Photo illustration

Ils étaient absents pendant tout le confinement et ont miraculeusement refait surface la semaine dernière. Certains parents ont été surpris quand les éducateurs de leurs enfants les ont contactés pour les informer qu’il y avait des devoirs à soumettre à la rentrée, prévue le 1er juillet.

Depuis, ce sont des pages et des pages de devoirs qu’ils envoient chaque jour pour échapper aux sanctions, car le ministère de l’Éducation exige une évaluation du travail accompli par les enseignants pendant le confinement. Cela, alors même que la ministre Leela Devi Dookun-Luchoomun a accordé deux semaines de congé pour que les enfants puissent souffler avant la reprise…

Si les parents sont restés tranquilles pendant tout ce temps, c’est parce qu’ils avaient peur que leurs enfants ne subissent la colère de leurs enseignants en classe. Mais après deux semaines, ils se disent dépassés et révoltés par ce qui se passe.

C’est notamment le cas dans une école catholique de l’est, où une institutrice envoie chaque jour une dizaine de pages de devoirs à ses élèves avec comme exigence : « Les devoirs doivent être recopiés dans un cahier. » Du coup, les parents se retrouvent avec des cahiers à remplir au bureau, car, disent-ils, « les enfants n’arriveront jamais à copier et faire tous ces devoirs avant la rentrée ». Une maman dépassée a même ajouté : « Je ne sais pas pourquoi elle a attendu la veille de la reprise pour envoyer tous ces devoirs. »

De plus, confie cette dernière, les devoirs sont envoyés sans aucune explication. « J’essaye, selon mes moyens, d’expliquer moi-même à mon enfant comment faire les devoirs. Mais je dois avouer que, parfois, je ne sais pas », dit-elle.

La situation dans cette école ne serait pas un cas isolé. Il nous revient en effet que, depuis que les autorités ont fait savoir que toute la question de “l’Online and Distance Learning” sera évaluée par le département de la Quality Assurance du ministère de l’Éducation, c’est le branle-bas de combat chez certains.

Sollicité pour une réaction face à cette situation, un recteur explique : « Si les enseignants ont attendu la veille de la rentrée pour donner des devoirs, c’est aussi la faute au responsable de l’école, car, selon les directives du ministère, chaque recteur devait faire le suivi pendant tout le confinement. Ce n’est pas maintenant, quand il faut rendre des comptes à la Quality Assurance, qu’ils vont se démener. » Il encourage donc les parents à rapporter ces cas aux autorités.

Rappelons que, selon les amendements apportés à l’Education Act, sous la Covid-19 Act, des sanctions sont prévues, avec effet rétroactif, contre ceux qui n’ont pas respecté les consignes du ministère sur l’Online and Distance Learning.