• Le Deputy Port Master Kavidev Newoor en position délicate, que ce soit pour l’enquête du Central CID ou la Judicial Inquiry, relevant de la responsabilité du DPP
  • Taylor Smith : « Nous n’avons donné aucune instruction pour remorquer L’Ami Constant de Pointe-D’Esny, car cela ne relève pas de notre autorité »
  • Le Central CID s’intéresse au bulletin météo émis par la station de Vacoas de même qu’aux informations disponibles à la Port Louis Harbour Radio

Pendant que les recherches se poursuivent en mer en vue de retrouver le capitaine Moswadeck Bheenick, porté disparu en mer depuis le naufrage du Tug Sir Gaëtan au large de Roches-Noires dans la soirée de lundi, le mystère plane toujours autour de la précipitation de l’opération du remorquage de la barge L’Ami Constant. Du côté de la firme Taylor Smith, propriétaire de la barge, on récuse avoir émis toute directive pour ramener cet équipement au port de Pointe-D’Esny. En revanche, des proches des victimes de ce drame en mer pointent à ce chapitre un doigt accusateur sur le Deputy Port Master, le capitaine Kavidev Newoor. D’ailleurs, ce dernier aurait tenté une opération “Lakaz Mama” en vue de prendre ses distances de cette sinistre décision de « remork barj ninport ki letan ». En parallèle, le Central CID, qui attend de consigner la version des rescapés sur le déroulement du drame, s’intéresse aux conditions météorologiques prévalant en début de semaine.

Du côté de la firme portuaire Taylor Smith, on est catégorique : aucune directive n’a été émise par cette société en vue de remorquer la barge L’Ami Constant en toute précipitation, et ce, en dépit des conditions météorologiques, qui prévoyaient une mer houleuse et des vagues d’une moyenne de cinq mètres. « Taylor Smith n’a donné aucune instruction pour remorquer sa barge, car cela ne relève pas de son autorité. Le vendredi 28 août, en fin d’après-midi, l’entreprise a reçu la confirmation des autorités portuaires que sa barge n’était plus nécessaire (au large de Pointe-D’Esny, Ndlr) et pouvait donc être ramenée à Port-Louis. Le remorquage jusqu’au port était prévu pour le lundi 31 août », affirme-t-on officiellement du côté de cette compagnie engagée dans des opérations portuaires.

Malgré cela, invariablement, chez les proches des victimes – surtout au sein de la famille du capitaine Bheenick, dont le corps n’a toujours pas été retrouvé en mer, on s’appesantit sur l’ordre émanant de la direction de la Mauritius Ports Authority pour cette opération, menée malgré les objections de l’équipage du remorqueur Sir Gaëtan au vu des conditions en mer. Dans les conversations privées, les proches des victimes ayant péri en mer pointent un doigt accusateur à l’encontre du Deputy Port Master. Mais ce dernier se défend d’avoir envoyé l’équipage du Sir Gaëtan à l’abattoir.

Son interrogatoire par les enquêteurs de la Tug Sir Gaëtan Special Cell, au Central CID, et son passage dans le box de l’enquête judiciaire à venir sur les circonstances entourant le naufrage de ce remorqueur devraient se révéler critiques en vue d’élucider les zones d’ombre. En fin de matinée, les dirigeants de la Maritime Transport and Port Employees Union se préparaient en outre à animer un point de presse pour commenter la situation à la Mauritius Ports Authority avec, en toile de fond, le drame de Pointe-Roches-Noires de lundi soir.

Pour sa part, le Central CID compte solliciter la station météo de Vacoas et la Port-Louis Harbour Radio afin d’obtenir de façon officielle le bulletin du temps de samedi à mardi, surtout dans les régions nord et est, et ce, afin de confirmer officiellement l’état de la mer. La police estime ainsi qu’il ne faudrait pas se focaliser que sur le bulletin de début de semaine, car elle dit être en présence d’informations à l’effet que le Tug Sir Gaëtan devait se rendre à Pointe-D’Esny samedi, mais qu’à cause de l’état de la mer, le remorqueur n’avait finalement pas quitté Port-Louis.

Le CCID a appris qu’un “high official” à la Mauritius Port Authority avait annulé la sortie de samedi en évoquant une mer démontée. Or, lundi, le capitaine Moswadeck Bheenick a, lui, reçu des instructions afin qu’il prenne la mer. La police estime par conséquent que le bulletin météo constitue un élément important pouvant solidifier la thèse d’homicide involontaire. Une source aux Casernes centrales avance que « la police ne peut prendre les bulletins sur le site de la météo, car ceux-ci doivent être certifiés par un météorologue de Vacoas ».

En ce qui concerne l’interrogatoire des rescapés Sabdro L’Aiguille, Clifford Montagne Longue, Elvis Alain Eleonore et Yan Sun Fong Kwong Fa, l’exercice est prévu pour la semaine prochaine. Étant donné leur état de santé, la police estime en effet « plus prudent » de les laisser se reposer afin qu’ils n’oublient pas certains détails s’ils sont interrogés « à la hâte ». Quant au Port Master Gervais Barbeau et son second, Kavidev Neewoor, leur interrogatoire devrait avoir lieu après celui des rescapés.