Rajessen Desscann, Technical Manager de l’Association mauricienne de tennis de table (AMTT), a été nommé premier vice-président de l’East African Committee, une entité qui agira sous le contrôle de la Confédération africaine de tennis de table (CATT). La présidence de cette instance a été confiée au Kenyan Andrew Mudibo et le Rwandais John Burundi occupera la vice-présidence en compagnie de Rajessen Desscann. Le but derrière la mise sur pied de cette entité est l’harmonisation des régions.

« La CATT et l’ITTF ont mis en place un système pour l’Afrique, avec cinq régions bien distinctes », explique Rajessen Desscann, aussi chargé des relations internationales de l’AMTT. Pour cela, le trio devra soumettre une constitution pour l’East African Committee. Ce document devrait tenir en une trentaine de points. « Nous avons déjà commencé les consultations et les choses sont sur la bonne voie », dit-il.

Pour le moment, douze points ont déjà été édictés. La fermeture des frontières n’a pas empêché les trois dirigeants de travailler. « Nous avons eu des séances hebdomadaires via Zoom pour faire avancer le dossier. » Chaque séance a duré environ deux heures. À terme, l’East African Committee devra désigner un des quatorze pays membres pour accueillir son bureau permanent. Maurice, par contre, n’a pas postulé. « Il y a d’autres pays qui ont manifesté leur intérêt pour ce bureau. Nous allons leur laisser la chance de se positionner. »

Selon Rajessen Desscann, Maurice se devait d’être représentée sur le comité directeur de la région est après la performance de ses pongistes lors des championnats d’Afrique de l’Est. « Nous avions remporté sept médailles d’or sur les sept en jeu. C’est donc tout à fait normal que nous soyons très bien vus par l’ITTF et la CATT. » En outre, le comité devra suivre la situation pandémique dans la région pour mieux en mesurer l’impact. « Dans la zone, tout va dans le bon sens. Nous espérons tenir notre première réunion de manière officielle assez vite », conclut Rajessen Desscann.

La reprise sous surveillance

Les pongistes ont retrouvé le chemin de l’entraînement depuis quelques jours déjà. Masques, solutions désinfectantes, tout a été fait pour que les pongistes puissent s’entraîner à nouveau dans les meilleures conditions. « Nous avions déjà mis un plan sur pied et nous attendions le feu vert du gouvernement pour la suite », indique Rajessen Desscann. Pour le moment, le groupe de pongistes qui se rend au Centre national de tennis de table, à Beau-Bassin, est de 12. « Nous avions déjà prévu le protocole à être mis en place. Nous n’avons fait que l’appliquer », indique Rajessen Desscann. Il faut savoir que l’AMTT a soumis son plan de reprise avec un nombre de joueurs restreint, soit un maximum de seize joueurs. « Mais comme la rotation des effectifs est recommandée, ils ne sont que 12 », conclut le technicien.