Le leader de l’opposition a été contraint de tenir son point de presse à l’entrée de l’Assemblée nationale après que lui-même, des députés de l’opposition ainsi que des journalistes ont été refoulés par la police, ce jeudi 13 août.

« C’est de la pure méchanceté », a dénoncé Arvin Boolell. « Ce n’est pas comme cela que fonctionne la démocratie parlementaire ».

Le leader de l’opposition voulait informer la population avec « preuves à l’appui » comment le Premier ministre, Pravind Jugnauth, « induit la population en erreur » quant à la gestion du naufrage du MV Wakashio.

« Le Premier ministre a failli à sa tâche. Celui qui cache l’information est pour moi coupable. Je tiens ce gouvernement responsable d’un crime contre l’humanité », a lancé Arvin Boolell.

Par ailleurs, le leader de l’opposition a aussi questionné les actions de l’Economic Development Board suivant ce « désastre écologique ».

D’autre part, le leader de l’opposition a indiqué qu’un panel d’avocats rencontrera les pêcheurs, plaisanciers et tous ceux affectés par la marée noire dans le Sud-Est. Le but étant que les hommes de loi puissent aider les victimes à déposer un claim pour des dédommagements. « Nous ne pouvons pas laisser ces personnes dans un état difficile ».

Arvin Boolell a proposé qu’un relevé soit effectué de toutes les personnes affectées par la marée noire. « Pa zis peser, ena ki ale livre pwason, ena sofer taxi ».

Arvin Boolell déplore que jusqu’ici aucune rencontre n’a eu lieu entre les autorités et les habitants de la région.

Une fois de plus, le leader de l’opposition a saisi l’occasion pour réitérer les actions tardives du gouvernement qui ont mené à « un crime contre l’humanité ».