Iqbal Sookhroo, président de l’USU: « Inn tap lestoma ek Arizona me la kinn arive ? »

Les pratiques de l’Université de Maurice (UoM) ont été dénoncées dans une lettre adressée récemment à l’Officer in Charge de la Higher Education Commission par l’University of Mauritius Staff Union (USU). Selon cette correspondance, les finances de l’institution sont compromises à cause des « décisions irréfléchies ».

Le premier élément mis en exergue dans la lettre est la collaboration entre l’Université de Maurice et celle de l’Arizona pour un “dual degree” aux étudiants qui choisiront les cours offerts. En effet, annoncé depuis deux ans, cette collaboration semble être un coup d’épée dans l’eau. Les programmes menant à un “dual degree” étaient vantés et l’optimisme était démontré de la part de l’UoM, s’agissant de la capacité de l’Université d’Arizona de pouvoir attirer un bon nombre d’étudiants pour démarrer les cours. « Inn tap lestoma ek Arizona me la kinn arive ? » se demande Iqbal Sookhroo, président de l’USU joint au téléphone.

Selon la lettre, les cours de l’Université d’Arizona sont de 11 000 dollars américains par année. De cette somme, 50% des “tuition fees” doivent être remis à l’Université d’Arizona selon l’accord signé entre l’UoM et cette institution américaine. Le cours de “Bachelor of Applied Science in Cyber Operations”, proposé l’année dernière, n’a pu attirer plus de 25 étudiants et, de ce fait, ces derniers ont été remboursés. Selon la lettre, le même cours a été promu cette année et les frais exigés aux étudiants mauriciens étaient de USD 5 500 et Rs 10 000 comme frais administratifs. La lettre stipule que la somme de USD 5 500 obtenue des étudiants doit être remise à l’université américaine.

« Nous n’avons obtenu que 10 étudiants pour les cours de l’Université d’Arizona et les cours ne sont pas offerts alors que les étudiants ont déjà effectué leur paiement », explique Iqbal Sookhroo. De plus, selon lui, l’UoM a octroyé un espace de 1 000 mètres carrés à cette institution tertiaire américaine depuis juin 2019. « Nous avons créé une faculté de la médecine à l’UoM et nous n’avons pas d’espace alors qu’on a donné de la place à l’Université d’Arizona », déplore le président. Il avance que l’UoM est en train de « perdre de l’argent » dans une certaine façon pour un espace qui n’est pas utilisé. « If we had rented this area to other parties. This building is idle since June 2019, occupied by one staff of Arizona only and UoM facing space problems on the other hand with the creation of a new faculty of Medicine and Health Sciences », peut-on lire dans la lettre.

Mais pour Iqbal Sookhroo, « la plus grosse gaffe » de l’UoM est d’avoir demandé aux étudiants de suivre leurs cours complètement en ligne avec l’Université d’Arizona directement. « Ils ont postulé, car c’était un Dual Degree. Nous voyons que l’UoM leur met un couteau sous la gorge et leur demande de suivre les cours directement avec cette université étrangère », souligne le syndicaliste. À ce jour, il soutient que rien n’est connu s’agissant du prix à payer pour les cours.

Tout comme le cours offert avec Arizona, une autre collaboration entre l’UoM et l’Université de Paris Seine élargit l’offre des cours avec un “BSc (Hons) Data Science”. L’étudiant devra débourser 2 000 euros et payer des frais administratifs de Rs 10 000. Le cours est de 4 000 euros et 2 000 euros doivent être remis à l’université française. « Our main concern is, with the HEC /The government will subsidise the above two dual degree programmes run with two foreign universities to the tune of USD 5 500 per student for Arizona and 2 000 Euros per student for Paris Seine ? », avance le syndicaliste. Selon lui, le Budget 2020/21 est déjà déficitaire. Et d’ajouter : « In the event HEC does not subsidise UoM under the Government Grant Scheme, this will surely have a negative impact on our Financial position. »

Il avance que l’UoM devra débourser de ses fonds et que le cours de “Data Science” a déjà commencé pour 25 étudiants. Iqbal Sookhroo croit que l’UoM devra payer 2 000 euros par 25 étudiants à l’Université de Paris Seine. « L’UoM devra trouver 50 000 euros (Rs 200 000) par année pour financer un degré offert par une autre université », déplore-t-il. Il ressort que la HEC « n’est pas favorable à donner cet argent ». 

S’agissant du LED Display sur le campus de l’UoM dont l’objectif est de ramener Rs 10 millions de revenus dans les caisses de l’UoM, Iqbal Sookhroo explique : « Le LED Display est situé dans un lieu qui n’est pas visible. On ne sait même pas combien demander à un fournisseur pour une publicité. Cet écran aurait dû être placé dans un espace plus élevé pour attirer plus de regards. » Dans sa lettre de dénonciations, il avance que cet écran a coûté Rs 2 millions à l’UoM et que le coût annuel de l’entretien est de Rs 250 000 sur une période de cinq ans. Il regrette qu’un étage entier ait été alloué à EON Reality et que cette entreprise, qui est sous administration volontaire, a des dettes de Rs 30 millions auprès de l’UoM. « L’UoM n’a même pas le droit de pénétrer dans le local offert à l’EON Reality », dénonce Iqbal Sookhroo.

Investissements importants d’Arizona

Exposant cette situation, une source proche de la direction avance que plus de Rs 10 millions ont été déboursées par l’UoM pour la mise en place des infrastructures et la rénovation du bâtiment qui abrite le campus de l’Université d’Arizona. « Nous n’avons pas obtenu autant d’étudiants que l’on souhaitait à cause de la conjoncture difficile. Nous avons la COVID-19 et les frontières étaient fermées. De ce fait, il a été difficile pour les étudiants étrangers de venir à Maurice. La situation économique difficile pousse également les parents à se tourner vers les institutions publiques étant donné que le diplôme est gratuit », explique-t-on.

L’Université d’Arizona a investi des sommes conséquentes afin de moderniser l’espace alloué par l’UoM. Étant donné que l’espace n’est pas utilisé, l’UoM pense à l’utiliser pour les activités de haute facture. Elle fait de plus ressortir que des cours médicaux sont offerts dans le bâtiment que détient l’UoM, à Ébène. « Nous avons des programmes qui nous injectent de l’argent. Nous mettrons bientôt sur pied un laboratoire VFX pour des cours pointus en vue de développer l’industrie créative », dit cette source. Elle ajoute que le bâtiment de l’UoM comprend déjà un laboratoire informatique, soit le Centre of Innovative and Lifelong Learning.

L’UoM est en discussion avec une compagnie privée, à Ébène, pour que cette entreprise puisse financer un “innovation laboratory”. Elle fait également ressortir qu’un laboratoire en intelligence artificielle sera aussi lancé pour 25 étudiants. Le fonds nécessaire a déjà été obtenu. Au sujet des dettes de Rs 30 millions de l’EON Reality, cette source avance que la nouvelle direction a eu comme héritage lourd « la mauvaise gestion de l’ancienne direction ».

—-

Iqbal Sookhroo pressenti pour être membre du conseil de l’UoM

L’élection au conseil de l’Université de Maurice d’un représentant du corps “non-academic” pour la période du 18 décembre prochain au 17 décembre 2022 devra être organisée bientôt. Ils étaient trois employés de cette institution qui avaient postulé pour être candidats en la personne de Roopnarain Chooah, Maniraj Daby et Iqbal Sookhroo.

Selon les dernières tendances, le président de l’USU, Iqbal Sookhroo, est pressenti de remporter cette élection, étant donné que Maniraj Daby s’est désisté et que Roopnarain Chooah part à la retraite l’année prochaine. Il demandera aussi si l’UoM est mieux gérée avec l’équipe dont le contrat a été renouvelé pour encore une année. Une fois élu au conseil en décembre, il soutient qu’il soulèvera le problème de l’Université d’Arizona. « Je dénoncerai les maldonnes et les abus », a-t-il soutenu. Par ailleurs, une rencontre avec l’Officer-in-Charge de la HEC est attendue par le syndicaliste pour dénoncer les « abus » à l’UoM.