Juventus' Italian goalkeeper Gianluigi Buffon looks on prior to the Italian Serie A football match Juventus vs Lecce played on June 26, 2020 behind closed doors at the Juventus stadium in Turin, as the country eases its lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection, caused by the novel coronavirus. (Photo by MIGUEL MEDINA / AFP)

648 fois Gianluigi Buffon: annoncé titulaire avec la Juventus dans le derby contre le Torino (17h15), le légendaire gardien italien devrait devenir samedi l’unique détenteur du record du nombre de matches joués en Serie A avec 648, un de plus que Paolo Maldini.

A ces 648 matches, il faut en ajouter 175 en sélection, d’autres en Coupe d’Italie, en Ligue des Champions et en Ligue Europa, une poignée aussi en France avec le Paris SG et l’on arrive à un vertigineux total: 1089 matches professionnels, en attendant celui de samedi.

L’histoire a débuté le 19 novembre 1995. Buffon a alors 17 ans et il est le gardien N.3 de Parme. Le titulaire Luca Bucci est blessé et tout indique que pour affronter l’AC Milan, le coach Nevio Scala va faire appel à son remplaçant, l’expérimenté Alessandro Nista.

Mais Scala choisit Buffon, sa jeunesse et ses qualités athlétiques et techniques, déjà évidentes dans le championnat Primavera, celui des équipes de jeunes.

Le futur champion semble aussi totalement étranger à toute forme de stress, au point que la légende veut qu’il se soit endormi dans le bus qui conduisait l’équipe jusqu’au stade.

Le talent du jeune Buffon est lui bien réel et les attaquants milanais d’alors, George Weah et Roberto Baggio, deux Ballons d’Or, en sont les premiers témoins, le match se terminant par un 0-0.

– Record sur record –

« Ce jour de 1995, je n’aurais jamais imaginé arriver jusqu’ici mais la volonté existait. J’ai eu de la chance, incontestablement. Et j’ai aussi été assez bon », a raconté Buffon en début de saison.

Avec la Juventus, le club le plus important de sa carrière, le géant de Carrare dispute actuellement sa 25e saison professionnelle, dont une en France au PSG, sans laquelle il aurait déjà dépassé Maldini depuis longtemps.

Il a été un homme des années 1990, 2000, 2010 et désormais 2020. Sur quatre décennies, il a accumulé les exploits par dizaines, collectionné les titres (neuf fois champion d’Italie, champion du monde 2006) mais aussi les finales de Ligue des champions perdues (trois), battu record sur record, avec notamment ses 974 minutes d’invincibilité en 2016, et aussi assumé une poignée d’erreurs, sur et en dehors du terrain.

Il a surtout conservé une passion intacte pour le jeu et un physique de jeune homme (de 42 ans, quand même) qui font de lui un rempart toujours fiable pour la Juventus, même si désormais son statut est celui d’un N.2 d’expérience.

– « Être ce point de repère » –

« Rejoindre Paolo Maldini en tête de ce classement est un honneur. Si je continue à jouer, c’est que je peux encore m’offrir, ainsi qu’à mes équipiers et à ce club, des émotions magnifiques, qui valent la peine d’être vécues », avait-il expliqué en décembre après avoir égalé le record de l’ancien défenseur milanais lors de Sampdoria-Juventus.

« Pour l’avenir, je laisse la vie m’indiquer le chemin. Aujourd’hui, je pense que je me ferais du mal si je pensais à arrêter de jouer, parce que je crois être un point de repère pour le groupe. Être ce point de repère, c’est ce qui me pousse à aller de l’avant, à vouloir encore m’améliorer », expliquait encore l’immortel en décembre, laissant déjà entendre que la saison en cours ne serait sans doute pas la dernière.

L’hypothèse a été confirmée cette semaine avec une nouvelle prolongation de contrat d’un an, annoncée par la Juventus en même temps que celle de Giorgio Chiellini. « Capitaines, symboles, bianconeri depuis toujours, bianconeri pour toujours », a écrit le club turinois.

Vingt-cinq ans plus tard, le gamin endormi et insouciant de Parme est devenu un sage quadragénaire et ses cheveux grisonnent. Mais le gardien de but n’a pas beaucoup changé. 647, 648…

stt/jed/dga