« Tou lanket lapolis inn pran foss. Mo pa’nn touy mo baba ». C’est ce qu’a soutenu hier en Cour intermédiaire Vanessa Curpen, poursuivie pour “wounds and blows causing death without intention to kill” après la mort de son enfant en 2007.

Le procès de Vanessa Curpen a repris ce mardi 21 juillet avec le contre-interrogatoire de son époux, Indiren Curpen. Ce dernier a soutenu ne pas se rappeler de ce qui s’était passé le jour des faits.

La suspecte a, pour sa part, déclaré que toutes ses déclarations à la police étaient « fausses ».

Lors de sa plaidoirie, Neelkanth Dulloo, avocat de la suspecte, a abondé dans le même sens stipulant notamment que l’enquête « inappropriée » de la police est basée sur une entrée faite dans un Diary Book.

Vanessa Curpen a été reconduite en détention provisoire. Elle comparaîtra de nouveau devant la justice le 31 juillet où sa sentence sera prononcée.

Pour rappel, Vanessa Curpen est accusée d’avoir tué son nouveau-né le 25 septembre 2007 à Goodlands.

L’autopsie du chef médico-légal de la police, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a écarté la thèse d’une chute, soutenant que la mort du nouveau-né aurait pu être causée par des coups violents infligés à la tête ou par une projection sur une surface dure.

Le nouveau-né est décédé d’une fracture du crâne.