Riyad Owarish (50 ans), sur qui pèse des soupçons d’homicide après un accident fatal survenu à Camp-Chapelon le jeudi 25 mars, nie être impliqué dans quelconque accident. Interrogé pendant quatre heures dans les locaux de la Major Crime Investigation Team (MCIT) vendredi, en présence des avocats Shameer Hussenbocus, Asif Moollan et Bilaal Oozeerally, il a cependant admis qu’il était bien au volant de sa BMW, mais que c’est à peu près tout. « J’ai pris l’autoroute dans la soirée, mais je n’ai percuté personne », dit-il, ajoutant qu’il n’a vu « aucun accident sur les lieux quand je me dirigeais vers Coromandel ».

Si le quinquagénaire a admis qu’il avait bu de l’alcool ce jour-là, il a invité les enquêteurs à vérifier son véhicule et à effectuer les prélèvements nécessaires afin d’établir si sa voiture a subi quelconque dommage. Riyad Owarish a également indiqué à la police les différents endroits par où il est passé et a demandé aux enquêteurs de vérifier les caméras de la Safe City pour vérifier ses dires. « À aucun moment je n’ai suivi mon ex-épouse ou son compagnon », dit-il.

L’homme a par ailleurs expliqué qu’il s’était marié avec Naseera (46 ans), la passagère en croupe, mais qu’il avait « tourné la page » après leur séparation. Il a également appris aux enquêteurs qu’il a travaillé dans un centre médical en Angleterre pendant plus d’une vingtaine d’années comme infirmier, avant de rentrer à Maurice en octobre de l’année dernière. Après son interrogatoire à la MCIT, Riyad Owarish a été reconduit à Alcatraz, où il reste en détention. Les enquêteurs comptent vérifier son alibi et attendent un rapport de la police scientifique en ce qui concerne l’inspection de sa BMW.

Pour rappel, la mort d’Imran Badul (49 ans), qui a été renversé alors qu’il se trouvait à moto, est traitée comme un “alleged murder” par la MCIT. La police a en effet obtenu des renseignements à l’effet que Muhammad Riyad Owarish serait impliqué dans cette affaire, car son ex-épouse avait refait sa vie avec la victime. L’autopsie pratiquée sur Imran Badul a attribué son décès à de multiples blessures. La police avait arrêté Riyad Owarish à Coromandel quelques heures après ce délit de fuite allégué. Il avait été testé positif à l’alcootest et placé en détention.