- Publicité -

Grotesque !

L’actualité footballistique a, une fois de plus, dominé cette période creuse où l’organisation des compétitions est interdite — jusqu’au 13 décembre — en raison de la crise sanitaire. Et pour cause ! Étrangement, la Mauritius Football Association (MFA) a sorti, en l’espace de quelques jours seulement, un Strategic Plan 2021-28, obtenu le rapport du Fact Finding Committee (FFC) sur l’affaire de voyeurisme allégué et signé un accord de partenariat de huit ans avec le club portugais du Benfica Lisbonne. Avouez que c’est un véritable tour de force qui suscite de nombreuses interrogations.

- Publicité -

On se passera donc d’épiloguer sur le Strategic Plan 2021-28 que nous avons d’ailleurs déjà eu l’occasion de commenter et encore moins sur le rapport du FFC. Un rapport malheureusement gardé secret, sauf pour certains privilégiés de la fédération ! Preuve qu’à la MFA, on continue à distiller les informations de façon très sélective !

Ce qui nous intéresse, c’est l’accord de partenariat signé entre la MFA et le Benfica Lisbonne, le 19 novembre à Trianon. Un accord échelonné sur une période de huit ans…donc sur le long terme. Tout comme le Strategic Plan 2021-28 ! Sauf que ce réveil de l’équipe de Trianon ne peut que nous interpeller. D’autant qu’elle intervient à un moment très sombre de l’histoire d’une fédération et d’une discipline qui était jadis très respectée, voire même considérée comme la fine fleur du sport mauricien.

Que savons-nous donc de cet accord signé entre la MFA et le Benfica Lisbonne pourtant, ô combien, précieux aux yeux de Samir Sobha ? Pas grand-chose si ce n’est que ce partenariat repose sur la formation des jeunes et des cadres techniques, aussi bien qu’avec un accès éventuel aux camps d’entraînement et compétitions qu’organisera ce club pour les jeunes.

En revanche, pour l’heure, on ne connaît pas les autres conditions et implications de ce partenariat. Et encore moins ne possédons-nous une copie du document, afin d’être en mesure de comprendre et ensuite, éventuellement, « market » le projet en tant qu’ »external partner” comme le dit si bien la MFA dans son Strategic Plan 2021-28 !
On n’en saura donc pas plus sur le contenu de ce dossier, tenu jalousement secret à la Football House. Quid de l’aspect financier ou de l’engagement du club portugais à ce niveau ? Ce que nous savons, c’est que c’est par le biais d’un certain Arshad Burahee que tout a démarré. Samir Sobha n’a d’ailleurs pas manqué de remercier celui qu’on présente, dans les milieux concernés, comme un agent agréé auprès de la Fédération internationale de Football Association (FIFA).

En revanche, ce qu’on ne dit pas, c’est si M. Burahee a été rémunéré pour ce « travail » ? A-t-il perçu une commission pour la concrétisation de ce partenariat, en tant qu’agent, chose normale et courante dans ce circuit ? À moins, bien évidemment, que ce monsieur soit l’un de ces bons samaritains qui ont uniquement à cœur l’intérêt du football mauricien, voire de l’équipe de Samir Sobha !

Aussi, sommes-nous étonnés de voir se concrétiser un partenariat entre ce qui est, d’un côté, considéré comme une non-profit organisation, et de l’autre, un club de la dimension du Benfica Lisbonne qui, contrairement à la MFA, est une organisation à vocation commerciale ! La question évidente qui se pose est de savoir si une telle association est possible. Non, avance-t-on sur la place publique. Même si, du côté de Trianon, la question ne semble même pas se poser.

Ainsi, nous aurions aimé connaître le “modus operandi” décidé dans le cadre de ce partenariat. Comment traitera-t-on les aspects financiers y relatifs, notamment en cas d’éventuels transferts de joueurs vers le Portugal ? Qui encaissera le chèque ?
Aussi, est-ce donc à dire que la MFA s’apprête désormais à changer de statut en passant du cadre de fédération sportive à “Sports-Entertainment industry” ? Possiblement, et ce n’est pas nous qui le disons, mais bien le Strategic Plan 2021-28 de la MFA !

En somme, la MFA pourrait désormais être appelé à fonctionner comme une « compagnie » et ce, notamment, dans le cadre d’une éventuelle introduction de la professionnalisation du football et du betting. Projet visant à rendre le football plus rentable à l’image du Mauritius Turf Club ! Si d’ici-là, bien sûr, le projet cher à Samir Sobha parvient à séduire la « nation zougader » !

Ce qui est certain, en cas de transformation majeure, c’est que la MFA aura à créer une entité parallèle pour gérer ses investissements. Car au cas contraire, il est clair qu’elle ne pourra plus se servir du terme « Mauritius ». Du reste, on se demande bien si la MFA a eu l’autorisation du ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs avant d’engager des discussions avec le Benfica Lisbonne et signer cet accord. Sinon, comment expliquer l’agacement du ministère au point de réclamer des éclaircissements sur ce partenariat ?

Décidément donc, à la MFA, on ne finira jamais de faire les choses
autrement et qui plus est, dans une opacité qui n’étonne plus. Sauf que, depuis tout ce temps, elle ne semble pas vraiment être
inquiétée au point où l’on se demande, une fois encore,
si la MFA n’est finalement pas intouchable ?

Jean-Michel Chelvan

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour