— Maman chacune de trois enfants elles laissent derrière elles des proches meurtris

Geneviève et Françoise Lacolley, nées d’une mère mauricienne originaire de Ste-Croix et d’un père réunionnais, avaient 41 et 49 ans, et croquaient la vie à pleines dents si l’on en croit une de leur proche ici à Maurice. Elles étaient heureuses de s’être retrouvées à Lyon après de longs mois de confinement samedi dernier. Ce jour-là, Geneviève avait fait un trajet de 367 km, ralliant cette ville d’Occitanie depuis Lyon, pour fêter l’anniversaire de sa cadette dans un restaurant. Un dernier rendez-vous, hélas, vers la mort, par la faute d’un chauffard sous l’emprise de l’alcool qui les a renversées sur un passage piéton à Béziers, France. Ces deux mamans laissent chacune derrière elles trois enfants et des parents meurtris.

Cela fait plus d’une quinzaine d’années depuis que Geneviève et Françoise Lacolley avaient mis cap sur la France. Samedi dernier, les deux sœurs s’étaient donné rendez-vous pour célébrer l’anniversaire de la plus petite. Des retrouvailles longtemps espérées après de longs mois de confinement. Et rien ne laissait présager qu’elles n’allaient plus jamais rentrer à la maison. Vers 00 h 15, dans la nuit du 7 août, les deux femmes quittent le restaurant où elles s’étaient retrouvées et traversent le boulevard Kennedy lorsqu’elles sont fauchées par un automobiliste. En dépit d’une intervention rapide des sapeurs-pompiers et du Service d’Aide Médicale d’Urgence (SAMU), les deux victimes n’ont pas pu être réanimées. Elles avaient rendu l’âme, laissant derrière elles chacune trois enfants. « J’ai perdu mes deux seules enfants », a confié en pleurs leur mère, Marie Suzy, à la presse française.

Les premiers témoins entendus au cours de l’enquête diligentée par le commissariat de police de Béziers évoquent un véhicule roulant à vive allure, tous feux éteints, ayant commis plusieurs infractions au code de la route avant l’accident. Les habitants du quartier étaient sous le choc, mais en colère surtout, car les accidents impliquant des conducteurs ivres sont légion dans ce village doté de petites cités de caractère au bord de mer.

Dans une déclaration au Midi Libre, Robert Ménard, le maire de Béziers, indique : « Je connaissais très bien une de ces deux personnes qui travaillait pour le CCAS de la Ville à l’accueil des seniors. Nous avons tous beaucoup de chagrin pour elles, car elles étaient appréciées de tous. Elles se sont assimilées à notre culture. » Malheureusement, dit-il, même s’il a fait tout ce qu’il a pu, dont un arrêté interdisant la consommation d’alcool dans les rues au cours de son premier mandat et la multiplication des effectifs de police pour qu’il y ait davantage de contrôles, cela a été en vain.

La mère des victimes devait arriver ce week-end de La Réunion pour enterrer ses filles. À Maurice, les proches de Geneviève et Françoise Lacolley sont inconsolables. « Dans ma maison s’est établi le recueillement après cette horrible semaine. Les beaux souvenirs, je ne préfère pas en parler, car je risque de sombrer », dit une de leurs proches, en fondant en larmes. Le parquet de Béziers a par ailleurs requis l’association d’aides France Victimes 34 afin de proposer un accompagnement aux deux conjoints des victimes et à leurs enfants.