• L’arrestation de ce directeur de la bijouterie Red Jewels ayant fourni 100 000 masques est évoquée ce matin à l’ICAC
  • Deepak Bonomally, patron de Bo Digital Co. Ltd et admis en clinique hier, attendu à l’ICAC pour son inculpation provisoire aussitôt qu’il obtiendra sa décharge

Hari Kistna Jaganada Reddi, directeur de la bijouterie Red Jewels de Terre-Rouge, sera soumis à un interrogatoire “under warning” au Réduit Triangle ce mardi dans le sillage de l’Emergency Procedure Saga. Ce matin, son arrestation est évoquée comme une quasi-certitude, les enquêteurs prenant des dispositions pour une inculpation en Cour correctionnelle de Port-Louis à la mi-journée.

Les enquêteurs sont en présence de documents du ministère de la Santé démontrant que cette bijouterie a décroché un contrat pour l’approvisionnement de 100 000 masques KN 95 pour Rs 9,4 millions durant le couvre-feu. Mais ce qui étonne l’ICAC, c’est une correspondance envoyée par Kistna Jaganada Reddi le 19 mars dernier à Chetandeo Bhugun, Senior Chief Executive du ministère de la Santé, pour considérer Red Jewels comme fournisseur « regarding procurement of FFP2, KN 95, N 95, and other filtering facepiece respirator classes ».

Les enquêteurs veulent des explications pour établir comment une bijouterie pourrait se spécialiser dans la fourniture de masques. Or, l’ICAC a appris auprès du Registrar of Companies que Red Jewels est aussi impliquée dans le domaine de « import and export » et de « non specialised wholesale trade ». En plus, le “timing” de cette correspondance envoyée au ministère de la Santé interpelle, car elle intervient à la veille du confinement sanitaire, soit le 20 mars. Red Jewels a finalement obtenu un “go ahead” du ministère de la Santé pour l’approvisionnement de 100 000 masques KN 95 sous l’Emergency Procedure. Kistna Jaganada Reddi devra fournir des explications entourant ce contrat, d’autant plus que sa compagnie ne figure pas dans la liste des “suppliers” déposée par le ministre de la Santé à l’Assemblée nationale. Outre Kistna Jaganada Reddi, un proche du gouvernement est, lui, attendu au Réduit Triangle demain après que sa compagnie a décroché deux contrats pour l’approvisionnement de 220 000 masques pour un peu plus de Rs 10 M.

Par ailleurs, Deepak Bonomally, patron de Bo Digital Co. Ltd, qui a décroché un contrat de Rs 309,2 M sous l’Emergency Procedure du ministère de la Santé pendant le couvre-feu sanitaire, est pour sa part bientôt attendu en justice après son arrestation hier. Alors que les enquêteurs l’attendaient pour “charge him” sous la Financial Intelligence and Anti Money Laundering Act (FIAMLA), son avocat, Ganessen Moonesawmy, a présenté un certificat médical au Réduit Triangle pour affirmer que son client est admis dans une clinique, à Curepipe.

Une équipe de l’ICAC s’est alors rendue sur place pour confirmations et devait informer l’avocat que Deepak Bonomally est sous le coup d’une arrestation. Une sentinelle a été placée devant sa chambre, le temps qu’il obtient sa décharge. Me Ganessen Mooneesawmy a, lui, déclaré au Mauricien ce matin : « Mon client est prêt à collaborer avec les enquêteurs quand il sera remis de son problème de santé. Deepak Bonomally laisse entendre qu’il n’a rien à se reprocher et qu’il agira dans la transparence dans le cadre de ces achats. »