- Publicité -

Steve et Jacki Mc Ewen-Powell : « Chaque fois qu’une crise survient, vous feriez mieux d’être prêts à saisir les opportunités »

Steve Powell et Jacki McEwen-Powell sont les copropriétaires d’Eclipse Communications, qui a ouvert le 1er octobre un bureau à Maurice. L’ouverture officielle, prévue le 30 novembre, a dû être annulée à la dernière minute en raison de la suspension du trafic aérien entre Maurice et l’Afrique du Sud. Rendez-vous est pris pour l’année prochaine.

- Publicité -

Le Mauricien a interviewé Steve Powell et Jacki McEven Powell à travers Zoom cette semaine. Ils  parlent de leur vision des affaires et considèrent qu’il y a beaucoup d’opportunités d’affaires à Maurice. « Chaque fois qu’une crise survient, vous feriez mieux d’être prêts à saisir les opportunités. » Ils parlent également de similarités entre Maurice et l’Afrique du Sud.

Comment se présente la situation en Afrique du Sud à l’annonce de la présence d’Omicron dans le pays ?

Steve Powell : D’après ce que je comprends, les gens voudraient continuer à voyager, mais il y a une certaine déception devant la décision de certains pays de fermer la porte à l’Afrique du Sud.

Le lancement officiel d’Eclipse à Maurice devait avoir lieu le 30 novembre. Malheureusement, circonstance oblige, la cérémonie a été annulée. Parlez-nous de cette organisation…

Jacki McEwen-Powell : Eclipse a débuté ses activités principalement en tant qu’entreprise basée en Afrique du Sud, que j’ai créée il y a 23 ans en tant qu’agence de publicité très traditionnelle. Steve a rejoint Eclipse dix ans plus tard en tant que partenaire commercial et à cette époque, nous avons ouvert un bureau à Johannesburg et à Durban. Et plus récemment, nous avons élargi notre offre de services pour inclure plus que de la publicité. Nous sommes devenus une agence de communication à service complet, y compris les communications numériques, la conception, la gestion de la réputation, etc.

Nous sommes maintenant une agence de communication à 360 degrés à part entière. Nous avons également ouvert notre bureau mauricien plus tôt cette année (mai 2021), ce dont nous sommes particulièrement fiers. Le cas de Maurice se démarque parce que le pays est un partenaire historique privilégié en Afrique. Même si nous sommes présents ailleurs sur le continent, nous avons décidé d’investir dans un bureau à part entière à Maurice, géré par des talents locaux, car dans ce secteur, il est important d’avoir une empreinte qui a du sens.

De plus, pour nous, c’est un témoignage de la philosophie qui nous anime dans le travail que nous aimerions faire à Maurice. Considérant Maurice comme une porte d’entrée vers l’Afrique, nous élargissons les services que nous offrons à nos clients dans le monde entier, mais particulièrement sur le continent.

Vous vous lancez dans deux organisations concernant notamment les communications et l’immobilier à Maurice. Est-ce le bon moment de le faire maintenant ?

S. P. : Nous ne nous concentrons pas trop sur les facteurs externes que nous ne pouvons pas contrôler. Nous travaillons sur des choses que nous pouvons contrôler. Là où nous sentons des opportunités, nous les saisissons indépendamment des facteurs externes.

Nous travaillons sur les opportunités qu’offre Maurice depuis près de deux ans et demi. Comme vous le savez, le coronavirus existe et est hors de notre contrôle. Mais, entre-temps, nous avons interviewé des personnes clés sur l’île afin de mieux comprendre l’écosystème et d’établir des relations avec diverses parties prenantes du paysage des communications de Maurice.

Grâce à ces conversations, nous avons construit des relations qui ont appris à nous connaître. Lors de cette évaluation du marché mauricien, nous avons notamment identifié un besoin pour les entreprises de bénéficier d’offres de communication diversifiées, ainsi que d’idées et de conseils stratégiques. Nous avons donc embauché des gens et nous sommes très heureux qu’Aradhna Boodhoo-Laumont construise une équipe maintenant sur l’île.

Nous sommes une organisation très diversifiée en dehors du secteur de la communication. Jacki et moi sommes des investisseurs, des entrepreneurs. En Afrique du Sud, nous sommes impliqués dans une entreprise de boissons que nous venons de lancer. Nous sommes impliqués dans une entreprise de crypto-monnaie. Nous sommes également impliqués dans une entreprise de cigares en ligne et nous sommes maintenant engagés dans le secteur de l’immobilier à Maurice – une opportunité qui s’est mise à notre disposition grâce à un contact que nous avons rencontré. Nous sommes des entrepreneurs par nature. Nous aimons investir. Et quel meilleur moment pour investir à Maurice !

Le meilleur moment se présente lorsque les gens cherchent des occasions à mettre leur argent là où il le faut. Nous faisons toujours cela : nous avons investi des rands sud-africains dans le pays pour aider à développer ces deux entreprises et en fait, nous avons obtenu notre première vente immobilière importante hier sur l’île. Donc, déjà, cela vous indique qu’il y a des gens qui veulent acheter à Maurice et nous faisons partie de ces gens-là.

Pouvons-nous dire qu’une crise comme celle que nous vivons actuellement peut aussi être une source d’opportunités en affaires ?

S. P. : Tout au long de ma carrière, j’ai traversé de multiples crises et bulles qui ont éclaté dans l’industrie technologique ou dans le secteur financier, comme ce qui s’est passé en 2007/2008. Chaque fois qu’une crise survient, vous feriez mieux d’être prêts à saisir les opportunités. Et c’est une opportunité. L’île Maurice est une grande île ! Nous aimons être ici, nous aimons les gens, nous aimons les opportunités. Nous pensons qu’il y a tellement de choses que nous pouvons faire

À ce jour, en plus de Maurice et dans le cadre de notre réseau à travers l’Afrique, nous avons quatre ou cinq partenariats clés avec d’autres agences dans des pays clés du continent. Nous avons également des liens clés avec le Moyen-Orient. Nous croyons fermement en ce triangle composé de Maurice et des îles de l’océan Indien, du Moyen-Orient et de l’Afrique et nous voulons développer cela car d’énormes opportunités nous attendent.

À notre niveau, le nouveau monde fragmenté causé par la pandémie ne fait que nous inciter à repousser les limites du possible, et nous nous sommes concentrés sur l’agilité comme carburant d’un « pivot » vers la diversification, incarnée entre autres par notre bureau de Maurice.

Donc, selon vous, il y a une demande d’activités de communication et d’immobilier en Afrique et dans l’océan Indien ?

S. P. : Je vois ce que je vois. Je ne peux pas vous mentir. Je vois de la demande, je vois des gens qui viennent d’Afrique du Sud. Je vois des gens acheter des propriétés, quelle que soit la situation actuelle. Et nous recevons beaucoup de demandes des promoteurs immobiliers qui veulent que leurs produits soient plus disponibles et exposés sur le marché sud-africain. Nous sommes également en contact avec de nombreux clients sud-africains qui veulent savoir dans quelles propriétés investir. Donc, pour cette entreprise en particulier, il y a certainement des opportunités.

Nous savons qu’il y a des entreprises sur l’île qui veulent travailler avec des agences en qui elles ont confiance, des agences qu’elles aiment. Nous voulons mettre un peu de diversité, de concurrence et de nouvelles idées dans l’île. Et nous sommes très heureux qu’Aradhna et son équipe épousent la même philosophie et les mêmes valeurs. Nous sommes là pour l’aider à développer son activité à Maurice.

Steve Powell, vous avez une vision très globalisée du monde. Parlez-nous de votre expérience en tant qu’homme d’affaires ?

S. P. : J’ai en effet beaucoup voyagé, vécu dans beaucoup de pays et respecté ces pays – il est très important de respecter la culture du pays. Chaque fois que je visite un pays, je ne suis pas là pour m’impliquer dans une politique. Mon objectif est d’embaucher les meilleures personnes, de leur donner la liberté de faire ce qu’elles doivent faire sur l’île, de nourrir les relations qu’elles ont déjà et d’investir en elles.

Bien entendu, j’ai ma propre vision de la croissance économique. On peut se demander si la croissance est une chose importante. Absolument ! Parce que vous savez, tout le monde peut comprendre la croissance. C’est un langage très simple. Cela ne signifie pas une croissance verticale tout le temps, cela signifie aussi horizontalement – plus de compétences, plus de pays, plus de marchés, plus d’opportunités pour nos clients, plus de valeur… Toutes ces choses apportent de la croissance pour notre personnel et pour nos clients.

C’est pourquoi des clients comme Netflix sont toujours avec nous dans notre quatrième ou cinquième année, Pfizer est avec nous, Woolworths est avec nous. Il y a un grand nombre de clients dont nous n’aurions jamais rêvé il y a dix ans ou cinq ans. Vous passez par des cycles, un peu comme dans le football – vous passez du championnat à la Premier League quand vous obtenez Coca-Cola. Et puis vous obtenez Heineken qui vous pousse plus haut dans le classement de la Premier League, et puis vous obtenez Netflix et vous savez alors que vous êtes en Ligue des Champions et ainsi de suite !

Mais nous n’oublions pas d’où nous venons. Nous avons connu des débuts modestes. Nous sommes une société privée. Et l’autre chose, c’est que beaucoup de nos employés sont actionnaires de l’entreprise. Nous avons insisté pour que nos employés participent à la croissance lorsque l’occasion se présente et leur donnons des actions à leur avantage.

La croissance n’est donc pas le seul moteur du succès ?

S.P. : Notre conviction est : « Ne vous inquiétez pas pour l’argent, l’argent s’occupera de lui-même ». Nous croyons qu’il faut avoir les bonnes personnes qui veulent grandir, les entrepreneurs qui voient les opportunités. Nous ne sommes pas organisés comme beaucoup d’autres agences. Nous avons différentes unités d’affaires qui ciblent spécifiquement différents marchés.

En fait, nous avons grandi pendant la période Covid. Nous avons augmenté notre chiffre d’affaires parce que nous avions des marchés diversifiés. L’hospitalité était en baisse et les communications d’entreprise étaient en hausse – des marques comme Pfizer et Netflix se sont très bien comportées à ce moment-là. Il y avait aussi des entreprises qui ont souffert, et nous étions là pour elles. Et il y a aussi d’autres entreprises qui nous ont aidés à croître.

Voyez-vous un intérêt commun entre Maurice et l’Afrique du Sud ?

S.P. : Je vois beaucoup d’intérêt commun entre les deux pays. Ils affrontent tous deux leurs propres difficultés ; ils ont tous les deux des inégalités à certains égards. Je pense que Maurice est un pays beaucoup plus sain du point de vue des infrastructures, de la technologie, de l’éducation, des soins de santé et de l’emploi. Et je pense qu’au-dessus de tout, il y a un grand désir que les deux pays réussissent et soient reconnus comme plus pertinents dans l’environnement dans lequel ils se trouvent. Ce sont deux beaux pays avec de grands atouts. Et de nombreux pays à travers le monde n’ont pas le genre d’opportunités que Maurice et l’Afrique du Sud ont.

Comment pouvons-nous libérer ces actifs et ce potentiel ? Je pense que les entreprises et les entrepreneurs ont un rôle clé à jouer pour créer des emplois. Je ne pense pas que nous devions compter uniquement sur les gouvernements à cette fin.

Peut-on dire qu’Eclipse est déjà présente à Maurice ?

S.P. : L’entreprise fonctionne. Eclipse Communications a pris sa vitesse de croisière après cinq ou six mois de fonctionnement. Elle a des clients et du personnel. Il y a aussi du personnel dans les coulisses qui attend d’arriver alors que nous continuerons à grandir l’année prochaine. Nous avons une feuille de route très solide pour l’année prochaine. Elle a déjà été validée et approuvée. Nous serons sur l’île au moins deux ou trois fois l’année prochaine pour continuer à construire et à cimenter des relations.

Le magazine Homes sortira la semaine prochaine. Nous avons eu notre première grande vente. Donc, nous sommes définitivement opérationnels sur l’île.

Sur la base de votre expérience internationale, quel est votre point de vue sur la faible croissance prévue de l’économie mondiale par les institutions internationales en raison de la crise du Covid ?

S.P. : Tout est relatif. Mais comme nous le disons, nous voyons des opportunités, nous voyons des entreprises qui veulent plus de valeur. Les agences de communication doivent aiguiser leurs crayons parce qu’elles ne peuvent pas continuer à avoir les gros budgets que beaucoup d’entreprises leur donnaient. Je viens d’une économie de haute technologie, d’affaires, en évolution rapide et d’un monde où, à moins que vous ne fournissiez de la valeur, vous n’obtiendrez pas le travail. Et seuls les plus forts survivent. Certaines entreprises ne peuvent pas faire face à ces conditions. Mais nous sommes une agence très adaptative.

Nous avions des gens qui travaillaient à domicile avant l’arrivée du Covid parce que nous faisons confiance à notre personnel et récompensons la production. Alors, nous avons roulé avec ces coups de poing. Nous savons que les gens ici ont une nature entrepreneuriale. Ils verront et saisiront les opportunités et ils feront les choses différemment pour continuer à gagner des affaires.

Dans la plupart des pays, les magasins ferment car les gens migrent vers les achats en ligne… 

J.-P. : Je pense qu’il est également prudent de dire qu’après tout ralentissement ou crise économique ou existentiel, il y a toujours une hausse massive. Il y a toujours un boom de l’activité, et je pense qu’il s’agit des entreprises qui sont capables de se positionner pour profiter de la croissance que nous savons venir, même s’il y a une période de ralentissement.

Même s’il y a une période de récession, nous savons que nous nous rétablirons et qu’elle se rétablira mieux qu’elle ne l’était auparavant. Et ce sont ceux qui sont capables de survivre et d’investir dans la création d’une position pour eux-mêmes à l’avenir qui tireront vraiment profit de cette croissance lors de la prochaine hausse. C’est exactement ce que nous prévoyons de faire et c’est pourquoi nous avons investi à Maurice de manière substantielle avant que la hausse ne soit encore là – pour nous assurer que nous sommes prêts.

S.P : En effet, il ne sert à rien de ne pas être prêt quand cette hausse se produira. Sinon, vous serez en retard. Quelqu’un mangera votre déjeuner. Nous sommes toujours là pour nous assurer que nous sommes prêts à faire du rockn’roll. Et c’est ce que nous construisons grâce à Eclipse Communications.

Vous avez parlé du rock’n’roll. Vous n’avez pas peur de vous engager ?

S.P. : On n’a pas peur de danser ! Nous ferons le tour de la danse plusieurs fois avant que la musique ne commence à jouer ! On parle beaucoup en ce moment de santé mentale et d’anxiété. Les gens sont tellement anxieux – chaque petite chose qu’ils lisent, ils la prennent et la multiplient un million de fois. Et c’est ce que j’ai dit plus tôt : nous ne pouvons contrôler que ce que nous pouvons contrôler, avec l’argent, les fonds et les gens dont nous disposons.

J.-P. : Et si les gens s’inquiètent constamment des revenus potentiels, ils pourront finir par en licencier d’autres et très souvent, ce sont de bonnes personnes solides qu’ils licencient. Et lorsque l’entreprise est prête à revenir, elle n’a pas de gens pour livrer l’excellent travail. Vous vous inscrivez à l’échec parce que vous ne serez pas en mesure de profiter de l’occasion quand elle se présentera.

Ainsi, lorsque le Covid a frappé pour la première fois, nous avons clairement indiqué à tout notre personnel que personne ne perdrait son emploi. Nous avons trouvé d’autres clients qui sont venus à la fête et ils ont trouvé des gens prêts à reprendre le travail parce que nous avions des équipes dans lesquelles nous avons investi pendant ces périodes difficiles.

Avant le Covid en février 2020, nous avions 50 employés et quand nous terminerons cette année, nous aurons un peu moins de 100 employés. Nous venons de doubler le personnel en un an, ce qui est assez astronomique. Nous ne l’avons pas fait à cause de l’ego. Nous l’avons fait à cause de la demande.

Comment voyez-vous l’avenir ? J’ai l’impression que vous êtes très optimiste…

S.P. : Nous connaissons tous cette phrase « le verre à moitié plein, le verre à moitié vide ». Les gens peuvent le voir à moitié vide ou à moitié plein. Tout ce que nous savons, c’est que le verre a encore la moitié que vous pouvez remplir, qu’il soit à moitié vide ou à moitié plein. Notre position est de continuer à remplir le verre. Et si le verre grossit et qu’il n’est encore qu’à moitié plein, nous continuons à trouver des moyens. Et pour nous, cela se fait via des partenariats, des acquisitions potentielles dans des domaines d’intérêt, de nouvelles technologies qui nous intéressent.

Prenons le développement ultérieur de l’espace crypto. Je pense que ça va être énorme. Je pense que les gens ne comprennent pas du tout l’espace cryptographique qui va changer le monde et créer de superbes emplois dont nous ne doutions qu’ils pourraient exister. Nous sommes également généralement très intéressés par l’entrepreneuriat – nous sommes actuellement impliqués dans une plate-forme en Afrique du Sud qui mène essentiellement de toutes nouvelles entreprises sur le marché.

J.-P. : Comme Steve l’a dit, nous sommes très impliqués dans cette organisation en Afrique du Sud appelée Heavy Chef. C’est une plateforme éducative pour les entrepreneurs. Évidemment, il y a beaucoup de jeunes qui viennent à travers l’espace entrepreneurial, ce que nous trouvons vraiment excitant. Ces entrepreneurs paient un très petit abonnement, ce qui leur permet de télécharger du contenu massif qui augmente leurs capacités dans l’espace entrepreneurial.

Ainsi, nous nous considérons comme des entrepreneurs dans l’âme et nous aimons aussi faire grandir les entrepreneurs. Il n’y a aucune raison pour que quelqu’un doive quitter notre entreprise. Il ne devrait pas avoir à quitter l’entreprise pour la croissance. S’il y a quelque chose que certains veulent faire, même si c’est dans un autre domaine, qu’ils viennent nous en parler et nous pourrions envisager de nous associer à eux pour développer le domaine qu’ils veulent explorer. Parce que nous sommes des entrepreneurs et que nous aimons soutenir les entrepreneurs.

« À ce jour, en plus de Maurice, et dans le cadre de notre réseau à travers l’Afrique, nous avons quatre ou cinq partenariats clés avec d’autres agences dans des pays clés du continent. Nous avons également des liens clés avec le Moyen-Orient. Nous croyons fermement en ce triangle composé de Maurice et des îles de l’océan Indien, du Moyen-Orient et de l’Afrique. Et nous voulons développer cela, car d’énormes opportunités nous attendent »

« Il y a plus qu’assez de travail pour tout le monde, en particulier en temps de crise, où les entreprises doivent communiquer encore plus avec leur base de consommateurs et de manière plus professionnelle. Je pense qu’il y a beaucoup plus d’accent sur la communication et un besoin beaucoup plus grand »

« Je vois beaucoup d’intérêt commun entre nos deux pays. Ils connaissent tous deux leurs propres difficultés; ils ont tous les deux des inégalités à certains égards. Je pense que Maurice est un pays beaucoup plus sain du point de vue des infrastructures, de la technologie, de l’éducation, des soins de santé et de l’emploi. Et je pense qu’au-dessus de tout, il y a un grand désir que nos deux pays réussissent et soient reconnus comme plus pertinents dans l’environnement dans lequel ils se trouvent »

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour