Photo : Yahia Nazroo

• Quelques mesures fortes annoncées et exécutées par le management, annihilées ou bloquées par le board avec aux commandes le couple Om Dabiddin-Dev Beekhary
• Où est passé ce rapport remis à Dev Beekharry et pourquoi n’a-t-il jamais été rendu public ?
• Le board de la GRA décrié par le rapport Gunn-Scotney

En décembre 2015, le gouvernement nouvellement élu de sir Anerood Jugnauth a invité deux spécialistes de l’intégrité sportive de Grande-Bretagne, D.G. Gunn et J.P. Scotney, comme consultants pour fournir des conseils d’experts et une assistance au bureau du Premier ministre pour mettre en œuvre les recommandations de la Commission Parry. Les consultants se sont vu confier 10 missions dans le cadre de leur assignment et ont commencé les travaux le 25 janvier 2016 et ont rendu un rapport le 6 juin 2016.

13 recommandations ont été faites par le duo britannique après plusieurs mois de travail avec la GRA, le MTC et les autres institutions liées à l’organisation et l’intégrité des courses. Une analyse rapide montre que quelques décisions ont été prises et des recommandations initiées, mais qu’au final, la plupart des actions exigées par le rapport d’implémentation n’ont pas été complétées par la GRA. Les principales décisions prises et les projets initiés l’ont été par la CEO Mme Ringadoo et le directeur de l’intégrité Paul Beeby et leurs équipes qui étaient très enthousiastes. Mais bon nombre de ces recommandations n’étaient pas au goût du board et en particulier de Dev Beekhary, qui agissait comme un plafond de verre pour garder la mainmise sur certains domaines de l’hippisme, surtout celles concernant les paris, les licences à être émises, les directives à être imposées au MTC et tout ce qui concerne le doping.

 Comment la MHA  a été travestie

 Ainsi, après plus de cinq ans, ce n’est que maintenant que le ministère des Finances et la GRA se préoccupent de la principale recommandation de la commission d’enquête qui était de créer une Mauritius Horseracing Authority (MHA) indépendante pour reprendre la réglementation et la gouvernance des courses hippiques à Maurice au Mauritius Turf Club (MTC). Mais au vu de la loi qui a été votée, le gouvernement et la GRA entendent aller beaucoup plus loin que les rapports Parry et Gunn-Scotney en intégrant cette instance comme une division de la GRA. Cette instance ne sera pas totalement indépendante comme le réclament les deux commissions qui soulignent avec force que sans indépendance du pouvoir politique, la nouvelle MHA ou Horse Racing Division (HRD) ne pourra qu’être un échec.

En effet, la version de la HRD qui fera force de loi contraindra son responsable à prendre des directives de la GRA, qui elle-même est redevable au gouvernement, qui nomme la totalité des membres de ce board. Ainsi que les autorités l’infirment ou pas, la HRD sera sous la supervision de la GRA, où trônent des nominés politiques dont le passé parle de lui-même, et qui selon ceux qui ont imaginé cette instance mauricienne n’aura pas l’indépendance nécessaire pour fonctionner. Comme le dit Ben Gunn dans une interview plus loin, la HRD ne répond ni dans la lettre ni dans l’esprit à celui préconisé par le rapport Parry et le rapport Gunn-Scotney.

En effet, les consultants Gunn et Scotney ont concentré leurs efforts sur l’objectif principal de créer la Mauritius Horseracing Authority et ont conclu qu’au lieu d’une autorité « autonome », la nouvelle MHA pourrait être créée en tant que division entièrement indépendante de la GRA. Cette décision, qui modifie la recommandation de la commission d’enquête parce que les consultants  étaient convaincus que les critiques virulentes de l’ancienne GRA, au moment de la commission d’enquête, étaient  largement résolues par l’introduction d’un nouveau président M. Gulbul, et une nouvelle directrice générale Mme Ringadoo et la préparation d’une nouvelle stratégie pour la GRA 2016-2018.

Assujetti à des conditions strictes

Il est important de souligner que ce changement d’une MHA vers une HRD indépendante était assujetti à des conditions strictes

•Que des ressources supplémentaires cruciales —à la fois en personnel et en informatique— soient fournies pour la GRA. Sans ces ressources, l’implantation de la MHA en tant que division indépendante avec les locaux au sein de la GRA serait gravement compromise.

•Une partie de la justification pour s’éloigner d’un organisme entièrement « autonome » pour la MHA est la création d’une unité d’intégrité conjointe combinant des agents de la Police des Jeux avec le personnel d’enquête d’une GRA remaniée.

•Pour aider au « renforcement des capacités » de l’unité, il est proposé qu’un certain nombre de membres du personnel effectuent des détachements à court terme auprès de la British Horseracing Authority et de la Gambling Commission en Grande-Bretagne et à leur retour, ils peuvent aider à former le personnel local.

•Beaucoup dépendra de la création d’un système de renseignement distinct et conjoint (MHA et GRA) pour le succès de cette initiative.

•Tout aussi importants sont un examen et une refonte complète et approfondie de la Police des Jeux qui était, en 2016, comme aujourd’hui, terriblement sous-compétente et sous-financée pour mener à bien ses tâches.

Le MTC doit rester  l’organisateur des courses

Ce rapport préconisait que la création de la nouvelle MHA pour réglementer et régir les courses hippiques ne devait surtout pas exclure le rôle futur du MTC qui continuera d’être responsable de l’organisation des courses, ainsi que de fournir des conseils professionnels supplémentaires à la nouvelle MHA. Le transfert de certains membres du personnel du MTC était également prévu. On sait aujourd’hui que le MTC va perdre bon nombre de ses prérogatives sous la nouvelle GRA Act votée début août au Parlement.

Dans  la perspective de la création de la nouvelle MHA, le MTC était appelé à collaborer pour faciliter les changements et les opérations au cours de la période intermédiaire. Cela comprenait des propositions pour de nouvelles règles de course et des améliorations aux systèmes actuels de licence et de réglementation pour les jockeys, les entraîneurs et les propriétaires.

Les autres fonctions envisagées par le rapport Gunn dans leurs missions comprennent un examen des services médico-légaux pour les courses de chevaux et le processus d’amélioration de l’échange d’informations et de la coopération interorganisations par toutes les parties prenantes des courses de chevaux.

En conclusion, Gunn et Scotney recommandaient que des mesures strictes soient prises contre les marchés de paris illégaux et une modification des lois du pays sur les jeux. La GRA Act amendée ne fait aucune provision pour combattre le pari illégal, au contraire, avec l’augmentation de la taxe à 14%, il est clair que ce sont les organisateurs de paris parallèles qui vont toucher le jackpot.

Si toutes les recommandations ne sont pas appliquées et les changements demandés ne sont pas faits, l’intégrité des courses hippiques à Maurice continuera d’être menacée et la confiance du public dans le sport ne reviendra pas.

Résumé et état des 13 recommandations du rapport Gunn-Scotney

1. La Mauritius Horseracing Authority (MHA) devrait être une division statutaire indépendante de la GRA, en vertu d’une loi révisée de la GRA située au sein de la GRA au lieu d’une autorité « autonome ».

Implémentation incomplète : Une division plus légère a été mise en place mais n’a jamais démarré. Puisque le processus de recrutement d’un responsable international du département des courses hippiques a conduit à la sélection de M. Selvaratnam du Sri Lanka, mais ce dernier était en conflit et le contrat a été rompu. Une équipe s’occupait des affaires de courses sous la supervision de Paul Beeby en attendant le recrutement d’un autre HOD pour la division Racing. Une nouvelle division des courses hippiques vient d’être votée, mais son indépendance est critiquée.

2. La nouvelle MHA devrait être responsable devant un conseil d’administration indépendant distinct du conseil d’administration de la GRA comprenant un président, à nommer de l’étranger, le PDG de la MHA avec deux autres personnes indépendantes ayant une connaissance approfondie des courses de l’étranger et deux autres candidats de Maurice, plus un représentant du commissaire de police et un représentant du Solicitor General.

Pas implémenté

3. Une révision des lois sur les jeux (paris) sur les paris à Maurice pour aider à lutter contre les marchés de paris illégaux et fournir un financement pour des mesures d’intégrité.

Pas implémenté : Sanctions accrues en vertu de la loi GRA pour les paris illégaux et les pouvoirs accrus des agents de la GRA ne changent rien. Le CEMS proposé pour suivre les tendances des paris n’a jamais été installé. Paul Beeby et son équipe ont été contraints de surveiller les cotes manuellement à partir du CDM mais Beekharry s’y est opposé. L’appel d’offres pour un système de renseignement (similaire à la CRF) a été fait par Paul Beeby. Le projet bloqué. Introduction d’une disposition pour les paris sans numéraire – un consultant a été nommé pour fournir des recommandations sur la meilleure approche. Jamais mis en œuvre. Introduction d’une disposition pour les paris sur Internet. Jamais mis en œuvre.

4. L’actuel Stipe en chef du MTC et son équipe devraient être recrutés par la nouvelle MHA avec l’ajout d’un autre stipe à temps plein

Pas implémenté : Cependant, CE et Paul Beeby et son équipe ont travaillé en étroite collaboration avec le chef Stipe.

 5. La création d’une Cellule Intégrité Mixte de la Police des Jeux et de la GRA sous le commandement opérationnel du Directeur de l’Intégrité de la MHA recruté à l’étranger.

Pas implémenté : L’unité d’intégrité a été créée mais n’avait pas encore été efficace. Est à nouveau planifié maintenant…

6. Le recrutement d’un « expert en renseignement » à venir à Maurice pour conseiller sur les besoins en renseignement de la Police des Jeux/GRA.

Faite mais pas terminée. Charles Russels  Speechleys nommé. Il a mené son enquête et remis leur rapport à la GRA en juillet 2019. De nombreux changements ont été recommandés mais pas tous efficaces.

7. L’engagement d’un « expert en intégrité » et du directeur potentiel de l’Unité d’intégrité à venir à Maurice pour entreprendre un examen approfondi et concevoir un programme de renforcement des capacités pour le personnel de la Police des Jeux/GRA.

Terminée, puis Annulée. Paul Beeby a été recruté avec un contrat de 2 ans pour mettre en place le département d’intégrité, former le personnel et mettre en œuvre les mesures requises pour l’intégrité dans l’industrie du jeu.

8. Détachements à court terme du personnel de la Police des Jeux et de la GRA à la BHA à Londres et à la Gambling Commission à Birmingham pour faciliter le « renforcement des capacités » du personnel des deux Agences.

Pas implémenté

 

9. L’accord d’un protocole d’accord global entre la GRA et la MHA pour inclure une clarification des « Objectifs de la Police des Jeux » sur les courses hippiques et les fonctions plus larges de la GRA

Pas complété. MoU drafté par Paul Beeby

 

10 Modifications des règles de course pour renforcer la lutte contre la corruption par des mesures disciplinaires.

Partiellement implémenté

11. Modifications des dispositions relatives à l’octroi de licences/enregistrement pour les jockeys, les entraîneurs et les propriétaires.

 

12. Le protocole d’accord entre le FSL et la GRA soit suspendu sine die.

Pas implémenté. Y-a-t-il un Mou avec le FSL ?

13 . La création d’un nouveau forum pour l’échange d’informations et l’amélioration de la coopération interagences pour les parties prenantes dans les courses hippiques devant être présidé par le CE du GRA.

Pas implémentée

 Rapport Parry : seules 4 des 23 recommandations totalement implémentées

La commission d’enquête Parry sur les courses de chevaux à Maurice continue à faire parler d’elle. Remis en mars 2015, il a formulé 23 recommandations pour améliorer l’intégrité des courses de chevaux dans notre pays. À ce stade, seules quatre des recommandations ont été implémentées, alors que les 19 autres n’ont pour la plupart même pas été considérées ou bloquées par la hiérarchie de l’autorité.

Celles qui ont retenu l’attention de la GRA concernaient surtout le « enhancing the procedures for registration and licensing of owners and trainers to include more effective due diligence checks », « procedures for the purchase of racehorses be reviewed to assess if they remain fit for purpose » et « all future deliberate doping of a horse, including anabolic steroids, should be referred to the Police des Jeux ».

Finalement, la commission demandait que « the general adequacy and, in some cases, excellence of veterinary and security arrangements demonstrates its effectiveness in those areas by better communication to the media and racing public. »