Photo illustration

Les Jeux olympiques, reportés l’an dernier du fait de la pandémie, auront lieu « à 100% », a assuré la présidente du comité d’organisation Tokyo-2020, Seiko Hashimoto, malgré une opposition persistante du public japonais à 50 jours de l’événement.

Dans une interview diffusée vendredi par la BBC Sport, Mme Hashimoto s’est déclarée convaincue que les JO se dérouleront comme prévu, du 23 juillet au 8 août.

« Je crois que la possibilité que ces Jeux aient lieu est de 100%, nous les ferons », a-t-elle dit.

Elle a également réaffirmé que ces JO pourraient être les premiers de l’Histoire à se dérouler à huis clos, si l’exclusion des spectateurs locaux est jugée nécessaire pour prévenir des infections. Les organisateurs ont déjà décidé d’interdire tout public venant de l’étranger.

« Le plus grand défi sera de savoir comment nous pouvons contrôler et gérer le flux de personnes », a-t-elle déclaré. « Si une épidémie devait se produire pendant les Jeux, ce qui équivaudrait à une crise ou à une situation d’urgence, je pense que nous devons être prêts à organiser ces Jeux sans aucun spectateur ».

Mme Hashimoto a fait ces déclarations alors que les organisateurs à Tokyo marquaient jeudi les 50 jours avant l’ouverture des Jeux en dévoilant des éléments de la cérémonie de remise des médailles, notamment des podiums fabriqués à partir de plastique recyclé, et la musique qui sera jouée lorsque des sportifs seront couronnés.

« Il nous reste 50 jours. J’ai l’impression de pouvoir entendre le bruit des pas des athlètes qui se dirigent vers Tokyo », a déclaré Mme Hashimoto lors de cette  cérémonie qui s’est déroulée dans l’Ariake Arena, l’un des sites des Jeux. « Nous sommes totalement prêts grâce à des mesures de prévention des infections », a-t-elle lancé aux sportifs.

« Et pour que le Japon se sente en sécurité en vous accueillant, je vous demande, à vous tous les athlètes, d’être responsables de vos actes, de respecter les règles ».

– 10.000 volontaires ont jeté l’éponge –

Une nette majorité de Japonais reste opposée à la tenue des JO cet été, selon de multiples sondages.

Plus tôt, Mme Hashimoto avait affirmé qu’une annulation des Jeux était pratiquement inconcevable à ce stade. « Si divers pays du monde connaissent des situations très graves, et que les délégations de la plupart des pays ne peuvent pas venir, alors nous ne pourrions pas les organiser », a-t-elle déclaré au quotidien Nikkan Sports.

« A moins qu’une telle situation n’apparaisse, les Jeux ne seront pas annulés ».

Signe des difficultés rencontrées par les organisateurs, le directeur général de Tokyo-2020, Toshiro Muto, a déclaré mercredi soir à des médias locaux qu’environ 10.000 des 80.000 volontaires prévus pour les Jeux olympiques et paralympiques avaient jeté l’éponge au cours des derniers mois, principalement en raison de préoccupations sanitaires.

« Je pense qu’il n’y a aucun doute qu’une des raisons est l’inquiétude devant les infections au coronavirus », a-t-il dit.

D’autres ont abandonné pour des problèmes de calendrier après le report d’un an des Jeux, ou pour protester contre des remarques sexistes faites par le président de Tokyo-2020, Yoshiro Mori, qui a été contraint de démissionner en février et a été remplacé par Seiko Hashimoto.

M. Muto a déclaré que le nombre plus faible de volontaires –qui sont employés généralement comme guides, assistants ou traducteurs– n’affecterait « pas sérieusement » les Jeux, dont la voilure a elle-même été réduite.

Du fait d’une quatrième vague d’infections, Tokyo et neuf autres départements resteront soumis à un état d’urgence sanitaire jusqu’au 20 juin, un mois avant les Jeux.

Mme Hashimoto a dit avoir le sentiment que l’opinion publique nippone est en train de changer d’avis alors que le rythme de la campagne de vaccination au Japon, initialement très lent, commence à s’accélérer.

Le Japon a été relativement épargné, par comparaison à de nombreux autres pays, avec quelque 13.000 décès officiellement recensés depuis début 2020.

Cependant, tout juste 3% de la population a reçu deux doses de vaccins.