L’avocat Rama Valayden a formulé de graves accusations à l’encontre de hauts cadres de la prison suite au meurtre de Caël Permes. Ce détenu a été retrouvé mort à la Bastille le 5 mai. L’enquête initiée a mené à l’arrestation et l’interrogatoire de différents gardes-chiourmes.

Pour l’avocat de la famille Permes, l’ancien Commissaire des prisons Vinod Appadoo, transféré au PMO en juin, ne peut agir comme conseiller du Premier ministre. « Appadoo bizin arete », a fustigé Rama Valayden face à la presse ce vendredi 26 juin.

Dans le rapport qu’il a soumis, le 22 mai aux autorités concernées, des noms, dates et heures ont été cités. Or, pratiquement un mois après, aucune de ces personnes n’a été inquiétée par les autorités et l’enquête piétine, a regretté Rama Valayden.

« Encore mieux, certains ont privilégié de promotion », a renchéri l’avocat.

L’autopsie a conclu que Caël Permes est décédé suite à une hémorragie due à de multiples blessures. Et selon la loi, un décès en détention policière – qu’il soit suite à une maladie, par pendaison ou autre – mérite enquête. « Li na pa posib ki an fou pa mal koumsa », a lancé Rama Valayden.

« La campagne sur Caël Permes ne fait que commencer », a-t-il ajouté. Si les choses ne bougent pas, une manifestation à l’échelle nationale aura lieu pour dénoncer ce qui se passe entre les murailles de la prison, notamment à la prison de Haute sécurité de la Bastille.

Abondant dans le même sens, l’avocat Sanjeev Teeluckdharry a invité la population à rejoindre la cause Permes, car « le droit humain nous concerne tous ».