L’état-major du MTC lors du point de presse

À trois jours du coup d’envoi d’une saison 2020 qui restera à coup sûr dans les annales pour son caractère inédit, le président du Mauritius Turf Club (MTC), Rajkamal Taposeea, s’est dit heureux de pouvoir redémarrer l’activité première du club qu’il dirige, soit l’organisation des courses de chevaux. Entouré de ses collègues administrateurs, l’homme fort du MTC n’a, tout au long de son intervention, eu que des éloges pour son management team, la GRA et le gouvernement qui, selon lui, ont travaillé d’arrache-pied et bonne intelligence pour rendre possible le démarrage de cette nouvelle saison.

Rajkamal Taposeea a d’emblée rappelé que la Covid-19 a chamboulé les plans du MTC. « Tout était fin prêt pour que la saison 2020 soit exceptionnelle. Malheureusement, le virus a pointé son nez au mauvais moment. » Le président n’est pas passé par quatre chemins pour dire qu’au vu de la situation, il fallait choisir entre deux options : « Soit fermer le MTC et prendre un loan de la banque et attendre que tout revienne à la normale pour démarrer, soit faire les courses à huis clos. » Si la seconde option a été privilégiée, c’est aussi parce que « les entraîneurs nous l’ont demandé », a-t-il indiqué.

C’est ainsi que son équipe s’est mise à travailler dans cette direction, tout en s’inspirant des autres juridictions qui courraient déjà behind closed doors, dont Hong Kong. « Mike Rishworth, notre CEO, a fait des modélisations de pas moins de dix budgets pour voir à quel niveau et à quels frais on pourrait faire les courses à huis clos. Il ne faut pas oublier qu’on n’a pas reçu de revenus depuis sept longs mois. Je le remercie pour le travail qu’il a abattu durant le confinement. »

Toutefois, le huis clos était assorti d’une condition : que les stakes money allaient être réduits de 40%. « Tous les entraîneurs étaient d’accord, sauf un qui a signé la lettre under protest », a tenu à préciser M. Taposeea.

Seulement 275 personnes autorisées

Pour pouvoir tenir les courses à huis clos, le MTC a mis en place un protocole sanitaire des plus strictes afin de mettre toutes les chances de son côté. Ainsi, seulement 275 personnes seront autorisées les jours de courses et devront toutes se soumettre à des tests rapides de Covid-19 le vendredi précédant la journée. Ce nombre se décline comme suit : 16 jockeys, 120 entraîneurs, assistants-entraîneurs et palefreniers, 83 officiels du MTC, 22 membres de l’équipe audiovisuelle, 21 journalistes des différentes publications hippiques, 7 personnes affectées aux sweepstakes (tirage des loteries) et 6 membres de la GRA.

Pour justifier l’exclusion des propriétaires de cette liste alors qu’ils sont un maillon important de l’industrie, Rajkamal Taposeea s’est appuyé sur Hong Kong où, a-t-il remarqué, les courses ont eu lieu pendant plusieurs semaines sans la présence des propriétaires.

« Que ça plaise ou pas à certaines personnes, ça ne me regarde pas. Nous, on a fait notre travail pour la relance des activités et pour permettre aux entraîneurs de gagner un peu leur vie et aux Mauriciens de regarder leur sport national favori », a-t-il soutenu.

Concernant la saison 2020, Rajkamal Taposeea a précisé qu’elle consistera de 34 journées à 9 courses par journée qui s’étendra sur six mois, soit du samedi 20 juin au dimanche 20 décembre. Une demande de cinq journées additionnelles en janvier — ce qui sera une première dans l’histoire — a déjà été faite à la GRA et le MTC est en attente d’une réponse qu’il espère favorable. À la question de savoir combien de temps durera le huis clos, Rajkamal Taposeea a déclaré être dans l’incapacité de le dire. « Mais les tendances sont bonnes.

À titre d’exemple, au lieu du 1er août, l’école reprend un mois plus tôt, soit le 1er juillet. On a presque atteint la phase totale de déconfinement. À mon avis, on devrait retourner à la normale très tôt. »