« Mo espere dan sa ka-la zot pa zwe dormi », a soutenu Me Rama Valayden à sa sortie des casernes centrales cet après-midi, mardi 24 novembre, où s’était rendue l’épouse de Kistnen Soopramanien, décédé dans des circonstances floues.

Appelée comme témoin à la MCIT, l’épouse de la victime a retenu les services des avocats Rama Valayden, Sanjeev Teeluckdharry et Anoop Goodary.

Ces derniers ont logé une demande à l’Etat pour visionner les images des caméras de Safe City et avoir accès au rapport des appels téléphoniques de la victime. Une protection pour l’épouse de la victime a également été demandée.

Rama Valayden a lancé un appel à ceux détenant d’éventuelles informations sur cette affaire. « Li inportan parski enn dimounn so lavi inn perdi ek nou pe panse ki kapav ena enn dimansion politik, asasina ek finans. Tousala li danzere pou nou repiblik », a-t-il soutenu.

En outre, une lettre sera envoyée au bureau du Director of Public Prosecutions (DPP) et au magistrat de la cour de Moka pour réclamer l’ouverture d’une Judicial Enquiry, a annoncé Me Sanjeev Teeluckdharry.

Pour rappel, le corps sans vie de Kistnen Soopramanien a été retrouvé partiellement brûlé dans un champ de cannes à Telfair le dimanche 18 octobre. Sa famille est venue de l’avant avec des révélations et soutient que Kistnen Soopramanien ne se serait pas donné la mort.

Selon leurs dires, la victime avait l’intention de faire parvenir des informations à l’ICAC concernant des tractations entourant des appels d’offres en marge des Emergency Procedures retenues par le ministère de la Santé durant la pandémie.