This satellite imagery released by Maxar Technologies shows tug boats and dredgers attempting to free the MV Ever Given on March 26, 2021, in the Suez Canal. - The container ship, which is longer than four football fields, has been wedged diagonally across the entire canal since March 23, shutting the waterway in both directions. The blockage has caused a huge traffic jam for more than 200 ships at either end of the 193-km (120-mile) long canal and major delays in the delivery of oil and other products. (Photo by - / Satellite image ©2021 Maxar Technologies / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / Satellite image ©2021 Maxar Technologies" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Un porte-conteneurs géant, l’Ever Given, s’est retrouvé en travers du canal de Suez mardi lors d’une tempête de sable, et obstrue depuis l’une des voies navigables les plus fréquentées du monde.

– Comment cela s’est produit? –

Le navire de 400 mètres de long et de plus de 220.000 tonnes a dévié de sa trajectoire mardi au milieu des fortes rafales de vent et d’une tempête de sable qui ont affecté l’Egypte et une partie du Moyen-Orient.

L’Ever Given –59 mètres de large et une soixantaine de haut avec son chargement– s’est alors mis en travers dans le sud du canal, près de la ville de Suez, bloquant toute navigation entre la Méditerranée et la mer Rouge, dans les deux sens.

L’exploitant du navire, Evergreen Marine Corp, basé à Taïwan, a expliqué que le bateau, qui faisait la liaison entre le port chinois de Yantian et Rotterdam au Pays-Bas, s’était échoué « probablement après avoir été frappé par une rafale de vent ».

L’incident « est dû principalement au manque de visibilité en raison des conditions météorologiques, alors que les vents ont atteint 40 noeuds (74 km/h, NDLR), ce qui a affecté le contrôle du navire » battant pavillon panaméen, a précisé l’Autorité égyptienne du canal de Suez (SCA) dans un communiqué mercredi.

Selon Bernhard Schulte Shipmanagement (BSM), la compagnie basée à Singapour qui assure la gestion technique du navire, les 25 membres d’équipage sont sains et saufs. Et il n’y a eu aucune pollution ni dommage sur la cargaison d’une capacité de plus de 20.000 boîtes (EVP ou TEU).

– Quelles sont les conséquences? –

Le canal voit passer, selon les experts, près de 10% du commerce maritime international. Près de 19.000 navires ont emprunté le canal en 2020, selon la SCA, soit une moyenne de 51,5 navires par jour.

Inauguré en 1869, le canal a depuis connu plusieurs phases d’agrandissement et de modernisation, afin d’accompagner les évolutions du commerce maritime.

Son percement a réduit drastiquement les distances entre l’Asie et l’Europe: 6.000 km de moins entre Singapour et Rotterdam par exemple.

Le canal a déjà été obstrué par le passé, notamment pendant la crise de Suez en 1956 lorsque des navires ont été coulés par les autorités égyptiennes.

La revue spécialisée Lloyd’s list a indiqué vendredi que plus de 200 navires étaient bloqués aux deux extrémités et dans la zone d’attente située au milieu du canal.

Selon cette même source, le porte-conteneurs coincé bloque chaque jour l’équivalent d’environ 9,6 milliards de dollars (8,1 milliards d’euros) de marchandises.

L’incident a brièvement affecté les marchés mondiaux du pétrole en raison des retards de livraison.

Le géant du transport maritime Maersk et l’allemand Hapag-Lloyd ont par ailleurs indiqué qu’ils envisageaient de dérouter leurs navires pour passer par le Cap de Bonne-Espérance, un détour de 9.000 kilomètres autour du continent africain.

– Que va-t-il se passer?-

La SCA a annoncé jeudi que le trafic maritime était « temporairement suspendu ». La société mandatée pour le « sauvetage » du navire évoque « des jours voire des semaines » avant sa reprise.

Une opération visant à remettre à flot le géant des mers a échoué vendredi, selon BSM.

Depuis mercredi, la SCA tente de dégager le navire. Il faudrait retirer de 15.000 à 20.000 mètres cubes de sable pour atteindre une profondeur de 12 à 16 mètres et remettre en circulation le navire, explique la SCA qui a précisé vendredi que 87% du processus de retrait du sable avait été effectué par les dragues.

Une importante marée haute, prévue en début de semaine prochaine, pourrait aider les équipes techniques à débloquer le navire.

L’Egypte a reçu plusieurs propositions d’aide internationales, notamment des Etats-Unis et de la Turquie.

burs-fz/vg/vl