Photo d'illustration

Le quartier général de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) est sur le qui-vive après qu’un de ses membres a reçu des menaces de mort dimanche de la part d’un trafiquant de drogue. Le policier, résidant Pamplemousses, a porté plainte à la police de sa localité alors que le dossier est traité avec le plus grand sérieux aux Casernes centrales.

Dans sa version, ce constable des Landing Steps, âgé de 40 ans, a affirmé qu’il se trouvait chez lui, quand une voiture blanche s’est arrêtée devant sa porte. Il a reconnu les trois occupants, dont un dénommé Jimmy, plus connu comme « Ti Likou ». Ce dernier est un des plus gros distributeurs de drogue dans les alentours de Cité EDC, Pamplemousses.
À bord de la voiture, le suspect a déclaré : « To tro gran LADSU twa. Mo pe vann ladrog ek enn g* to pa pou kapav fer mwa narnye. » Le policier est alors sorti dans sa cour pour confronter le suspect. Ce dernier est descendu de son véhicule et semblait prêt à attaquer le constable. « Nirport kan ek ki ler mo trouv twa, mo pou touy twa », a lancé Ti-Likou. Les deux amis du trafiquant lui ont dit de monter dans la voiture et ils ont quitté les lieux. Le policier avance que sa maison est dotée de caméras CCTV qui ont enregistré cette scène. Il comptait remettre une copie de cette bande à la police de sa localité et à l’ADSU.

Les enquêteurs de l’unité anti-drogue soupçonnent que Ti-Likou poursuit ses activités illégales car, en dépit du confinement, il se baladait dans la localité. La police avance qu’il assurait la distribution de drogue à ses clients. Le trafiquant a déjà été arrêté par l’ADSU en 2018, quand une certaine quantité d’héroïne – 23 doses de drogue synthétique et une quantité de Subutex – avaient été saisies chez lui. Il est en liberté conditionnelle dans le cadre de cette affaire.

De son côté, l’ADSU compte mener une importante opération dans certains endroits après avoir appris que des dealers écoulaient leurs marchandises même en cette période de confinement. Cette information fait suite à des contraventions servies à des personnes pour « Breach of Temporary Restriction of Movement Order », alors qu’ils se trouvaient loin de leur lieu de résidence.