Cercle de Joachim, club du président de la MFA, Samir Sobha (faisant ici l'accolade après son élection de 2018), fait actuellement l'objet d'une enquête policière

La Mauritius Football Association (MFA) tiendra son assemblée générale annuelle, ce vendredi après-midi à Trianon. La question qui se pose toutefois est de savoir si le président Samir Sobha peut légitimement présider les débats. Car le club qu’il représente à la fédération, à savoir Cercle de Joachim, fait actuellement l’objet d’une enquête policière à la demande du ministère du Travail.

Cela suivant une sanction de 10 000 francs suisse (quelque Rs 400 000), infligée par le comité disciplinaire de la Fédération internationale de Football Associations (FIFA), en mai dernier. Ce qui est très important de noter, c’est que ce comité avait trouvé le club curepipien coupable de n’avoir pas respecté les procédures d’usage.

Les membres faisant partie de l’assemblée de la MFA sont convoqués, ce vendredi à Trianon. Une rencontre au cours de laquelle des décisions importantes seront approuvées. Entre autres, le calendrier d’activités pour la saison 2020/21 et le budget qui va avec. Sans oublier que le trésorier aura à faire état des millions obtenues auprès de la FIFA et de la Confédération africaine de Football (CAF) dans le cadre d’un plan d’aide suivant la pandémie de COVID-19.

Mais déjà, les conditions entourant cette assemblée sont fortement questionnées, notamment l’importance de décisions qui y seront prises et ce, par rapport à la position du président de la MFA, Samir Sobha. Car Cercle de Joachim, dont il représente les intérêts, se trouve actuellement dans une situation compliquée suivant la sanction de la FIFA Disciplinary Committee pour avoir effectué des transferts « outside TMS (Transfer Matching System) without ITC (International Transfert Certificate) ».

Permis de travail

L’affaire a même pris une autre tournure, plus précisément pour ce qui est des permis de travail délivré aux cinq joueurs étrangers. Le ministre des Sports, Stephan Toussaint, avait d’ailleurs, dans une déclaration à l’Assemblée nationale le 4 août dernier, indiqué : « en ce qu’il s’agit de work permit, je peux dire en tout cas qu’au niveau du ministère de Labour, the matter has already been referred to the Police. Donc, par rapport à work permit et spécifiquement dans le cas de Cercle de Joachim, the Ministry of Labour has already referred the matter to the Police, la Police va enquêter. »

Dans ces conditions précises, Samir Sobha peut-il légitimement présider les débats ? Car qu’on le veuille ou non, cette affaire dépasse largement le simple cadre d’un transfert de joueur étranger. Car un document certifié par la MFA, mais ne correspondant pas aux normes requises par la FIFA, a été présenté aux autorités mauriciennes. C’est pour cette raison d’ailleurs que des dirigeants avaient réclamé la démission de Samir Sobha, mais également celle du secrétaire-général, Didier Pragassa, ainsi que de celui responsable du système TMS à Maurice, Nazeer Bowud.

Les membres présents, ce vendredi, auront-ils le courage de venir contester la présidence de Samir Sobha ? Ou encore, poseront-ils des questions par rapport à cette situation pour savoir si la MFA a sanctionné Cercle de Joachim à ce jour et si elle comptait le faire dans le cas où elle ne l’a pas encore fait ?

L’affaire Laayoune

Il faudrait aussi savoir si la question liée au retrait de la sélection nationale à la Coupe d’Afrique des Nations de futsal de fin janvier sera évoquée. Pour rappel, la MFA avait approuvé ce déplacement, alors que cette compétition se jouait sur un territoire de conflit et non-reconnu par l’Organisation des Nations Unies !

Conséquence: la MFA s’est vu infliger une lourde sanction de 75 000 USD par la CAF suite à son retrait prématuré de la compétition. Sans oublier les 71 600 USD (environ Rs 2.7M à l’époque) devant être payés aux organisateurs, afin de pouvoir quitter le Maroc ensuite. Le ministère des Sports avait, rappelons-le, accepté de participer à ces derniers frais, soit à la hauteur de Rs 500 000 ! La question qu’il faudrait maintenant savoir c’est si la MFA a déjà réglé la totalité des sommes dues.

Par ailleurs, l’affaire d’allégation de match truqué datant de début 2019 est toujours restée sans réponse en l’absence d’un communiqué officiel de la fédération. Une enquête avait été initiée, dit-on, mais une année après, on se sait toujours pas si la MFA a identifié les coupables ou pas ou encore, si cette affaire a tout simplement été classée. Trois clubs en sont concernés, à savoir Entente Boulet Rouge/Riche Mare Rovers, Grande Rivière Sud Est Wanderers et Upper Vale Starlight SC. Ces clubs ont-ils bénéficié des Regional Grant auprès du ministère des Sports, lors de la saison écoulée ?
Ce sont là autant de questions qui méritent d’être éclaircies lors de l’assemblée générale de ce vendredi. Il incombe donc aux membres d’assumer pleinement leurs responsabilités en allant chercher des réponses.