- Publicité -

Covid-19: la montée de la 5e vague en France est « fulgurante »

La progression en cours de la 5e vague de Covid-19 en France est « fulgurante », a alerté dimanche Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement mettant toutefois en balance « des éléments qui peuvent nous inquiéter et des éléments qui peuvent nous rendre confiants ».

- Publicité -

« Cette 5e vague, elle démarre de façon fulgurante », a déclaré à plusieurs médias le secrétaire d’Etat.

En moyenne calculée sur 7 jours, le nombre de cas quotidiens a quasiment doublé en une semaine: il était de 17.153 samedi, contre 9.458 le samedi précédent.

Et cette hausse est exponentielle: avant cela, il avait fallu trois semaines pour que le nombre de cas quotidiens augmente dans les mêmes proportions.

Mais comme lors des vagues précédentes, l’enjeu est de savoir si cette flambée des infections entraînera un afflux massif à l’hôpital.

Pour l’instant, ça n’est pas le cas, ce que les autorités attribuent à la vaccination, qui reste très efficace pour empêcher les formes graves de la maladie (même si elle l’est moins contre les contaminations au variant Delta).

Près de 75 % de la population totale a été totalement vaccinée en France.

Samedi, 7.974 malades du Covid étaient hospitalisés, dont 1.333 dans les services de soins critiques, contre respectivement 6.500 et 1.000 un mois auparavant.

« On voit qu’il y a une augmentation très forte des contaminations, mais on sait aussi qu’en France, on a une très large couverture vaccinale (et) on est plutôt en avance par rapport à nos voisins sur le rappel de vaccination », a souligné M. Attal, vantant la mise en place en juillet du pass sanitaire, alors que « la plupart des pays qui nous entourent l’ont mis en place après ».

Avec le pass sanitaire, le gouvernement assume, a-t-il insisté, « ce choix de faire peser les contraintes sur les personnes non-vaccinées plutôt que sur les personnes vaccinées ».

Une troisième dose de vaccin est actuellement proposée en France aux personnes de plus de 65 ans et celles à risques de forme grave, et sera accessible à compter du 1er décembre aux 50-64 ans.

cs-pr/swi/cls

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour