Alors que Umyad Ayryaz Ebrahim, soupçonné du meurtre de Zaheera Ramputh, a indiqué que sa victime se serait donnée la mort, cette thèse est contestée par la famille de la victime.

« Ma tante était une bonne vivante et de surcroît très croyante », s’insurge Shabill Karrimboccus, neveu de Zaheera Ramputh. Pour cet habitant de Rue La Paix, Port-Louis, sa tante ne se serait pas donnée la mort. D’ailleurs, elle était un vrai support pour la famille et avait toujours les bon mots pour ses proches.

Soutenant que « pou le moman, zis mo matant, sispe ek bondie ki kone ki’nn arive ».

Le jeune homme se demande toutefois, s’il s’agissait d’un suicide, pourquoi Umyad Ayryaz Ebrahim aurait-il tenté de dissimuler le corps au lieu d’avertir les autorités.

Pour rappel, le corps de Zaheera Ramputh a été déterré dans un verger à Mare-d’Albert, le samedi 29 mai. Umyad Ayryaz Ebrahim a lui-même indiqué où il avait enterré le corps de sa victime.

Zaheera Ramputh, pâtissière de profession, laisse derrière elle une fille de 17 ans.

Le corps étant dans un stade avancé de décomposition, la cause de décès n’a pu être établie.

Les funérailles de la quadragénaire ont déjà eu lieu sous le protocole de la Covid-19.

La MCIT s’est saisie de cette affaire.

Par ailleurs, il nous revient que Umyad Ayryaz Ebrahim aurait exprimé ses regrets sur sa page Facebook vers la mi-mai, soit quelques jours avant la découverte des cadavres.

Commentant une vidéo bollywoodienne dans laquelle l’acteur s’auto-infligeait des violences à la suite de déboires amoureux, qu’il aurait postée sur Facebook, Umyad Ayryaz Ebrahim aurait indiqué qu’il méritait lui-même la peine capitale. Ce qui laisse présager que le suspect était bien conscient de ses actes criminelles.