Le Commissaire de police par intérim, Anil Kumar Dip, n'a souhaité répondre à aucune question de la presse lors de son Press Statement.

« Nous collaborons pleinement ». Le Commissaire de police par intérim, Anil Kumar Dip, lors d’un Press Statement aux Casernes centrales ce jeudi 2 septembre, s’est voulu rassurant quant à l’apport des policiers, appelés à témoigner dans le cadre de l’enquête judiciaire initiée pour faire la lumière sur la mort de l’ex-agent du MSM, Soopramanien Kistnen.

Il a indiqué avoir intimé aux policiers concernés de « ne cacher aucune information », soutenant que « zot pe amenn bann eleman repons ». D’ajouter que « nous aussi nous voulons savoir ce qui s’est passé ».

Anil Kumar Dip a rappelé qu’une enquête criminelle de la MCIT est également en cours sur cette affaire. « Je vous rassure comme Commissaire de police : nous donnons toutes les informations », a-t-il soutenu.

S’agissant de l’affaire Britam, Anil Kumar Dip a indiqué qu’une « cellule spéciale » a été mise sur pied au CCID – le rapport de la Commission d’enquête demandant que des enquêtes policières soient entamées. Un « plan de travail » a été établi et l’enquête a « démarré », menée par des « officiers chevronnés ».

A ce sujet, Anil Kumar Dip a garanti que le travail de la police sera « impartial » et « professionnel ».

Auparavant, le Commissaire de police a mentionné que « six plaintes » ont été enregistrées dans le cadre de l’affaire Telegram, qui a vu des milliers de Mauriciens partager des photos dénudés de mineurs et de femmes sur la messagerie électronique. « Il y a eu des arrestations », a soutenu le CP, soulignant avoir « discuté avec le ministre » des TIC au sujet des lois relatives à des crimes commis en ligne.

Quant à l’investigation sur le réseau de pédopornographie rélévé au grand jour à Rodrigues, Anil Kumar Dip a avoué que « nou pa ti konn lanpler » de cette affaire. Toutefois, il a informé qu’une équipe de policiers mauriciens a été dépêchée dans l’île pour aider à l’enquête. « Sa bann bouro-la pa ka’av kite », a-t-il lancé.

La plainte pour voyeurisme à la MFA, avec un téléphone portable dissimulé dans les toilettes des femmes, a également été abordée. Le CP a déclaré prendre cette affaire « très au sérieux ». A cet effet, quatre personnes ont été interrogées et des résultats probants devraient intervenir « dans les jours à venir ».

Au chapitre du « combat contre la drogue », Anil Kumar Dip s’est félicité du regain de « dynamisme extraordinaire » au sein de l’unité antidrogue (ADSU) avec la remise en place du controversé Reward Money, pointé du doigt comme « épée à double tranchant » par la commission d’enquête sur la drogue présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen.

Il est revenu sur les récentes interpellations et saisies pour délit de drogue, dont « six arrestations » sur des vols internationaux. Le CP a appelé à la collaboration de tout un chacun en vue de dénoncer ceux s’adonnant à des pratiques illicites. « Si vous avez des informations, mon bureau est ouvert (…) Je suis là à l’écoute », a-t-il affirmé.