les chevaux achetés par Jean Michel Lee Shim. Et si celui-ci s’affichera enfin comme un propriétaire/bookmaker ou se murera encore une fois derrière une structure où il agit, mais n’apparaît pas. Une compagnie, par exemple, comme le permet désormais la bien arrangeante GRA, pour prémunir ses protégés de toute difficulté. Si on regarde de plus près l’effectif de Ricky Maingard, on arrive à la conclusion qu’il a été bien renforcé pendant l’intersaison, au point où il se présente désormais comme un des établissements à suivre en 2021.

Des négociations avec les Totes

Ricky Maingard a tenu le crachoir pendant longtemps cette fois. Il a été d’avis que la saison 2021 devrait commencer le plus tôt possible pour éviter de mettre une partie des indispensables travailleurs de l’ombre à l’écart, en particulier des palefreniers, qui ne s’épargnent aucun mal pour que tout se déroule comme il se doit en ce début de saison, et ce, dans les meilleures conditions.

Pour d’autres entraîneurs, à l’instar de Ramapatee Gujadhur, les conditions actuelles ne seraient pas favorables à la présente saison. Le président Giraud ne s’est pas fait prier pour renchérir que le début de la saison ne se fera pas à n’importe quelle condition. La MTCSL ne peut se permettre de subir des pertes. D’ailleurs, des négociations ont commencé avec les deux compagnies de Tote pour qu’elles revoient leur contribution à la hausse en attendant des négociations avec SMSPariaz.

Le début de la saison sera-t-il pour le 24 avril ou après ? On pense plus pour une première début mai, à moins que la GRA, qui joue au matamore pour écarter Jean Michel Giraud sur la base d’une fausse accusation d’un des directeurs des cinq bookmakers proches de Jean Michel Lee Shim, ne se résolve à comprendre que chaque semaine qui passe est en train d’enfoncer financièrement son protégé. Le ton « baisse caleçon » de sa lettre en date du 3 avril constitue sans doute les prémisses d’une plus accommodante GRA.

À moins qu’après la dénonciation du soutien à un bookmaker accusé de truquer des courses et les liens incestueux entre SMSpariaz, Jean Michel Lee Shim et la bande des cinq bookmakers, la GRA attende que des écarts de l’une de ses pontes ne soient apportés au débat public : un mariage, des vacances et un enterrement de première classe !