S’il assure qu’il ne s’agit pas d’une menace, mais plutôt d’un cadeau, le Premier ministre a confié son intention de «prend zot cont enn par enn…» Une menace à peine déguisée pour prévenir la presse qu’il traînera devant la justice bientôt. C’était à Providence, dans le cadre de l’inauguration du nouveau Village Hall, d’une salle de gym et d’un terrain de pétanque à laquelle participaient également le ministre Yogida Sawminaden et la ministre Leila Devi Dookun-Lutchoomun. Pravind Jugnauth se référait aux articles de presse faisant état des dépenses électorales des trois élus de la circonscription No 8, lui-même, Leela Devi Dookun-Lutchoomun et Yogida Sawmynaden, révélées dans les Kitsnen Papers.

Pravind Jugnauth a ainsi signifié son intention, avec ses deux colistiers d’aller en cour contre «sa bann dimoun ki pe nek zazer, granmatin tanto, pas conner ki insanité pe rabasser». Il a fait aussi ressortir, en faisant état des développements survenus dans la circonscription No 8, que «nou bann batiser nou, nou pann vinn la pou touy dimoun nou…»
Après avoir indiqué qu’il avait fait sa propre enquête et qu’il n’avait rien à reprocher au ministre du Commerce, cette fois, Pravind Jugnauth brandit l’artillerie lourde et annonce des poursuites en cour contre ceux qui font état des Kistnen Papers. «Ena bann allégations ki pe fer. Pe vine dire nou finn triker. Inn coumans are Kistnen Papers, après pe gagn Jules Papers, mo pa conner sipa pou ena Pierre, Paul, Jacques Papers encore, mais laisse mo dire zot sa pa pou détourner mo l’attention. Mais selmant mo pou prend zot cont enn par enn…» D’où le «cadeau» qu’il fait à la presse en la prévenant que «mo pa pe menacé. Mais mo pou amene zot divan la cour», faisant ressortir: «Vinn are Kistnen ou Jules Papers, lerla nou va guetter ki sannla pe coz la vérité.»

Cadeau à la presse
Traitant ses opposants de «clowns» et de «bluffers», le chef du gouvernement a vertement critiqué l’opposition qui, dit-il, l’accuse depuis plus d’un an d’avoir truqué les élections. «Avan ti pe dir Monn rente par limpos. Aster par ki Monn rentrer. Mais zot pas accord, zot pas accepter zot inn perdi», dit-il commentant la décision de l’ancien ministre des Infrastructures publiques, Anil Baichoo de retirer sa pétition contre les candidats élus de la circonscription No 9. «Avant ti p dire nou pe servi delaying tactics, aster kan vinn devant la cour, Missié inn tuiitt…», dit Pravind Jugnauth, citant d’autres exemples de retrait de pétitions, dont celui de Roshi Bhadain.

Faisant étalage des développements survenus dans la circonscription No 8 depuis que son gouvernement est au pouvoir, le Premier ministre rappelle sa vision pour une île Maurice prospère. Il a déclaré, sans doute faisant allusion au décès de l’ex-agent MSM qui a trouvé la mort dans des circonstances non élucidées et qui défraie la chronique ces jours-ci: «Nou bann batiser nou, nou pann vinn la pou touy dimoun nou…»

Tirant à boulets rouges contre l’opposition, Pravind Jugnauth déplore les critiques émises contre son gouvernement quant à la gestion de la Covid-19. Et aujourd’hui encore en ce qui concerne les vaccins. «Ena ena l’agenda met désordre dans pays. Aster pe dir dimoun dessan lor larue. Couma dir élection fer lor sime. Ou seki ounne voter la li pas conter, se lor larue ki pou choisir gouvernema», ironise-t-il. Mais tout ceci ne le démontera pas, a-t-il ajouté, «ce n’est pas enn poignée fouter desordre ki pe rod destabilise pays ek met bâton dans laroue ki pou arrete moi. Mo pou reste concentrer lor mo l’objectif ki amélioration la vie nous bann citoyens». Et dans sa phrase finale, comme une dernière menace, «la presse kapav écrire seki li envi écrire, moi mo pou contine travay ek mo pas per».