- Publicité -

Changement Climatique – Pour juillet-décembre : Rodrigues en état d’urgence d’eau !

Recours du chef commissaire, Johnson Roussety, à des Emergency Procurements en vue d'unités de dessalement conteneurisées Sylvain Pierre-Louis de la Water Unit : « La situation est grave ; en huit ans, c’est la première fois que je vois ça »

Avec l’approbation du conseil exécutif de l’Assemblée régionale de Rodrigues, le chef commissaire (CC) Johnson Roussety a décrété l’état d’urgence dans le secteur de l’eau dans l’île. La situation de l’eau pour les prochains six mois est des plus préoccupante.
« Nou pe antisipe ki dan bann mwa ki pe vini, depi ziye ziska desam, bann mwa ki bien defisiter, kot lapli bien tigit, sitiasion pou bien difisil dan Rodrig. Nou konpran dan ki soufrans popilasion pe pase, me nou la depi le 5 mars, nou pe fer tou pou rezoud problem delo an antie pandan nou manda, me sa sitiasion ki nou finn erite avek ansien gouvernman la li katastrofik », déclare-t-il en faisant appel à la population.

- Publicité -

Johnson Roussety dit avoir rencontré le Premier ministre, Pravind Jugnauth, pour faire état de l’urgence dans ce secteur et des risques sans précédent pour les activités au quotidien à Rodrigues. Il a eu aussi des consultations avec le ministre des Utilités publiques Joe Lesjongard, le ministre de l’Agro-industrie Maneesh Gobin et l’Indian High Commissioner Nandini Singla.

Des milliards investis sans résultats…

Chiffres à l’appui, Johnson Roussety a indiqué par ailleurs que le potentiel d’eau de surface, de 4 983 m³ par jour, n’est qu’à 1 988 m3 d’eau. Les Boreholes, qui pourvoyaient 3 833 m³ d’eau par jour ne fournissent désormais que 2 465 m3. « Mais le plus grave, c’est que de 2012 à 2022, des milliards ont été investis dans des unités de dessalement qui aujourd’hui ne donnent pas les résultats escomptés. Sur les cinq unités de dessalement, seulement deux sont en opération », ajoute-t-il en passant en revue la performance de ces unités, notamment celle d’Anse-aux-Anglais, Pointe-Coton, Songes, Caverne Bouteille ou de Baie-Malgache

Johnson Roussety s’appesantit sur le point qu’au lieu d’une capacité totale de 14 000 m3 d’eau par jour en temps normal, seulement 6 000 m³ sont générés, alors que la demande a doublé. Il indique que c’est la raison pour laquelle la population fait face à des problèmes d’approvisionnement en eau, et que la fréquence de distribution sera encore plus irrégulière dans les mois à venir.

« Nou kone dan lepase inn enan boukou manifestasion delo, me si enan ankor manifestasion, se pa kont nou ki li bizin vize me kont lansien gouvernman rezional ki ti la avan. Ek zordi nou pe deklar enn irzans dan sa sekter la parski nou pa pou enan delo pou donn dimounn, sirtou dan mwa septam ek oktob kot lapli pa pou tonbe ek dimounn pa pou kapav ramas delo lapli pou stoke. Delo pa pou gagne dan rezo piblik ek sitiasion pou deteriore parski plizir laponp inn kase ousi », prévient le chef commissaire.

Pas de réservations touristiques ‘parski penan delo’

Le chef commissaire fait ressortir que des correspondances ont été envoyées aux autorités concernées à Maurice quant à la situation d’urgence déclarée, afin d’avoir l’autorisation de s’engager dans des Emergency Procurements pour l’acquisition d’unités de dessalement conteneurisées, afin d’accroître la production d’eau et soulager par là même la population.
« Cela paraît faisable mais tout dépendra du Procurement Policy Office. Des experts indiens sont attendus dans l’île incessamment afin d’épauler l’Assemblée régionale dans la mise en place d’un Master Plan pour l’eau dans le long terme. Popilasion bizin konpran ki zordi enan bann dimounn ki enan volonte, louvertir despri ek lintelizans ki kone ki bizin fer dan sekter delo. Les camions du privé ne seront plus autorisés à puiser l’eau à des fins commerciales, mais uniquement pour la distribution dans les régions au nom du gouvernement régional », fait-il comprendre.

Il ajoute que même l’industrie touristique sera affectée et ne pourra plus prendre de réservations « parski penan delo. Nou pou bizin rezerv delo pou popilasion ek pa pou enan kamion delo pou dimounn aste ».

Sylvain Pierre-Louis, officier de la Water Unit, souligne que la fréquence de distribution dans la région Nord est de 55 jours en moyenne. Mais cette fréquence passera à 60 jours, voire plus, car la production d’eau est déficitaire de 400 m³ par jour dans cette région ‘parski desalman Anse Aux Anglais inn kase’.

« Cascade Pigeon est presque à sec et le forage de Mont-Lubin ki ti pe donn nou 200 m³ inn tonbe. La situation est grave ; en huit ans, c’est la première fois que je vois ça », dit-il.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour