- Publicité -

Coming out collectif chez les catholiques allemands LGBT+

Une centaine de catholiques LGBT+, employés de l’Eglise ou engagés dans leur paroisse, ont fait leur coming out lundi en Allemagne, dénonçant la « discrimination et l’exclusion » qu’ils subissent et demandant le « libre accès » aux professions pastorales.

- Publicité -

Sur le site « #OutInChurch », ils réclament « un changement dans le code du travail discriminatoire de l’Eglise » catholique et la suppression de « formulations dégradantes et excluantes » dans les règlements, ainsi que la fin d’un « système de dissimulation, de double morale et de malhonnêteté » qui entoure la question LGBT+ dans l’Eglise.

Ni « l’orientation sexuelle ou l’identité de genre », ni « l’engagement dans une relation ou un mariage non hétérosexuel » ne doivent être « un obstacle à l’embauche ou un motif de licenciement », estiment les fidèles dans un manifeste.

« Je ne veux plus me cacher », témoigne Uwe Grau, prêtre homosexuel au diocèse de Rottenburg-Stuttgart (sud), qui compte parmi les dizaines de personnes lesbiennes, gays, bi, trans, intersexes, queer et non-binaires présentées dans une galerie de photos, parfois anonymisées.

« Nous faisons partie de l’Eglise », affirme Raphaela Soden, queer et agenre, qui travaille au diocèse de Fribourg (sud-ouest).

La question LGBT+ fait l’objet de vifs débats au sein de l’Eglise. Le pape François est en ligne avec la tradition catholique sur le mariage – considéré comme l’union entre un homme et une femme en vue de procréer -, tout en estimant que « Dieu aime chacun de ses enfants ».

Il a aussi critiqué à plusieurs reprises « la théorie du genre », qualifiée de « projet idéologique », et approuvé mi-mars 2021 une note du Vatican considérant l’homosexualité comme « un péché », confirmant l’impossibilité pour les couples homosexuels de recevoir le sacrement du mariage.

D’autres témoignages de catholiques allemands LGBT+ au service de l’Eglise seront diffusés lundi soir à la télévision publique dans le cadre d’un documentaire d’investigation intitulé « Comme Dieu nous a créés », qui vise également à dénoncer les intimidations et discriminations dont ils sont victimes.

Ces initiatives interviennent quelques jours après de nouvelles accusations visant l’Eglise allemande dans des affaires de pédocriminalité : un rapport indépendant a sévèrement mis en cause de hauts dignitaires de l’Eglise, dont l’ancien pape Benoît XVI, accusé d’inaction face à des prêtres pédophile à fin des années 1970 et au début des années 1980.

La religion catholique reste la première confession en Allemagne, même si ses fidèles désertent: ils sont tombés à 22,2 millions en 2020, une chute de 2,5 millions par rapport à 2010.

ys/smk/mba

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour