« Poem Fertil », signé Jason Lily, vient tout juste de sortir de terre. Ce recueil de 12 poèmes se veut être le premier d’une longue et riche série de poèmes en kreol. Artiste à part entière, Jason Lily, 32 ans, nous parle de ses inspirations et aspirations. Rencontre.

« Ce sont en vérité 36 poèmes », nous dit Jason Lily, d’emblée. Soit 12 poèmes écrits et réécrits en kreol morisyen, français et anglais. « Je ne parlerai pas forcément de traduction, mais plutôt de réécriture, car il faut l’avouer que cela m’a demandé beaucoup de temps de reproduire, non pas la forme, mais le contenu des poèmes en anglais et français », nous dit-il. En effet, c’est en 2018 que les premières semences de « Poem Fertil » sont mises en terre, alors qu’il est en France. Deux ans après, vient enfin venue l’heure de la floraison et de la récolte.

« J’ai décidé de me lancer en début d’année. Ce n’était d’ailleurs pas facile de trouver des sponsors, entre autres, et j’ai frappé à toutes les portes, sans succès au départ. » Mais la patience a fini par porter ses fruits, notamment avec la nouvelle maison d’édition A3Can, cofondée par Danilo Pavaday. « Un mal pour un bien », dit-il. « Car ainsi, j’ai pu rencontrer ceux qui croient réellement dans l’art mauricien. » Ils sont, par ailleurs, 80 personnes à avoir cru dans le talent de Jason Lily. « On a lancé un Gofundme en début d’année et ce sont 80 personnes qui ont contribué à mettre tout cela sur pied », explique Jason Lily. « Mo ti éna lafwa dan dimounn ki kontan Lar, me azordi li ankor pli for », confie le jeune homme.

Pour chaque livre acheté, une semence de « Bwa Tanbour » offerte

Ces poèmes d’ailleurs, il les a aussi écrits pour eux. « Oui, cet ouvrage a été pour moi un moyen d’expression, mais il a aussi une dimension pédagogique. » Raison pour laquelle le recueil est trilingue. « La langue d’expression première est le kreol mauricien. Une langue tellement riche et qui mérite qu’on la valorise encore plus. C’est aussi un moyen pour la positionner en tant que langue à part entière », dit-il. « Mais j’ai aussi souhaité toucher encore plus de gens, raison pour laquelle les poèmes ont été réécrits en anglais et français pour leur apporter une dimension plus internationale. » Et aussi un moyen pour enrichir la collection naissante de poésie et de littérature mauricienne et en kreol morisyen, qui plus est !

Par ailleurs, « afin d’éveiller une prise de conscience générale sur la pertinence du créole mauricien et ainsi nourrir la nécessité de s’exprimer dans cette langue qui est parlée par plus de 90 % de la population mauricienne. Le projet “Poem Fertil” s’adresse aussi au jeune public afin de stimuler un éveil littéraire auprès de la nouvelle génération et ainsi développer leur écriture créative. » Ainsi, Jason Lily nous annonce que demain son équipe et lui iront à la rencontre d’enfants à Résidence Mangalkhan et à Roche-Bois « car ce livre c’est aussi cela : aller à la rencontre des gens, pour les encourager à s’exprimer ». Aussi, engagé dans la protection de l’environnement, pour chaque livre acheté, des semences d’arbres endémiques seront offertes. « Chaque personne repart avec une semence de Bwa Tambour ».

« Une des plus belles rencontres que j’ai faites s’est passée pendant la semaine. A Bagatelle, j’ai rencontré une dame qui nettoyait. Intriguée, elle a voulu en savoir plus sur le livre. En discutant, elle a commencé à me montrer les photos de ses plantes. Finalement avant que je parte, elle a acheté un livre. Cela m’a beaucoup touché de voir qu’il y a partout des gens qui veulent soutenir l’art mauricien. Je lui ai d’ailleurs donné quatre ou cinq semences de Bwa Tambour », se souvient-il. « Poem Fertil » parle ainsi de la terre, de la liberté, du présent mais aussi un peu de son vécu, beaucoup influencé par sa fiancée Gaëlle, avoue-t-il. « On ne le dit pas assez souvent, mais il est important d’avoir du soutien, surtout en tant qu’auteur et ma fiancée m’a toujours soutenu », dit-il.

En attendant un deuxième recueil de poèmes, que Jason Lily espère verra le jour avec la collaboration d’autres poètes, le jeune homme travaille sur un livre-documentaire.

« Poem Fertil » est en vente à Rs 250 en librairies et sur le site Web de la maison d’édition : www.a3can.net.

Questions minute

Entrepreneur, chanteur, musicien, auteur-compositeur et poète, Jason Lily vit et respire l’art. Nous lui avons posé ces quelques questions histoire de mieux comprendre son univers.

Un auteur ?

Je peux donner deux auteurs ? (rires) En premier, je dirai Khalil Gibran auteur de « Le Prophète » et Rudy Francisco qui a écrit « Hélium ». Il m’a d’ailleurs inspiré pour le format de mon livre.

Une chanson ?

« Ras Kouyon » de Kaya. Pour moi, on est pas une « ras kouyon », et aussi parce que Kaya est un des plus grands poètes et artistes de Maurice, selon moi. Li domaz ki péna asé lalimier lor séki inn ariv li   

Un film ?

« Ray » avec Jamie Foxx. C’est un film qui m’a beaucoup marqué et Jamie Foxx a été excellent dans son rôle. Un grand artiste.