Deux mois après son déconfinement, Antananarivo, la capitale de Madagascar de nouveau confiné pour 15 jours en raison d’un regain de propagation du coronavirus, a annoncé dimanche la présidence malgache.

« La région d’Analamanga (dont fait partie la capitale) retourne au confinement total » a indiqué un communiqué de la présidence de la République malgache au lendemain du conseil des ministres.

Ces mesures ont été prises « pour cause de propagation de l’épidémie et l’accroissement des cas de Covid-19 » explique le communiqué.

« La région d’Analamanga est fermée à toute circulation, l’entrée comme la sortie, à partir de lundi jusqu’au 20 juillet ».

« Seule une personne par foyer a le droit de sortir dans la rue de 6h00 du matin à 12h00 », contre 17h00 auparavant, ajoute le texte.

Habitué à recenser des dizaines de cas de coronavirus par jour, l’autorité sanitaire malgache a rapporté des centaines de cas au quotidien depuis trois jours, dont 216 pour samedi, un record pour le pays.

Les 216 cas de coronavirus de samedi ont été recensés sur 675 personnes testées.

De nouveaux dispositifs de restriction de circulation ont été instaurés au ministère de l’Économie et des finances où aucun usager extérieur ne sera autorisé à entrer et à circuler pour une durée indéterminée.

Les réunions du gouvernement se font par visioconférence, selon le communiqué de la présidence.

Dans la capitale, les habituels défilés nuptiaux du weekend ont fait place à des cortèges mortuaires et dans les journaux, les rubriques nécrologiques multiplient les annonces de décès de pesonnalités de toutes catégories.

Seules les personnes qui ont un besoin sanitaire seront transportées en taxi et les véhicules particuliers peuvent circuler jusqu’à midi seulement pour faire les courses

Les seuls secteurs qui peuvent travailler sont les secteurs essentiels selon la loi : le ravitaillement, eau et énergie, les service de santé humaine et vétérinaire, transport essentiel, poste et télécommunication, radio et télévision, la voirie, les banques, les ministères de la justice, des affaires étrangères, et d’autres ministères.

Ceux qui ne portent pas de masque seront sanctionnés par une journée de Travaux d’intérêt général (TIG).

Sur les réseaux sociaux, des médecins ont exprimé leur solidarité pour des collègues décédés et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Madagascar a déploré la perte d’un de ses médecins.

Les statistiques officielles du gouvernement ne révèlent que deux morts par jour, ramenant à 29 le nombre de décès du coronavirus depuis le début de l’épidémie.

Au total, 1.621 personnes vivent avec le virus actuellement sur la grande Île avec 31 formes graves, parmi les 23.000 personnes testées depuis le début de l’épidémie.