SQUATTERS DE POINTE-AUX-SABLES: Consensus sur un programme de travaux à être entrepris

Le vice-Premier ministre et ministre du Logement et des Terres Showkutally Soodhun a organisé hier une réunion avec des représentants de la NHDC, du ministère des Infrastructures publiques et de la National Development Unit avant d’effectuer une visite à Pointe-aux-Sables, où des squatters sont relogés. La réunion avait pour objectif de dégager un consensus sur un programme de travaux à être entrepris. Le ministre de l’Intégration sociale, Alain Wong, a aussi participé à cette réunion. Quelques familles résidant à Pointe-aux-Sables ont également répondu à l’invitation et ont contribué positivement aux discussions. Une réunion plus élargie aura lieu la semaine prochaine en vue de finaliser le programme des travaux.

 
POCHES DE PAUVRETÉ—Ravi Rutnah : « Pourquoi ces gens-là ne travaillent-ils pas ? »

« Ceux qui vivent dans les soi-disant poches de pauvreté, pourquoi ne vont-ils pas travailler ? » s’est demandé vendredi soir le député de la majorité Ravi Rutnah lors de son intervention dans le cadre des débats parlementaires sur le Budget 2017-18.
Le député estime qu’il « n’y a pas de pauvreté à Maurice ». Et d’ajouter : « Il s’agit de la pauvreté relative et, aussi longtemps qu’il y aura la Sécurité sociale à Maurice, la pauvreté relative perdurera. The day should come where we should say no to Social Security. » Ainsi, il propose au gouvernement « de se débarrasser de la Sécurité sociale ». Pour lui, la pauvreté existe dans des pays « comme l’Inde, Madagascar, le Pakistan ou le Bangladesh ». Ces gens-là, souligne-t-il, viennent à Maurice pour trouver du travail. « Pourquoi est-ce que ceux qui vivent dans les soi-disant poches de pauvreté ne travaillent pas et restent chez eux ? Je suggère que les chômeurs sortent pour aller chercher un emploi et, si leurs revenus sont en deçà d’un certain montant, ils pourront bénéficier d’un soutien de l’État. Si on continue à leur pourvoir des services de la Sécurité sociale, nous allons continuer à nourrir cette pauvreté relative et nous serons pris au piège ».
Ravi Rutnah précise que « c’est en ces lieux qu’existe la grossesse précoce » et, poursuit-il, « à 20 ans, ces jeunes femmes sont mères de plusieurs enfants, et même de différents partenaires ». La moitié du budget alloué à la Sécurité sociale, dit-il, devrait être utilisée pour les aider à trouver un emploi et à construire leurs propres maisons. Et de poursuivre : « Dans les villages, les laboureurs ont prouvé qu’on peut briser le cycle de la pauvreté. Ils ont travaillé, ils ont construit une maison sur un terrain de 3 à 5 perches et ont aussi pu envoyer leurs enfants à l’étranger pour les études en médecine, en droit et en comptabilité, entre autres. » Le député s’en est aussi pris au leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, et à celui du Reform Party, Roshi Bhadain. Il est d’avis que ce dernier « n’a pas le courage de démissionner ».