Au vu notamment des risques d’interférer avec des témoins, la Cour intermédiaire a rejeté la motion de remise en liberté du capitaine du MV Wakashio, Sunil Kumar Nandeshwar, ce mardi 20 octobre.

Parmi les autres raisons retenues : le fait que l’association proposant d’accommoder le capitaine – la Mauritius Sailors’ Home Society – a affirmé dans un écrit qu’elle pouvait également accueillir des membres d’équipage du vraquier. Alors que ces derniers siègent comme témoins dans cette affaire.

La cour a, en outre, considéré les risques que le capitaine quitte le territoire mauricien, soulignant que ce dernier n’a pas de proches dans l’île.

Sunil Kumar Nandeshwar a, de fait, été de nouveau placé en détention.

Pour rappel, Sunil Kumar Nandeshwar fait face à des accusations provisoires de « endangering safe navigation of a vessel » et de « unlawful interference with the operation of a property of a ship likely to endanger its safe navigation », sous les articles 5 (1) (b), (2) et 9 de la Piracy and Maritime Violence Act 2011.

Le MV Wakashio s’est échoué sur les récifs de Pointe d’Esny le 25 juillet, causant le déversement d’un millier de tonne de fioul dans le lagon. Suivi d’une catastrophe écologique dans toute la zone du sud-est.