This photo taken on January 15, 2021 shows fried cannabis leaves and minced pork with ingredients at the Abhaibhubejhr Spa Cuisine restaurant at the Abhaibhubejhr Day Spa, next to Chao Phraya Aphaiphubet Hospital in Prachinburi. (Photo by Lillian SUWANRUMPHA / AFP)

Salades « bonne humeur », soupes, viandes aromatisées aux feuilles de marijuana: un mois après la déclassification par la Thaïlande de la plante de cannabis, le restaurant d’un hôpital de province a révolutionné son menu pour proposer plats et boissons à l’herbe, un retour aux traditions culinaires du royaume.

En 2018, le royaume est devenu le premier pays d’Asie du Sud-Est à légaliser la marijuana à usage médical.

In this photo taken on January 15, 2021 a chef prepares cannabis leaves for consumption at the Abhaibhubejhr Spa Cuisine restaurant at the Abhaibhubejhr Day Spa, next to Chao Phraya Aphaiphubet Hospital in Prachinburi. (Photo by Lillian SUWANRUMPHA / AFP)

Depuis, elle s’est lancée dans la production et la commercialisation de l’huile, désireuse de capitaliser sur une industrie mondiale de plusieurs milliards de dollars.

Et même si la consommation du cannabis à des fins récréatives est toujours rigoureusement interdite, les feuilles, les tiges et les racines de la plante, qui ont une faible teneur en THC, ont été retirées de la liste des stupéfiants le mois dernier. Les fournisseurs agréés – comme les hôpitaux – peuvent désormais les utiliser dans la nourriture.

In this photo taken on January 15, 2021 a customer takes a photo of a fried cannabis leaf at the Abhaibhubejhr Spa Cuisine restaurant at the Abhaibhubejhr Day Spa, next to Chao Phraya Aphaiphubet Hospital in Prachinburi. (Photo by Lillian SUWANRUMPHA / AFP)

Au menu du restaurant de l’hôpital Chao Phraya Abhaibhubejhr dans la province de Prachinburi, à environ deux heures de Bangkok, une salade épicée, du pain et de la viande sautée aux feuilles de cannabis frites, des recettes autrefois plébiscitées dans le pays.

Pakakrong Kwankhao, médecin dans l’établissement, se félicite de ce retour aux traditions.

Avant que le cannabis ne soit interdit en 1934 et inscrit sur la liste des stupéfiants, « il était utilisé par les Thaïlandais en petites quantités dans la cuisine comme herbe d’assaisonnement et aussi comme remède », rappelle-t-elle à l’AFP.

In this photo taken on January 15, 2021 a smoothie with cannabis leaves is prepared at the Abhaibhubejhr Spa Cuisine restaurant at the Abhaibhubejhr Day Spa, next to Chao Phraya Aphaiphubet Hospital in Prachinburi. (Photo by Lillian SUWANRUMPHA / AFP)

Les feuilles contiennent très peu de THC, mais le restaurant a tout de même pour politique de ne pas en utiliser plus de cinq par client.

« S’ils ont une faible tolérance, ils peuvent choisir le plat qui contient juste une demi-feuille », explique Pakakrong Kwankhao, avertissant que les femmes enceintes et les personnes fragiles devraient éviter le menu où l’herbe est infusée et donc un peu plus forte.

In this photo taken on January 15, 2021 customers eat Thai dishes with cannabis leaves at the Abhaibhubejhr Spa Cuisine restaurant at the Abhaibhubejhr Day Spa, next to Chao Phraya Aphaiphubet Hospital in Prachinburi. (Photo by Lillian SUWANRUMPHA / AFP)

Malgré la très faible quantité de THC dans les plats, la nourriture servie dans ce restaurant « peut améliorer l’humeur, la concentration et aussi la créativité », assure la médecin.

Les clients se pressent déjà dans l’établissement.

This photo taken on January 15, 2021 shows the special menu of Thai dishes cooked with cannabis leaves at the Abhaibhubejhr Spa Cuisine restaurant at the Abhaibhubejhr Day Spa, next to Chao Phraya Aphaiphubet Hospital in Prachinburi. (Photo by Lillian SUWANRUMPHA / AFP)

« La feuille de cannabis donne un petit peu d’amertume », relève Thierry Martino, un designer français de bijoux. « On rit beaucoup, est-ce que cela vient de ce qu’on mange », s’amuse-t-il, assurant pourtant ne pas avoir ressenti d’effets secondaires particuliers.

jk-dhc-sde/cac