Ghesika Frivet (ATC) : « La sécurité des chauffeurs et des receveurs est menacée en fin de journée »

Un autobus de l’United Bus Service (UBS) a été victime d’un acte de vandalisme mercredi. Raison : le chauffeur ne s’était pas arrêté à hauteur de Trianon, ne pouvant en effet embarquer davantage de passagers en raison des mesures sanitaires. Interrogé, le chauffeur a déclaré que l’incident s’est produit en passant devant le dernier arrêt menant au supermarché Shoprite. « Un homme n’a pas apprécié que l’autobus ne se soit pas arrêté et a envoyé une grosse pierre en direction de l’autobus, qui a atteint le pare-brise. Il s’en est fallu de peu qu’il atteigne le receveur, qui se trouvait à côté de moi. J’ai fait une déposition au poste de Rose-Hill ce jeudi, car l’incident s’est déroulé en début de soirée et je devais d’abord déposer mes passagers », a-t-il expliqué.

Ghesika Frivet, présidente de l’Association du transport en commun (ATC), a affirmé que « la sécurité des chauffeurs et des receveurs est menacée en fin de journée ». Selon elle, à ce moment de la journée, les gens sont « stressés » car « tout le monde veut être dans les bus pour rentrer chez soi ». Elle poursuit : « À notre niveau, on doit faire respecter les règles de confinement sanitaire. Certains passagers ne veulent rien entendre et les receveurs ont des difficultés à leur faire comprendre cela. Nous souhaitons que la police soit présente dans des lieux stratégiques à la tombée de la nuit. À moins que les autorités revoient les heures de ramassage des passagers afin d’éviter ce genre d’incidents… »