Suite à l’annonce du confinement à partir du mercredi 10 mars, de nouvelles mesures ont été prises au niveau de l’église catholique à Maurice.

Le cardinal Maurice Piat a pris les décisions suivantes :

a) Les messes et les célébrations publiques sont suspendues. Cependant, chaque prêtre pourrait chercher les moyens d’animer la prière à distance, de garder le contact par téléphone ou à travers les réseaux sociaux. Pour la messe du dimanche, et même en semaine, le prêtre pourrait célébrer la messe seul, ou avec un confrère, à la cure et partager une vidéo de cette messe sur les réseaux sociaux.

b) Les baptêmes ne seront pas célébrés.

c) Les églises restent fermées exceptées pour les funérailles.

d) Les obsèques ne seront célébrées qu’en présence d’un maximum de 30 personnes. Ces personnes doivent se tenir, dans l’église, à une distance d’un mètre les unes des autres. Les micros, vecteurs de virus, ne doivent pas être utilisés.

e) Pour le sacrement des malades à l’hôpital, les prêtres peuvent s’y rendre à condition qu’ils obtiennent les mêmes mesures de protection que le personnel soignant. Ils éviteront de toucher le malade et imposeront les huiles avec du coton.

f) Pour le sacrement des malades à domicile, les prêtres pourraient s’y rendre s’ils sont satisfaits que les mesures de distanciation et de protection sanitaire peuvent être assurées à la maison.

g) Pour la communion aux malades qui ne sont pas en danger de mort, il est mieux pour le moment de suspendre cette pratique jusqu’à la fin du confinement.

h) Les cours à l’Institut Cardinal Jean Margéot (ICJM) ou dans les salles d’œuvres, les retraites en groupe, résidentielles ou non, les séances de catéchèse ou de formation, les réunions de mouvements ou de services, sont suspendus.

Les prêtres sont invités à demander aux membres de Caritas et des CPQ (Conseil Pastoral de Quartier) de leur paroisse d’être attentifs aux besoins des personnes isolées, celles qui vivent au jour le jour, les personnes âgées ou qui ne peuvent se déplacer.

Ces renseignements peuvent être communiquées aux responsables de Caritas paroissiales et / ou au curé qui pourraient, au besoin, s’adresser à la Caritas Nationale pour des ressources en nourriture.