- Publicité -

Covid-19 : Une année de vaccination émaillée de polémiques

« Nationalisme vaccinal », retards de livraison, thromboses et myocardites, manifestations anti-pass… La première année de vaccination anti-Covid a connu son lot de polémiques.

- Publicité -

Dès le départ, les pays riches ont été pointés du doigt pour leur « nationalisme vaccinal », selon l’expression du directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« Les pays riches déploient des vaccins tandis que les pays les moins développés au monde regardent et attendent. Chaque jour qui passe, le fossé se creuse entre les nantis et les démunis », déplorait-il.

De nombreuses voix se sont également élevées en Afrique, le président sud-africain Cyril Ramaphosa accusant par exemple les pays riches « d’accaparer » les vaccins.

Le mécanisme Covax, lancé par l’OMS, l’alliance Gavi et la coalition Cepi pour garantir un accès équitable aux vaccins, a pâti d’un manque de ressources. Et de la concurrence, dans l’approvisionnement, avec des pays riches prêts à payer le prix fort pour « couper la file », selon les termes du Dr Tedros.

– Bras de fer –

Début 2021 toujours, dans un contexte de pénurie de doses, des tensions sont également apparues entre pays riches.

Un bras de fer s’est notamment engagé entre l’Union européenne et le Royaume-Uni concernant les livraisons de doses AstraZeneca/Oxford, Bruxelles accusant Londres de bloquer les exportations et menaçant de les bloquer par mesure de rétorsion.

L’affaire a également eu un volet judiciaire, la Commission européenne s’étant retournée contre AstraZeneca pour les retards de livraison. L’UE et AstraZeneca ont conclu en septembre un accord mettant fin à leur contentieux.

Les Etats-Unis et l’Inde ont également été accusés de bloquer leurs exportations de vaccins.

– Effets secondaires –

Les débats sur les effets secondaires des vaccins, développés en un temps record et donc suspects aux yeux de certains, ont aussi marqué cette campagne.

Les injections du vaccin d’AstraZeneca/Oxford ont été suspendues dans de nombreux pays en mars, à cause de très rares cas de thromboses.

Si une poignée de pays, comme le Danemark et la Norvège, l’ont définitivement abandonné, la plupart ont rapidement repris les injections, en les limitant aux personnes les plus âgées. Mais après la polémique, ce vaccin a été massivement boudé dans beaucoup de pays.

Le vaccin de Johnson & Johnson a connu une polémique similaire.

Les vaccins à ARN messager de Pfizer et Moderna ont eux été associés à un risque accru de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque. Celui de Moderna a d’ailleurs été déconseillé pour les jeunes adultes dans plusieurs pays.

Enfin, depuis l’été, des mouvements de contestation sont nés dans de nombreux pays en opposition à la mise en place de pass sanitaires, réservant aux personnes vaccinées, testées ou guéries, l’accès à certains lieux, ou de l’obligation vaccinale pour certaines professions, notamment de santé.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour