Avec la réception vendredi de 100 000 doses de vaccin AstraZeneca produites par le Serum Institute of India et offert par le gouvernement indien, les autorités sanitaires peaufinent les dernières dispositions pour entreprendre à partir de ce mardi la vaccination contre la Covid-19 de 50 000 frontliners. Un exercice de simulation du programme national de vaccination est prévu à l’hôpital Victoria demain.

Selon le National Deployment Covid-19 Vaccination Plan (NDCVP), une liste prioritaire des frontliners, à commencer par les officiers de la Santé œuvrant dans les centres de quarantaine ainsi que les frontliners affectés à l’aéroport, dont les policiers, a été établie. Le programme de vaccination devrait par ailleurs connaître une accélération avec, outre ces 100 000 doses du vaccin AstraZeneca, une partie des 260 000 doses des vaccins réservées pour Maurice à travers l’OMS dans le cadre de la Covax Alliance, devront arriver au pays au début du mois de février. Ces nouvelles donnes sécuritaires confèrent une lueur d’espoir aux opérateurs économiques, plus particulièrement ceux de l’industrie touristique, qui s’appuient sur les propos du Premier ministre pour entrevoir la réouverture des frontières.

5000 doses par jour

L’appel du leader du MMM au gouvernement mauricien de recourir aux relations bilatérales indiennes ne semble pas être tombé dans l’oreille d’un sourd. Dans le cadre d’une mission baptisée “Vaccine Maitri”, la Grande Péninsule a dépêché un avion spécial, Air Force India, vendredi pour effectuer la livraison de 10 000 fioles de vaccins, soit 100 000 doses AstraZeneca qui serviront au démarrage de la campagne de vaccination à Maurice contre la Covid-19.

C’est le Premier ministre lui-même, Pravind Jugnauth, aux côtés du ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, et de plusieurs autres ministres et représentants du PMO, qui a réceptionné des mains de la haute-commissaire de l’Inde à Maurice, Nandini Singla, ce premier contingent. L’avion a atterri à l’aéroport SSR vers 19h vendredi et le débarquement des cartons de vaccins a aussitôt démarré après que, symboliquement, la haute-commissaire de l’Inde a remis une boîte de vaccins à Pravind Jugnauth, non sans avoir souligné l’œuvre de solidarité de la Grande Péninsule envers Maurice et l’espoir que représente ce don qui permettra, assure-t-elle, la relance du tourisme et de l’économie.

Exercice de simulation à Candos

Placés dans une camionnette réfrigérée, les cartons de vaccins ont ensuite été dirigés vers une stock room tenue secrète avant leur administration à partir de ce mardi. Selon nos informations, les autorités sanitaires procéderont en présence du ministre de la Santé et du directeur du bureau de l’OMS à Maurice, le Dr Laurent Musango, à un exercice de simulation d’administration des vaccins par le personnel formé récemment pour. La première injection du vaccin AstraZeneca se fera à l’hôpital ENT transformé, rappelons-le, en centre de quarantaine. Le programme de vaccination sera étalé sur plusieurs jours et au plus tôt, le ministère de la Santé disposant d’une capacité d’administration de 5 000 doses par jour. Selon le NDCVP, la vaccination sera décentralisée et effectuée par vingt équipes à travers le pays.

Avec 100 000 doses reçues de l’Inde ce vendredi, 50 000 personnes seront vaccinées dans un premier temps, soit deux doses par personne. La deuxième dose sera administrée aux mêmes 50 000 volontaires 28 jours après le premier. Ce sont les frontliners qui seront vaccinés en premier, mais là encore, une liste prioritaire des frontliners, à commencer par les infirmiers, les médecins dans les centres de quarantaine ainsi que le personnel de l’aéroport et les policiers, a été établie pour ce premier contingent. Les autorités sanitaires comptent procéder à la vaccination des personnes âgées dans un deuxième temps.

Si la date officielle quant au démarrage du programme de vaccination dans le public sera ultérieurement communiquée, les autorités rappellent que la vaccination ne sera pas obligatoire comme c’est le cas pour les vaccins contre la grippe. Les intéressés devront signer un consent form. Il faut savoir qu’au vu des premiers essais de la vaccination AstraZeneca, les personnes de moins de 18 ans, les femmes enceintes, ceux souffrant de pathologies spécifiques ou d’allergies ne seront pas vaccinés.

Vaccins Pfizer-BioNTech avant le 15 février

Par ailleurs, les autorités sanitaires mauriciennes se préparent à recevoir un deuxième contingent de vaccins anti-Covid, cette fois à travers les démarches de l’OMS, cadrées d’après la Covax Alliance qui devraient assurer à Maurice la réception de 260 000 doses de vaccins pour lutter contre la pandémie. Information confirmée par le Dr Laurent Musango, qui déclare avoir reçu un communiqué du bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé indiquant qu’une partie des 20 % des vaccins prévus selon la Covax Alliance devrait arriver à Maurice avant le 15 février. Il s’agira des vaccins Pfizer-BioNTech pour lesquels les autorités sanitaires s’activent actuellement à mettre en place les dispositifs de stockage.

À savoir que d’autres pourparlers sont engagés avec plusieurs autres laboratoires, dont Moderna, Johnson & Johnson, Sinopharm de Chine et Gamaleya, mais aussi Astra Zaneca… en vue de s’approvisionner, l’objectif étant d’atteindre l’immunité collective avec au moins 60% de la population vaccinés.