Le domicile du couple Ropa à la villa Mystic and Resort, Grand-Gaube

– La suspecte affirme que son mari voulait lui faire subir des sévices sexuels

Rafal Tomasz Ropa, un businessman polonais de 49 ans, a trouvé la mort mardi à son domicile, dans une villa à Grand-Gaube. Son épouse, Michelle Anita Nguefack Epse-Ropa, 48 ans, a avoué l’avoir poussé dans les escaliers, tout en expliquant que la victime voulait lui faire subir des sévices sexuels « avec un tournevis ». Le couple, détenteur d’un permis de résidence, habite Maurice depuis 2019 et a deux filles, âgées de 2 et 9 ans.

Les faits remontent à mardi matin, lorsque la police a été alertée par la nourrice des enfants, une habitante de Grand-Gaube âgée de 48 ans. Sur place, à l’Arya Mandir Road, où se situe la villa, les policiers ont été accueillis par la nourrice, qui les a aussitôt conduits au premier étage. Là gisait un homme nu, les parties intimes recouvertes d’une serviette portant des tâches de sang. La victime ne respirait plus et portait une entaille à l’oeil gauche ainsi que des blessures au niveau du cou. A côté de lui, son épouse était agenouillée et pleurait. Quant aux enfants, ils étaient dans une chambre.

La police a fait appel au Samu qui, une fois sur place, a confirmé le décès de Rafal Tomasz Ropa. Peu après, des éléments du Scene of Crime Office sont arrivés afin d’effectuer des prélèvements. C’est ainsi qu’un tournevis a été saisi. Après quoi le corps de la victime a été amené à la morgue de l’hôpital Jeetoo, où l’autopsie a attribué le décès du Polonais à une fracture du crâne. Le médecin légiste a également noté des fractures au niveau du visage.

De son côté, la CID de Goodlands a embarqué Michelle Epse-Ropa pour un interrogatoire. Dans un premier temps, elle a déclaré qu’elle s’était disputée avec son mari et que ce dernier aurait « glissé » dans les escaliers. Les enquêteurs ont cependant remarqué quelques incohérences au fil de son récit. Jusqu’à ce que la Polonaise, d’origine camerounaise, finisse par changer de version. Elle explique ainsi aux enquêteurs que ce mardi matin, son époux voulait avoir des rapports sexuels avec elle et voulait lui faire subir des sévices « avec un tournevis ». Mais Michelle Epse-Ropa a refusé.

Une dispute aurait ensuite éclaté et au cours des altercations, Tomasz Ropa l’aurait menacée avec le tournevis. C’est alors que son épouse l’aurait poussé dans les escaliers, sans avoir toutefois l’intention de le tuer, dit-elle. Aussi, après constaté que la victime ne respirait plus, elle a appelé sa nourrice, qui de son côté a contacté la police. La suspecte a été conduite au tribunal de Rivière-du-Rempart mardi après-midi, où une accusation provisoire de meurtre a été logée contre elle. Elle a retenu les services de Me Zakir Mohamed. L’enquête policière se poursuit sous la supervision de l’inspecteur Gungah, assisté du sub-inspector Ramasawmy.