La police a ouvert une enquête après l’organisation d’un défilé d’une centaine de véhicules mardi soir dans les rues de la capitale. Les participants, dont certains munis de drapeaux palestiniens et turcs, s’étaient en effet fixés rendez-vous vers 21h45 rue Edgar Laurent, à Plaine-Verte. Aucune demande officielle en ce sens n’ayant été faite, les policiers avaient tenté d’intervenir. Sauf qu’étant en sous-effectif, ils n’auront finalement rien pu faire pour empêcher le défilé.

Le défilé a démarré au Square Khadafi pour ensuite rejoindre la rue Desforges et se diriger vers la mairie de Port-Louis. Les participants, tout en klaxonnant tout le long de leur parcours, seront même passés près de l’Assemblée nationale, dont la séance était toujours en cours. D’ailleurs, aucun rassemblement, manifestation ou défilé n’est autorisé dans cette partie de la ville lorsque se réunit le Parlement. Les policiers de Plaine-Verte, de Trou-Fanfaron et de Vallée-Pitot ont ensuite été appelés à patrouiller dans leur région.

Vers 22h30, le défilé est retourné au Square Khadafi. Une cinquantaine de personnes se sont alors rassemblées au milieu de la rue pour crier des slogans. Après quoi la police est intervenue afin de les disperser. Une enquête pour Breach of Quarantine Act a été ouverte, car les rassemblements de plus de dix personnes sont actuellement interdits. À noter que la police compte visionner les images des caméras de la Safe City de Plaine-Verte, de la rue Desforges et des alentours de la mairie afin d’identifier les organisateurs du défilé.