An undertaker wearing personal protective equipment (PPE) lays flowers on the grave containing the remains of Modise Motlhabane, who died of COVID-19 coronavirus, during the funeral at the Westpark cemetery in Johannesburg, on July 22, 2020. (Photo by Michele Spatari / AFP) / “The erroneous mention[s] appearing in the metadata of this photo by Michele Spatari has been modified in AFP systems in the following manner: [An undertaker wearing personal protective equipment (PPE) lays flowers on the grave containing the remains of Modise Motlhabane, who died of COVID-19 coronavirus, during the funeral at the Westpark cemetery in Johannesburg, on July 22, 2020. ] instead of [An undertaker wearing personal protective equipment (PPE) lays flowers on the grave containing the remains of Steward Motlhabane, who died of COVID-19 coronavirus, during the funeral at the Westpark cemetery in Johannesburg, on July 22, 2020. ]. Please immediately remove the erroneous mention[s] from all your online services and delete it (them) from your servers. If you have been authorized by AFP to distribute it (them) to third parties, please ensure that the same actions are carried out by them. Failure to promptly comply with these instructions will entail liability on your part for any continued or post notification usage. Therefore we thank you very much for all your attention and prompt action. We are sorry for the inconvenience this notification may cause and remain at your disposal for any further information you may require.”

L’Afrique du Sud a enregistré une hausse de près de 60% du nombre total de décès naturels au cours des dernières semaines, laissant les spécialistes penser que le nombre de décès liés au coronavirus est en fait beaucoup plus élevé que n’indiquent les statistiques officielles.

« Au cours des dernières semaines, les chiffres ont connu une augmentation incessante – à la deuxième semaine de juillet, il y avait 59% de décès de causes naturelles de plus que ce à quoi on aurait pu s’attendre sur la base des données historiques », selon un rapport du Conseil sud-africain de la recherche médicale (SAMRC) publié mercredi.

Le rapport du Conseil – unité indépendante financé par par le gouvernement – a été publié le jour même où le ministère de la santé a annoncé un nombre quotidien record de 572 décès dus au Covid-19.

L’auteur du rapport, le professeur Debbie Bradshaw, juge que « les rapports hebdomadaires sur les décès ont révélé un énorme écart entre les décès confirmés par le Covid-19 et le nombre de décès naturels en excès ».

L’Afrique du Sud est le pays le plus touché d’Afrique et figure parmi les cinq premiers au monde en termes de cas confirmés, avec 394.948 infections signalées à ce jour, dont 5.940 décès.

Le taux de mortalité est cependant resté faible, aux alentours de 1,5 % mercredi, selon les mises à jour quotidiennes du ministère de la Santé.

Le SAMRC « suit la mortalité depuis des décennies en Afrique du Sud, et ce système a permis d’identifier les décès en excès associés à l’épidémie de Covid-19 », a déclaré le professeur Glenda Gray, PDG du conseil.

« Ces décès peuvent être attribués à la fois aux décès Covid-19 et aux décès non Covid-19 dus à d’autres maladies telles que la tuberculose, le HIV et les maladies non transmissibles, car les services de santé sont réorientés pour soutenir cette crise sanitaire », a-t-elle déclaré.

sn/jhd