Des éléments de la Major Crime Investigation Division (MCIT), avec la collaboration de la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis Nord, ont mis la main sur Shayne Wong Ken, un habitant de Riche-Terre (28 ans) soupçonné, avec Jean Eric Baptiste (26 ans), d’avoir séquestré et lynché Jean Deveaux Augustin (54 ans) dans la nuit du 10 au 11 juin à Karo Kalyptus. Un meurtre qui aurait pour toile de fond une histoire de vol de drogue. Soumis à un interrogatoire serré le week-end écoulé, Shayne Wong Ken a nié avoir participé à ce règlement de comptes. Problème : il a été reconnu par les policiers de l’Adsu qui avaient débarqué dans ce bâtiment abandonné de Karo Kalyptis pour secourir la victime.

À ce stade, les deux suspects gardent le silence sur l’identité du commanditaire du crime. Les enquêteurs soupçonnent néanmoins qu’il s’agit d’un trafiquant de drogue notoire et que la victime lui aurait volé l’équivalent de Rs 3,2 millions de drogue. Cela ferait plusieurs mois que des émissaires se seraient pointés au domicile du quinquagénaire, à Cité Florida, Baie-du-Tombeau, lui demandant de rembourser cette somme, mais la victime aurait refusé.

Pour rappel, c’est aux petites heures du matin du 11 juin dernier qu’une équipe de l’Adsu des Casernes centrales avait appris qu’un homme était séquestré dans un bâtiment abandonné de Karo Kalyptis. Sur place, les policiers sont tombés sur deux suspects qui tentaient de s’enfuir. Quant à Jean Deveaux Augustin, il gisait à terre, avec de nombreuses blessures. Les policiers avaient alors réussi à intercepter Jean Eric Baptiste, que la victime a identifié comme étant un de ses agresseurs. Interrogé sur les raisons de son agression, le quinquagénaire a dit aux policiers : « Mo pa pou kapav donn oken lanket aster-la ! » Se plaignant de douleurs, les policiers ont conduit l’homme au poste de police d’Abercrombie, où il a reçu un formulaire 58, avant d’être emmené à l’hôpital Jeetoo. Quelques heures plus tard, il rendait l’âme.

L’autopsie a attribué son décès à une « hemorhagic shock due to multiples contusions ». Le suspect Jean Eric Baptiste n’a rien dévoilé aux enquêteurs. Idem pour son acolyte présumé après son arrestation vendredi. D’autres interpellations pourraient bientôt avoir lieu.