Opinions

Lors de la deuxième partie de son allocution vendredi dernier pendant le rassemblement du Club Maurice en amont des Jeux Olympiques de Rio, le ministre Yogida Sawmynaden...

Décidément, certains de nos ministres semblent avoir un tempérament de guerrier ces jours-ci. Après le Premier ministre qui s’en prend,...

Il y a comme une soudaine poussée de censure dans ce pays. Ou une résurgence d’une certaine idée de la morale ou de la pudibonderie qui se cachent,...

Le Centre for Research on Slavery and Indenture (CRSI) inscrit, semble-t-il, son 10e anniversaire dans une nouvelle dynamique, où les projets se multiplient tant au...

Ces 10 derniers jours où le froid battait son plein, l'hiver étant à son apogée, et où chacun d'entre nous cherchait par tous les...

Scope

C’est une musique joyeuse qui puise ses racines de la diversité culturelle mauricienne pour laisser s’exprimer l’âme du pays. Dans un assortiment d’instruments traditionnels et classiques, Patyatann s’invente une mélodie avec poésie. Les dix titres de Sanpek se complètent, en prenant chacune une identité. L’album, qui sera lancé le 6 août par un concert à Pailles, marquera les esprits et touchera les cœurs.

L’hiver est propice aux plantes que l’on trouve à Maurice. La période est particulièrement bonne lorsqu’on veut mettre en terre des plantes ornementales, qui...

Pour la deuxième année consécutive, Maurice organisera la fermeture de la pêche d’ourites pendant deux mois, entre le 15 août et le 15 octobre. Cette mesure...

20 Jul 2016

Son courage a de quoi faire rougir les plus jeunes. Pour Daniel Carver, les dures années de labeur ne devraient être qu’un lointain souvenir. Mais il n’a pas choisi de se laisser aller à une vie tranquille et se reposer sur ses lauriers. Cet arrière-grand-père travaille toujours, et il n’a pas choisi la profession la plus facile. Il est maçon à 77 ans.

Sous les projecteurs depuis le naufrage du cargo MV Benita, le petit village côtier du Bouchon, dans le sud, n’est pas sorti de sa quiétude. Si sa plage a gagné en notoriété, le village se laisse (re)découvrir en toute simplicité. Malgré l’effervescence suscitée par la présence du cargo battant pavillon libérien, Le Bouchon n’a pas changé ses habitudes.

Ongles parfaitement manucurés et silhouette élancée, visage de poupée sublimement maquillé, longs cheveux noirs, Manika Sanyasi, perchée sur des talons aiguilles, a l’apparence d’une bimbo des temps modernes. Née à Paris de parents mauriciens, elle a grandi à Londres où, en véritable chef d’orchestre, elle s’est lancée dans le wedding planning. Depuis l’année dernière, la jeune fille a décidé de se consacrer à l’organisation de mariages à Maurice. Elle s’est vite fait une place au paradis, avec sa compagnie, La Soirée D’élite.

Chayetan Seebaluck et son fils Akshay Kumar organisent une exposition de peinture à l’Alliance Française de Bell Village, du 22 au 30 juillet. Intitulée Sur les traces de mon père, elle comprend une cinquantaine d’œuvres impressionnistes illustrant des paysages de Maurice et de l’Inde.

Pour commémorer le World Day Cultural Diversity for Dialogue and Development, célébré le 21 mai, la National Art Gallery avait lancé une compétition de photographies. Les gagnants sont connus depuis vendredi dernier. Une exposition de photographies regroupant les clichés des finalistes s’est tenue au Centre Culturel Chinois à Bell Village.

À l’Île Maurice comportera dans ses plus infimes détails l’empreinte de Jean-Claude Gébert. Des compositions jusqu’aux dernières retouches en studio, le chanteur et multi-instrumentiste a été le seul à avoir travaillé sur toutes les étapes de ce 15-titres. Celui dont la voix et l’image ont vogué sur les ondes mauriciennes pendant 46 ans n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa passion. L’album qu’il lance cette semaine en est une belle preuve pour cette personnalité du monde audiovisuel qui cherche avant tout à rendre hommage au pays.

TurfProgramme & Résultats

Après la dernière manche du championnat des 4-ans la semaine dernière, c’est la Lightning Cup qui sera l’attraction principale de cette dix-huitième journée, course qui couronne traditionnellement le coursier le plus rapide de l’île. Après l’exercice des retraits effectué ce matin (ndlr: jeudi) et qui a vu le scratching des deux chevaux de Gilbert Rousset, à savoir King’s Knight et Kimberly Al et Azapel de l’entraînement Shirish Narang, il ne seront que huit sur la grille de départ de ce sprint court sur un kilomètre.

Les Racing Stewards ont encore sévi ce matin : trois semaines de suspension pour l’apprenti Jameel Allyhosain, sanctionné pour sa monte sur Please To Progress, alors que...

Le cheval le plus rapide du Champ de Mars est bien Reim. Le hongre a démontré d’énormes qualités de lutteur pour venir à bout de Nordic Warrior. Voil...

21 Jul 2016

Seul Patrick Merven a réussi le doublé hier, par l’entremise de Mighty Lion, qui permit au jockey Chumun d’ouvrir son compteur local 2016, et de The Tripster, piloté par James Winks. Le leader Gilbert Rousset a tiré son épingle du jeu grâce à Karraar, qui en profitait pour inscrire sa quatrième victoire de suite. La casaque bleue électrique des Gujadhur a brillé grâce à Reim, qui a été sacré roi du kilomètre en dominant Nordic Warrior dans les derniers mètres de l’épreuve principale, tandis que Rameswhar Gujadhur a conservé sa belle série grâce à l’extrême outsider Polar Palace. Le quatrième au classement, Ricky Maingard, a brillé par son absence puisqu’il était le seul à ne pas avoir de partant. Alain Perdrau, Raj Ramdin et Vincent Allet sont les trois autres entraîneurs à avoir également accueilli un gagnant chacun.

Les Administrateurs du Mauritius Turf Club ont tranché. Les contestations de Ramapatee Gujadhur et de Jean-Michel Henry n’ont pas été acceptées. Ce qui fait que le Maiden 2016 sera réservé aux chevaux ayant une valeur de 60 et plus. Le seul petit changement intervenu est que si les stalles n’affichent pas complet, les chevaux se trouvant dans la fourchette de valeur (55-59) auront la possibilité d’être de la partie. Auparavant, il était question que les chevaux de valeur 50 à 54 seraient aussi éligibles.

Les commissaires de courses étaient à pied d’œuvre pour le compte de la 17e journée, où ils ont ouvert pas moins de sept enquêtes, à l’issue desquelles deux cavaliers furent sanctionnés. Si Bernard Fayd’herbe a écopé de deux semaines de suspension pour careless riding sur Charles Lytton, Yashin Emamdee devra, lui, observer la prochaine journée sur la touche en sus de s’acquitter d’une amende de Rs 25,000 pour avoir été trouvé coupable de ne pas avoir piloté Soweto Slew (5e course) à la satisfaction des Racing Stewards.

« Good rides but bad draws ». C’est en ces termes que Bernard Fayd’herbe nous a résumé le 17e acte où seul Scotsnog, engagé dans la dernière manche du championnat des 4-ans, a pu s’imposer pour sauver sa journée. Et quelle victoire!, serait-on tenté de dire, puisque la cravache de l’entraînement Rousset s’offrait par la même occasion son premier Groupe 1 depuis son retour au Champ de Mars.

Après des débuts plus ou moins discrets – un seul placé pour sept montes avant le début du 17e acte – Jean-Pierre Patrick Guillambert est finalement parvenu à vaincre le signe indien grâce à un pillar to post sur No Resistance, la nouvelle unité de l’entraînement Narang. Le Britannique n’aura cependant pas l’occasion de surfer sur la vague de son premier succès puisqu’il a remis le cap sur l’Angleterre samedi dernier pour assister au mariage de sa sœur, les festivités qui feront qu’il manquera à l’appel ce samedi.