À défaut de visée à court terme — la pandémie mondiale de la COVID-19 oblige —, le sport mauricien misera en particulier sur ses athlètes de haut niveau dans leur préparation, dans un premier temps aux Jeux Olympiques de Tokyo, reportés in extremis à juillet 2021, la faute au coronavirus, puis à Paris 2024. Une enveloppe de Rs 5M est destinée aux JO au Japon et le double pour l’échéance parisienne. Entre cette longue phase préparatoire olympique, le ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs (MAJSL), en collaboration avec le Mauritius Sport Council, lancera les Local Active Mauritius Partnerships (LAMPS), dédiés à l’ensemble de la population du pays et de Rodrigues dans la continuation de la pratique du sport pour tous.

Le président du Comité olympique mauricien (COM), Philippe Hao Thyn Voon, dit accueillir avec beaucoup de plaisir cet item de Rs 10 millions attribuée à la préparation des Jeux Olympiques 2024. « Cela constitue une première, car auparavant l’item concernant la préparation se situait lors de l’année olympique. Cela permettra d’entamer dès maintenant la préparation pour le rendez-vous de Paris, qui se trouve déjà d’actualité ».

Dans cette optique, Philippe Hao Thyn Voon fait référence aux derniers Jeux des îles, quand l’item de la préparation de cette manifestation avait été évoquée deux ans avant. « Les sportifs ont ainsi eu l’occasion de s’entraîner avec sérénité, et de brillants résultats ont suivi ». Dans la foulée, le président du COM dire également sa satisfaction quant à la somme de Rs 5 millions allouée à la préparation des Jeux Olympiques prévus à Tokyo l’année prochaine.

Fayzal Bundhun se pose, lui, des questions du fait que les budgets de fonctionnement des fédérations n’ont pas été abordés par le ministre des Finances. Le président de l’Association mauricienne de volley-ball (AMVB) se trouve donc dans le doute. « Qu’en est-il des budgets de fonctionnement ? Est-ce la même somme qui a été allouée jusqu’ici ? Si tel est le cas, ce sera tant mieux ».

Également membre du comité Paris 2024, qui gère la préparation des sportifs mauriciens en vue de ce rendez-vous olympique, Fayzal Bundhun estime que la somme de Rs 10 millions avancée par Renganaden Padayachy devrait s’avérer suffisante. « Cette enveloppe d’aide devrait continuer jusqu’à l’échéance des Jeux, car il faut comprendre que les sportifs auront à se préparer dans les meilleures conditions, à travers des stages et des compétitions, et un encadrement adéquat ».

Le député de l’opposition Franco Quirin est lui catégorique et ne mâche pas ses mots quant au budget présenté par Renganaden Padayachy. Parlant de déception, le représentant de la circonscription N°19 va même plus loin en soutenant que les sportifs ne sont pas la priorité du gouvernement. « D’un point de vue général, c’est la déception totale. Ce budget prouve à tous les sportifs que le sport est le cadet des soucis de ce gouvernement. Il n’y a aucune mesure concrète pour relancer convenablement le sport en ce moment de crise. Le chiffre qui a été proposé est insuffisant. Avec tous les chiffres qui ont été alloués pour les autres secteurs, il existait la possibilité d’augmenter l’enveloppe du sport. On ne parle pas d’une compétition régionale, mais de deux Jeux Olympiques, qui nécessitent beaucoup plus d’investissement. Comment faire avancer un groupe vers le podium ? En ce qu’il du Local Active Mauritius Partnerships (LAMPS), ce n’est que du réchauffé. Pour le sport de masse, il fallait aider à travers la collaboration avec les collectivités locales. Ce gouvernement a ignoré les besoins des athlètes. »