Des officiers de l'ICAC débarquant au CEB, à Ebène, le vendredi 12 juin

L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a, ce vendredi 12 juin, effectué des descentes simultanées dans les locaux du Central Electricity Board, au ministère de l’Energie, à l’Independent Review Panel et au Central Procurement Board (CPB).

Ces descentes sont destinées à, selon un communiqué de l’ICAC, « recueillir des informations et éléments clés » sur le St-Louis Gate, qui concerne notamment des allégations de « bribery » autour du projet de centrale thermique de St-Louis au coût de Rs 4,3 milliards.

Dans un communiqué publié ce vendredi, la commission anticorruption indique « être en contact » avec la Banque africaine de développement (BAD), à l’origine de cette enquête sur une société danoise et des officiels mauriciens.

« La commission a entamé les procédures d’enquête le mardi 9 juin 2020, suivant la communication de la Banque Africaine de Développement, concernant les soupçons de corruption dans l’exercice d’appel d’offres dans le cadre du projet de la centrale électrique de St Louis », soutient la commission.

Pour rappel, le CEB a référé cette affaire à la commission anticorruption mardi suite à un communiqué de la BAD sur des « pratiques frauduleuses » dans le cadre d’un exercice d’appel d’offres.

L’investigation de la BAD a déterminé que des hauts officiels mauriciens auraient reçu des pots-de-vin pour favoriser la compagnie danoise, Burmeister & Wain Scandinavian Contractor, dans l’allocation d’un contrat pour des moteurs de 15 MW.